Archive de mots clés: « yoga »

Je développe mon intuition avec la méditation

Nous avons tous en nous une petite voix bienveillante, une sorte de sixième sens qui nous murmure les directions à prendre. Reste à savoir l’entendre pour mieux lui faire confiance avec la méditation guidée.

 

Intuition… commencez par écouter

Avoir du flair, marcher à l’instinct, posséder un sixième sens… Certaines personnes semblent être nées avec une boussole intérieure qui leur confère des dons particuliers d’anticipation. Leur intuition est tellement aiguisée qu’elle laisse d’ailleurs parfois penser à des capacités médiumniques. Il n’en est rien. Nous sommes tous dotés de ce potentiel intuitif que nous savons – ou apprenons – à écouter.

Bon sens émotionnel

Nous sommes tous à l’écoute de notre corps lorsqu’il a faim ou sommeil. Nous répondons à ce ressenti en mangeant ou en dormant. Notre corps s’exprime physiquement, il réagit et ce, pour ses besoins physiologiques comme à sa perception de ce qui l’entoure. N’avons-nous pas tous connu des sensations de malaise inexplicables en présence d’un inconnu, une angoisse injustifiée dans un nouveau lieu ? Notre intuition se manifeste physiquement et c’est à ces signes que nous devons prêter attention.

Le langage de la perception

Qu’elle se traduise agréablement comme par la détente du plexus solaire, ou au contraire désagréablement comme un nœud dans l’estomac, l’intuition est une conviction immédiate aussi profonde qu’irrationnelle. Mais c’est justement parce qu’elle échappe aux lois de la logique et de ce qu’on estime être le bon sens qu’on préfère ne pas l’écouter. Pourtant, la connexion entre le corps et l’esprit se révèle souvent être sans faille, sous réserve d’y être attentif et de ne pas se laisser parasiter, influencer par les dires d’un tiers ou par la peur de l’erreur de jugement.

 

Je connecte mon esprit avec la relaxation

On l’aura compris, développer son intuition, c’est apprendre à écouter le langage de son corps. Mais pour que les signaux transmis soient captés, il faut que l’esprit soit libre, disposé à recevoir et à accepter. Pour se faire, d’aucuns préconisent de pratiquer un art martial spirituel (Tai Chi, Qi Qong), la méditation ou le yoga. D’autres encouragent à travailler son sens de l’observation. Pour se fier à son intuition, d’autres encore invitent à noter ses premières impressions lors d’une rencontre professionnelle ou personnelle, et de vérifier au fur et à mesure de la relation que les premiers ressentis étaient les bons. Toutes valables, ces pratiques se rejoignent dans une seule et même voie : faire sauter les verrous de sa conscience et laisser le champ libre à son esprit.

Leçon de méditation

Leçon de méditation

Certains scientifiques sont formels : méditation et intuition sont intimement liées. Selon eux, la première donne « accès à une cohérence cardiaque qui favorise la connexion à l’inconscient et aux émotions en augmentant les ondes cérébrales ». En pratique, la méditation consiste à se livrer, dans un lieu calme et confortable, à des exercices de respiration profonde (inspiration de 5 secondes et expiration de 5 secondes) 3 ou 4 fois par jour pendant 5 minutes. C’est ainsi que l’état de conscience s’élargit, que le stress diminue et que nous sommes plus réceptifs aux discours de notre voix intérieure.
À lire

À lire

VOUS SAVEZ DÉJÀ  ! Apprenez à vous servir de votre intuition
S’appuyant sur la psychologie et la spiritualité, l’auteur démontre comment se servir de notre intuition dans les différents domaines de notre vie.
Backy Walsh, éd. Dauphin blanc, 22 €.

Différentes méthodes de relaxation

Vous êtes stressé(e) ? Fatigué(e) nerveusement ? Ou rempli d’angoisse ? Vous voulez lâcher prise et soulager vos tensions ?

Cultivez calme intérieur et sérénité avec une technique de relaxation éprouvée.

