CYSTALIA
CURE DETOX

La détox : faux régime ou vraie intox ?

27 avril 2016
S’il est un sujet dont tout le monde parle sans vraiment savoir de quoi il s’agit, c’est bien la détox !

 

 

Très prisée dans les années 90, elle revient en force… À cette époque, on en entendait surtout parler au mois de janvier, pour ceux et celles qui souhaitaient « se remettre » des excès des fêtes. Désormais, la cure détox s’affiche en janvier, mais également en mars à l’arrivée du printemps, en juin pour l’entrée dans l’été, en septembre après les vacances, etc.

 

Aliments détox : pour nettoyer son foie

On ne sait pas trop quelle est l’origine de cette tendance. Ce qui est sûr, c’est qu’elle n’a pas été lancée par des diététiciens ou des médecins nutritionnistes, et qu’il n’existe pas de définition officielle ou encadrée. Du coup, chaque adepte de la détox met en avant des arguments différents.

Dans les années 90, le but visé n’était déjà pas très clair. Il s’agissait a priori de détoxifier l’organisme après une période d’excès en tous genres (repas copieux, consommation de boissons alcoolisées, petites nuits…). Ce qui s’appliquait surtout au début d’année, après la période des fêtes et de la galette des rois.

Aujourd’hui, la détox s’élargit encore et devient un fourre-tout. Certains y voient un moyen d’éliminer les toxines, après des excès ou même après une activité physique intense. Pour d’autres, il s’agit de purifier globalement l’organisme une à deux fois par an, pour le relaxer, le booster ou encore pour avoir une plus belle peau… Certains optent pour la détox pour drainer leur corps et l’aider à chasser la cellulite. D’autres la considèrent carrément comme un régime pour perdre du poids.

Menu détox pour éliminer les toxines

Tout comme les objectifs, les principes mis en avant sont variés et flous. Souvent, les cures détox recommandent d’éviter les graisses saturées, l’alcool, les sucres, la caféine, et l’alimentation industrielle en général. Elles misent donc surtout sur les fruits et les légumes frais. Parfois l’alimentation devient crudivore ou frugivore, et se restreint aux jus, smoothies, soupes fraîches… D’autres programmes détox sont en fait des « mono-diètes » : on consomme le même aliment (comme de l’ananas, du jus de citron ou encore de la soupe…) pendant plusieurs jours. On trouve aussi des cures de fruits et de légumes accompagnés de compléments alimentaires à base de plantes. Et les durées annoncées sont très variables aussi puisque, selon la méthode, on peut passer de un à trente jours…

 

Vers un tout-en-un ?

Vers un tout-en-un ?

Une formule détox plutôt en vogue consiste à cumuler plusieurs objectifs : stimuler l’élimination des toxiques par le foie, lutter contre le stress oxydatif, favoriser l’élimination rénale, renforcer l’équilibre de l’écosystème intestinal.

 

Les aliments détox pour purifier son corps

Certains aliments sont encensés comme de véritables stars. Cette réputation n’est pas toujours méritée.

 

Naturellement, notre organisme possède différents systèmes internes qui lui permettent de lutter contre les substances indésirables, d’éliminer les déchets et de se « détoxifier ». Par exemple, notre système immunitaire, notre flore intestinale, nos enzymes nous défendent, tandis que l’urine, les selles ou encore la sueur contribuent à éliminer. Selon les partisans de l’alimentation détox, celle-ci permettrait aux organes (peau, poumons, foie, reins…) d’évacuer avec plus de facilité les toxines stockées dans le corps : cela reste controversé.

Au menu détox : des aliments performants

Les crucifères (choux, navets, radis, cresson…) ont souvent une large place dans les cures détox. Et il est vrai qu’ils contiennent des substances soufrées qui peuvent stimuler le fonctionnement hépatique. L’artichaut est également souvent mis en avant ; il posséderait des vertus stimulantes au niveau hépato-biliaire. Les endives et les concombres ont une action diurétique, notamment car ce sont les légumes les plus riches en eau. Quant aux topinambours, salsifis cuits, ails, oignons, échalotes, asperges, bananes, pissenlits et poireaux, ils stimulent au niveau du côlon l’activité de certaines bactéries susceptibles d’améliorer le fonctionnement de l’écosystème intestinal. On les qualifie de prébiotiques.

Des aliments antioxydants

Le citron et son jus sont, par exemple, souvent présentés comme incontournables pour détoxifier l’organisme. C’est peut-être leur acidité qui donne cette impression… Ils sont encensés car ils auraient un effet bénéfique sur le fonctionnement hépatique et sont sources d’un antioxydant : la vitamine C. Mais cette vitamine n’est pas le seul antioxydant ; les polyphénols notamment sont très puissants. Et d’autres fruits ont un pouvoir antioxydant global plus élevé que celui du citron et des autres agrumes. Citons la grenade, la canneberge, la prune, la fraise, la mûre, la framboise, la baie de goji, le kiwi.