Le sport et la méditation

Lorsque le corps et l’esprit sont submergés, rien ne va plus ! Selon l’Organisation mondiale de la santé, le stress est le fléau du monde occidental. Différentes études ont montré ses conséquences néfastes pour la santé : dépression, diminution de la libido, lombalgie, problèmes gastro-intestinaux, augmentation des risques de cancer ou cardiovasculaires… Nous le savons, le sport a un effet anxiolytique grâce aux endorphines sécrétées de manière plus significative pendant et après l’entraînement. Une fois libérées par le cerveau, plus précisément par l’hypothalamus et l’hypophyse, ces morphines naturelles se dispersent dans l’organisme. D’une structure moléculaire proche de celle des opiacés, elles atténuent la douleur, contrôlent la respiration, réduisent le stress et procurent une sensation de plaisir. Le sport permet aussi d’augmenter le niveau de certains neurotransmetteurs, en particulier la dopamine et la sérotonine, des régulateurs d’humeur qui donnent la « pêche ». Cependant, la pratique sportive ne suffit pas toujours à nous relâcher profondément et il faut alors recourir à l’une des nombreuses techniques de relaxation. Laquelle choisir ?

La respiration abdominale : L’anti stress par excellence

Ce n’est pas un hasard si les techniques de relaxation passent par l’apprentissage du souffle sacré. Inspirer, souffler…, de manière lente et profonde, reste le meilleur des anxiolytiques naturels. La respiration abdominale est un bon début dans votre quête du bien-être ou du mieux-être. En régulant la fréquence respiratoire, vous agissez directement sur le cerveau.

La cohérence cardiaque

La régulation du rythme cardiaque par le système nerveux autonome est influencée par la respiration. L’inspiration accélère les battements du cœur, l’expiration les ralentit. Avec la méthode de relaxation de la paix par le cœur, vous apprenez progressivement à réguler vos systèmes sympathique (celui qui prépare la réaction de l’organisme à une menace, que celle-ci soit réelle ou non) et parasympathique (celui qui procure détente et relaxation). Vous envoyez ainsi un leurre au cerveau et lui faites croire qu’émotionnellement tout va bien et qu’il peut mettre les compteurs à zéro. Le cerveau rassuré, vous vous sentez apaisé(e).

Le qi gong pour se relaxer

Selon les principes de la médecine traditionnelle chinoise, le corps tombe malade lorsque l’énergie vitale se bloque dans des zones de tension. Les gestes souples, aussi lents que précis, prônés par la méthode de la méditation par le mouvement, assouplissent le corps et lèvent les blocages. Tout doucement, les exercices respiratoires, les postures, les automassages de points d’acupuncture aident à soulager les effets du stress et à digérer ce qui était resté coincé « en travers de la gorge » ou « sur l’estomac ». Rien de tel pour entretenir la santé du corps tout en le réunifiant à l’esprit.

 À lire aussi : Tous emballés par l’otonamaki

Le taï chi chuan

Cet art martial interne conjugue la relaxation, la concentration et la maîtrise de soi pour canaliser l’énergie. Les enchaînements de mouvements répondent à trois principes :

lenteur, continuité et régularité. Chacun d’eux se développe autour du bassin et se base sur le déplacement constant du poids du corps en cercle, sur les jambes pliées. L’objectif est d’harmoniser le corps et l’esprit pour qu’ils ne fassent plus qu’un. En aidant à mieux connaître son corps, à le solliciter avec coordination, le taï chi chuan améliore la tonicité musculaire, l’équilibre et le contrôle de soi. Idéal pour retrouver le calme intérieur.

Le watsu allié à la sophrologie

Plongez votre corps stressé dans une eau à 34 °C. Laissez-le s’abandonner, s’étirer et se faire masser par un praticien bienveillant. Dans ce véritable ballet aquatique, la colonne vertébrale, le bassin, les membres libèrent leurs tensions et découvrent une autre dimension avec en plus une musique relaxation bien choisie. La chaleur, l’eau, les mouvements fluides en apesanteur rappellent le liquide matriciel et permettent de revivre un sentiment d’unité. Et 30 ou 45 minutes plus tard, vous ressortez totalement détendu.

 À lire aussi : Lâcher prise, mode d’emploi
Des erreurs à éviter

Des erreurs à éviter

  • Se lever d’un bond le matin. Glissez sur le flanc vers le bord du lit, basculez les jambes vers le sol, relevez la tête, asseyez-vous; maintenant, vous pouvez vous lever.
  • Bloquer sa respiration lorsqu’on s’étire. Le début et la fin d’un mouvement doivent correspondre au commencement et à l’achèvement d’une respiration.
  • Vous étirer par à-coups. Les muscles ainsi agressés se contractent au lieu de se relâcher.
  • Chercher à trop en faire. Travaillez à votre rythme. Et ne vous laissez pas submerger par un emploi du temps «surbooké».

Se relaxer avec le yoga bikram

Plébiscitée par certains, décriée par d’autres cette forme de yoga est encore une autre manière de dynamiser et de purifier son corps tout en se relaxant, en améliorant sa flexibilité, son équilibre et sa santé.

 

Si Yogiraj Bikram Choudhury a élaboré ce programme pour prévenir certaines maladies et blessures, il n’en demeure pas moins intense. Pendant 90 minutes, il s’agit d’aligner 26 postures dynamiques, asanas, et deux exercices de respiration, pranayamas, dans une salle chauffée à 40 °C avec un taux d’humidité de 40 %.

 

Vais-je supporter cette température ?

Il est vrai que, sur le papier, la proposition semble plutôt suffocante. Pourtant est-elle plus insensée que de rester allongé des heures à se faire bronzer en plein soleil, au pic de midi ? « L’atmosphère utilisée dans la salle est non seulement contrôlée en termes de chaleur, mais aussi d’humidité. Des capteurs mesurent en permanence l’hygrométrie et le taux d’oxygène afin de maintenir des conditions de pratique constantes. Avec un système de renouvellement automatique de l’O2, oubliées les sensations de suffocation. », explique Frédérique Choukroun, un des fondateurs de L’Espace Bikram Paris qui vient d’ouvrir dans le 17e arrondissement. Et physiologiquement, la chaleur permet d’augmenter l’oxygénation du corps. « Elle a cette propriété de permettre aux muscles de capter davantage d’O2. Le muscle étant mieux nourri, on obtient ainsi un travail musculaire optimal. »

 

Je ne fais pas de sport

Le yoga n’est pas une discipline sportive. Dans la hatha yoga, dont il s’inspire, il est une étape pour arriver à ce que l’on appelle le Samadhi, ce moment de méditation totale. « Il faut réussir à décrocher de la performance et du sport », ajoute Frédéric, ancien enseignant en sports de combat. « Il y a toujours cette excitation de faire comme ou mieux que les autres, mais c’est un leurre. Le but du yoga est de retirer ses fluctuations mentales. On est seul dans sa pratique. On le fait par rapport à soi et à l’observation de soi. Le principe est de rester avec des yeux pleins de questions et de découvrir son corps.

 

Je n’ai plus l’âge de faire du Bikram Yoga !

« On n’est jamais trop raide, trop gros, trop vieux… L’essentiel est de faire. D’essayer. Il n’y a aucune limite. Et c’est la beauté de la chose. » Chacun a des besoins différents. Ce qui importe n’est pas le résultat final, mais comment on a réussi à aller dans la pose et à contrôler toutes les étapes avec une impression de légèreté, de facilité… L’expression d’un asana se rapproche de celle d’un kata.

 

C’est bon pour le sport ?

Le yoga Bikram permet d’augmenter la force physique et la résistance à l’effort. « On acquiert une certaine tonicité, élasticité… un certain tout que l’on peut utiliser dans la pratique sportive. » Le travail sur l’alignement du squelette, des jambes, des bras, de la tête et des articulations prépare non seulement le corps aux épreuves à venir, mais le soulage après un long entraînement. « En étirant, qu’est-ce que je fais ? Je détoxifie, je vascularise… »

À lire

À lire

BIKRAM YOGA
Ce livre vous aidera à lutter contre certaines affections, le stress, l’insomnie… Bref à maintenir une santé exceptionnelle pour les années à venir. Bikram explique, en outre, comment la force physique et la flexibilité peuvent être une passerelle vers la clarté mentale et spirituelle.
Bikram Choudhury, éditions Collins, 290 pages, 11,50 €.

 

Apprendre à rester zen en toute circonstance avec la relaxation

Vous avez profité de l’été pour vous refaire une santé. Vous êtes de bonne humeur et en pleine forme. Gardez cet équilibre avec les nouvelles techniques corporelles, adaptées à votre cas.