Les aliments pour éliminer davantage

Les programmes détox font surtout la part belle aux fruits et aux légumes. Et en consommant plus de ces végétaux que d’habitude, on augmente nos apports en eau. En plus, ils sont souvent recommandés sous forme liquide (soupes, jus, smoothies…), ce qui accroît leur effet diurétique. Et les jus ont même tendance à accélérer le transit intestinal, et à donner une impression supplémentaire de purification. La détox incitant également à boire beaucoup d’eau et d’infusions, nos apports en eau se retrouvent vraiment très accrus. Et comme nous buvons en moyenne moins (1,2 litre) que ce qui est conseillé (1,5 litre), quand nous majorons significativement nos apports, nous sentons la différence ! En fait, quand on fait une cure détox, on absorbe plus d’eau, et on urine plus.

 À lire aussi : 8 aliments spécial détox

 

Des risques de déficiences

Une personne souhaitant suivre une cure détox doit garder en tête que plus celle-ci dure et plus elle l’expose à des déficiences nutritionnelles, notamment en vitamines, en minéraux et en protéines. Certains programmes basés uniquement sur la consommation de quelques végétaux chaque jour sont si pauvres en

calories que même l’apport global de glucides (féculents et sucres) est insuffisant par rapport aux besoins. Notre corps va alors en quelque sorte digérer ses propres muscles, pour transformer leurs protéines en corps cétoniques, qui vont nourrir le cerveau à la place du carburant manquant (le glucose). Ce mécanisme de compensation met l’organisme en souffrance, ce qui peut être à l’origine de différents désagréments, comme des maux de tête, des nausées et une mauvaise haleine.

 

Comment perdre du poids en mode détox ?

Pour qu’une perte de poids soit durable, elle doit être progressive. Ce qui n’est pas le cas quand on se met en mode « détoxication ».

 

Certes, la perte de poids n’était pas l’objectif revendiqué des premières cures détox lancées. Mais comme elles sont en général draconiennes sur les calories, certaines personnes ont observé un amaigrissement et, suite au bouche à oreille, une réputation de « régime minceur » est née. À tort malheureusement…

Une alimentation naturellement moins calorique !

Les cures détox ont tendance à bannir certains aliments qui apportent des calories, comme les matières grasses, les boissons alcoolisées, les sucreries, etc. Et elles valorisent des aliments peu caloriques (fruits et légumes) et des boissons pas caloriques du tout (eaux, versions non sucrées des thés et tisanes). Pour la majorité des personnes, ce changement d’alimentation représente une telle baisse d’apport calorique qu’une perte de poids peut être observée au bout de quelques jours. Ce qui n’est pas recommandé par les professionnels de santé.

Un régime pas trop restrictif

Car plus une perte de poids est importante et rapide, plus le risque de reprendre rapidement plus de kilos que ceux perdus est élevé. C’est ce qui est observé depuis plusieurs décennies avec tous les régimes qui sont trop drastiques, et la détox n’y échappe pas. En plus, comme cette méthode est pauvre en protéines, la perte de poids risque malheureusement de faire fondre la masse musculaire. Et parce que cette alimentation restreint les sources de protéines (viandes, poissons, œufs, fromages…) et de glucides complexes (féculents), elle n’est pas rassasiante. Et même si les fruits et légumes apportent des fibres qui favorisent la satiété, ils n’en contiennent plus beaucoup lorsqu’ils sont consommés sous forme liquide. On a donc faim, ce qui est très frustrant dans une démarche de perte de poids, et donc prédictif d’un échec.

 À lire aussi : Mettez la chrono-nutrition au menu

 

Rétablir un équilibre alimentaire

S’il est risqué de ne se nourrir que de végétaux et de boissons non sucrées, ils ne sont pas mauvais pour autant, au contraire.

Nous avons tous intérêt à consommer plus de fruits et de légumes, sous toutes leurs formes, et en versions crue et cuite. L’idéal étant d’être curieux : chaque saison apporte de nouvelles saveurs dans les potagers, les jardins et sur les étals des maraîchers. De quoi s’offrir de belles découvertes, à la fois gustatives et nutritionnelles !

De même, nos apports hydriques étant insuffisants, absorber plus de boissons non sucrées, en petites quantités, régulièrement, et en variant les plaisirs, ne peut devenir qu’une bonne habitude !

Globalement, c’est en rééquilibrant une alimentation déséquilibrée qu’on aide notre corps à mieux fonctionner, et donc à mieux se défendre et mieux éliminer.

 À lire aussi : Connaissez-vous vraiment les règles d’un bon équilibre nutritionnel ?

 

Conseils de pharmacien : la détox, parlons-en

Conseils de pharmacien : la détox, parlons-en

Si vous avez envie de tester une cure détox, avec ou sans compléments alimentaires, parlez-en d’abord avec votre médecin ou votre pharmacien. Car cette tendance n’est pas à prendre à la légère et elle doit même être évitée par certains (femmes enceintes, personnes diabétiques, etc.). En fonction des objectifs qui sont les vôtres et de votre situation de vie, les professionnels de santé sont là pour vous guider. Et vous éviter justement les risques d’une cure non encadrée : fatigue, maux de tête, nausées et autres troubles digestifs…

 

Audrey Aveaux, Diététicienne-Nutritionniste

Le choix de la rédac

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais

L’huile de coco : l’huile végétale multi usage de l’été

Corps

On en parle de mon périnée ?

Gynécologie

Mesdames, pensez périnée !

Un livre vous propose de le rencontrer pour mieux l’apprivoiser.