 

Techniques anti-stress pour rester zen

Pendant un mois, vous avez fait ce dont vous aviez envie. Aujourd’hui, les vacances sont terminées et il va falloir remettre le pied à l’étrier ! Entre le rythme du boulot à retrouver, la rentrée des classes des enfants, la maison à réorganiser, il est difficile de ne pas avoir le moral dans les chaussettes ou de ne pas se sentir fatigué(e) avant même d’avoir commencé. Vous avez l’impression de vous noyer dans un océan d’angoisse et de contraintes de toutes sortes. Ne vous laissez pas piéger ! Pas la peine de se fixer un programme bien établi que vous abandonnerez au bout de quelques semaines. Vous n’êtes pas un robot ! Sans compter que la vie est un perpétuel mouvement. Dans la course après le temps, il ne faut pas oublier que chaque jour est un jour nouveau et qu’il faut accepter les changements. Surtout redémarrez en douceur.

Vous avez bénéficié des vacances pour bouger. Continuez ! L’activité physique est un atout majeur pour garder la pêche toute l’année, se défouler ou encore évacuer le stress négatif. Reste que les nouvelles pratiques corporelles sont un excellent complément. Elles abordent le corps de manière globale par le mouvement en vue d’un mieux-être. Au fur et à mesure des séances, on apprend à se détendre, à respirer, à évacuer les tensions, à lâcher prise, à se recentrer sur soi et rester zen.

Parmi ces techniques corporelles, il convient de choisir celle qui vous convient le mieux, que vous pratiquerez le plus volontiers.


Choisir un classique pour rester zen

1/ Harmonie par le yoga

La séance débute et finit toujours par de la relaxation. Prendre conscience du souffle est fondamental, se concentrer sur une inspiration et une expiration lentes et profondes demande énormément de concentration, ce qui aide à maintenir les positions, à en changer ou encore à oublier les douleurs. Avec une pratique régulière, vous gagnerez en sérénité et en énergie positive. Son impact sur le système nerveux améliore le sommeil, la digestion.

2/ Vitalité avec le Qi Gong

Selon les principes de la Médecine traditionnelle chinoise, lorsque l’énergie est bloquée, le corps tombe malade. Grâce aux postures et aux mouvements lents, et par le travail sur la respiration, vous faites circuler et répartissez l’énergie dans tout l’organisme. Des exercices simples suffisent pour relancer le Qi, éviter les blocages et le canaliser. Tout de suite, vous vous sentez plus énergique, plus en forme, vous évitez les fluctuations ayant un impact direct sur les émotions (colère, nervosité, déprime, morosité).

3/ Retour aux sources avec le Reiki

Ici, on ne bouge pas. On reste allongé. C’est le praticien qui travaille en imposant ses mains à quelques centimètres au-dessus de vous. Sans toucher, ni même effleurer, il parcourt le corps de la tête au pied, s’arrête là où il perçoit des tensions, via la méditation, par les vibrations internes ou résonances engendrées. Le Reiki traditionnel aide au mieux-être en cas de stress, d’anxiété, d’insomnie, de déprime, de troubles émotionnels ou psychosomatiques.

4/ Vider la tête en méditant

En portant toute votre attention sur une partie de votre corps, l’instant présent ou la respiration, vous laissez de côté les tracasseries et autres conversations intérieures permanentes, vous renouez avec la sérénité, vous ne les appréhendez plus de la même manière. En position assise, vous inspirez et expirez profondément par le nez sans suivre de rythme particulier, tout en laissant votre corps bouger comme bon lui semble.

5/ Variantes de yoga

Le yogging. Cours de yoga dynamique conçu et adapté pour la joggeuse. www.la-parisienne.net. L’Adi-Yoga. Forme moderne et reboostée du traditionnel Hatha Yoga revue par Adidas. pure.clubmedgym.com. Le Fly Yoga. Subtile alliance entre le yoga traditionnel, le Pilates et les arts du cirque. www.fly-yoga.fr

Réponses d'expert : Le yoga n'est pas<em> je suis en tailleur et j'attends que ça se passe</em> !

Réponses d'expert : Le yoga n'est pas je suis en tailleur et j'attends que ça se passe !

Jennifer Aknin
Professeure de yoga, directrice de La Parisienne

Il n’existe pas une méthode, mais différents courants. Si vous êtes sportif, si vous aimez les activités où l’on transpire, orientez-vous sur un yoga dynamique. Vous débutez ? Vous reprenez après une blessure, un accouchement ? Choisissez-en un plus doux. L’important est d’avoir un bon feeling avec le prof, sa voix, le vocabulaire choisi, qu’il parle beaucoup ou pas dans son cours. Dans un centre, testez plusieurs cours avec différents professeurs. Avec une même technique, ils ne feront pas la même séance, les postures sont amenées de manière identique.

À éviter

À éviter

  • Courir dans tous les sens dès le matin. Préparez le maximum de choses la veille : petit-déjeuner, vos affaires et celles de vos enfants… Achetez-vous une cafetière programmable.
  • Se laisser déborder. Classez vos tâches par ordre de priorité. Ne surchargez pas votre agenda de rendez-vous. Chassez les contraintes inutiles. Allez directement à l’essentiel.
  • Zapper les courses. Surfez sur le web pour commander. Vous n’avez pas Internet à la maison ? Pas de problème. Faites-vous livrer à domicile.
  • Vivre dans le passé ou le futur. En se concentrant sur l’« ici et maintenant », vous profiterez mieux des petits bonheurs de la vie.

À lire

À lire

SAGESSE ET PRATIQUE DU YOGA
Découvrez ou redécouvrez la pratique du yoga grâce à un maître de yoga mondialement connu et respecté.
B.K.S. Iyengar, éd. Le Courrier du livre, 23 €.

Essayer le Yoga pour se relaxer

Le yoga, un sport ou une technique de relaxation ? Quels sont ses bienfaits ? Très tendance, il est plus que bienvenu dans ce monde de stress.

 

Trop raide pour le Yoga Nidra ?

« Le yoga n’est pas une histoire de souplesse, explique Jennifer Aknin, professeure de yoga et directrice de La Parisienne dont la 16e édition aura lieu les 7, 8 et 9 septembre. Les personnes trop laxes comme les danseurs ont plein de mauvaises habitudes. En allant vers leur facilité, la souplesse, elles n’ont pas une grande maîtrise de leurs articulations, notamment au niveau du bassin. Elles ne vont pas forcément comprendre l’action à mener, les difficultés et les connectaient existantes. Ce qui n’est pas le cas des raides qui iront vers cette recherche. »

 

Quand vais-je ressentir les premiers bénéfices du Yoga ?

Au fil des séances on découvre ou redécouvre son corps, ses limites et ses déséquilibres. On sent que tous les muscles ont travaillé. Les membres se délient. Les mouvements gagnent en aisance. En créant un lien entre le corps, la respiration et le bien-être, on ressort détendu, apaisé, plus zen. « Sans faire des exercices compliqués, on demande de synchroniser le souffle sur la posture, la respiration sur le mouvement. Rien que cela nécessite une certaine discipline qui relie le corps, le souffle et le mental. Le travail sur l’inspiration et l’expiration calme l’hyperactivité que l’on a en soi. Allonger l’expire libère les tensions au niveau du plexus solaire. » Le système nerveux parasympathique favorise le repos, la relaxation et la restauration des forces.

 

Je n’ai pas seulement appris à respirer avec le Yoga Bikram !

La sédentarité, le stress, l’anxiété, les mauvaises positions, les vêtements trop serrés coupent notre souffle. Contracté, le diaphragme se bloque et nous ne respirons pas à fond. La synchronisation du souffle avec les mouvements est assez perturbante. La coordination, lever le bras droit avec la jambe gauche, ne fut pas chose facile. « Le yoga demande une certaine concentration pour exécuter correctement les postures. Au début, il est difficile de lâcher prise. On est souvent plus dans la réflexion, la compréhension de l’information demandée. Une fois plus à l’aise dans les positions, donc dans la synchronisation du souffle et des mouvements, on est dans le mental, à ce que l’on fait. »

 

Un bon complément pour la course à pied ?

« Le yoga permet de synchroniser la respiration sur la course un peu comme un métronome. En vous concentrant dessus, vous irez un peu plus loin dans votre effort. Le yoga tonifie et renforce les muscles profonds et les étire, tout en assouplissant les articulations. » Autre avantage ? « C’est un accélérateur de récupération et il prévient les courbatures. » En optimisant la respiration et la détente musculaire, on améliore la qualité de l‘oxygénation dans le sang. « En récupérant plus vite, vous préservez votre corps. Moins fatigué, il est plus performant. »

À lire

À lire

LA BIBLE DU YOGA
Si vous n’avez pas envie d’aller pratiquer le yoga dans une salle, ce livre vous explique 170 postures, illustrées par des photos, avec mise en garde si nécessaire. Raide ou souple, commencez comme vous êtes. Le yoga frappe à votre porte et le tourbillon de la vie s’éclipse.
Christina Brown, Guy Trédaniel éditeur, 22 €.