Archive de mots clés: « soin »

Masque pour cheveux dévitalisés

Vos cheveux sont ternes, cassants, et ont tendance à regraisser ? Cette recette de masque va leur donner un coup d’éclat bienvenu grâce aux propriétés ultra nourrissantes de l’huile d’olive.


Les ingrédients à préparer

Huile d’olive
Argile verte
Œuf
Vinaire de vin
Jus de citron
Du shampooing au Ph neutre


La préparation

1/ Mettez l’huile d’olive dans un bol à part, et mixez ensemble l’argile verte et l’œuf. Dans un autre bol, mélangez le vinaigre et le jus de citron.

2/ Appliquez sur vos longueurs l’huile d’olive, en insistant sur les pointes sèches. Sur les racines, vous pouvez vous aider d’un pinceau pour les recouvrir du mélange d’argile et d’œuf, qui réduit les excès de sébum.

3/ Laissez poser 20 minutes, le temps de faire notre test sur les huiles essentielles ou la sexualité masculine.

4/ Faites un shampooing neutre mélangé au jus de citron. Effectuez ensuite un rinçage en diluant 1 verre de vinaigre de vin dans de l’eau froide pour faire briller vos cheveux de mille feux.

Soin anti-ride au miel

Le miel possède de nombreuses vertus, et est notamment un excellent anti-oxydant, pour aider les cellules à lutter contre les radicaux libres qui favorisent l’apparition des rides.


Les ingrédients

Miel liquide
Eau de rose
Lait


La préparation

1 / Nettoyez soigneusement la peau de votre visage.

2 / Mélangez deux c. à s. de miel avec deux c. à c. de lait.

3 / Ajoutez une c. à c. d’eau de rose.

4 / Appliquez sur la peau de votre visage, et laissez poser environ 15 minutes, juste le temps de lire notre dossier beauté sur les armes anti-âges

5 / Rincez à l’eau tiède en vous aidant d’un coton bien doux.

Prendre soin de ses pieds et les soigner

Forts et fragiles à la fois, nos pieds endurent mille maux ! Pour les aider à fonctionner durablement, bons gestes pour prévenir et bonnes manœuvres pour guérir les ampoules, cors, durillons et mycose ongle etc.

 

Nos pieds, écrasés au moins 17 000 fois par jour, nous rendent bien des services… Et pourtant, loin des yeux et parfois difficilement accessibles, ils peuvent être négligés. Une toilette des pieds aux petits oignons (qui évitent les gros !) est le socle de la prévention.
Première étape avant de passer aux actes plus techniques, armé(e) d’une paire de ciseaux et d’une pince désinfectées à l’alcool à 70°, d’une lime (la coupe), le bain de pieds : eau tiède et galet effervescent revitalisant ou concentré pour le bain à base d’eucalyptus et de citron, pour une dizaine de minutes.
Ensuite, tailler les ongles idéalement à la pince, droit donc au bord de l’orteil (sur le bout de l’articulation). Pas de ciseaux dans les coins, pour éviter les ongles incarnés. Arrondir ensuite les angles à la lime. Pas de vernis à répétition qui asphyxie l’ongle.
Enfin, retirer l’excédent de peau autour de l’ongle sans toucher au bourrelet, juste en dégageant le sillon. Pour se débarrasser des plages d’hyperkératose (couche cornée devenue très épaisse parce que trop sollicitée, et sèche puisque dénuée de glandes sébacées), pas de pierre ponce ou de crème de gommage chaque jour qui reproduisent le schéma d’agression à l’origine du problème, mais au plus une fois par semaine. Ce soin ponctuel sera suivi par un massage de la plante avec une crème réparatrice.
Protégez le pied des frictions avec des crèmes anti-­frottement, secondes peaux végétales, ou des pansements adaptés. Et graisser cette plante naturellement sèche qui se fissure ou se crevasse, lorsqu’elle est sollicitée. En cas d’ampoule éclose, choisir des pansements adaptés, hydro­colloïdes, qui protègent et facilitent la cicatrisation. Si vous vous sentez désemparé(e) ou avez les pieds vraiment abîmés, consultez votre pharmacien, voire un podologue-pédicure.

 À lire aussi : 5 astuces pour se détendre grâce à la réflexologie plantaire

 

Soigner et soulager ses pieds

1/ Aider à la cicatrisation de l’ampoule

Frottement inapproprié aidant, une seconde peau s’est formée, une sorte de cloque enfermant un liquide, à découper de façon stérile pour faciliter la cicatri­sation si sa surface est importante et qu’une cicatrisation spontanée paraît impossible. À l’appui, une kyrielle de pansements spécifiques.

2/ Voir un pédicure pour un ongle incarné

L’ongle est enchâssé dans le repli de peau adjacent, voire incarné, avec une inflammation, douloureuse, peut-être le signe d’une infection… Mieux vaut faire appel au pédicure pour les premiers soins et poursuivre avec des microcataplasmes d’argile à appliquer plusieurs fois par jour pour drainer cet embryon d’infection.

3/ Soulager, traiter ou opérer le cor

Il s’agit d’une accumulation de peau (hyperkératose) au(x) point(s) de friction avec la chaussure, habituellement au-dessus d’une articulation (à la différence de l’œil-de-perdrix qui se développe entre les orteils). Le durillon, quant à lui, surgit sur le coussinet plantaire à la base des orteils. Poncer la pointe du cor s’il est superficiel ; sinon, c’est le podologue-pédicure qui opère : il enlève l’excroissance au bistouri ou à la lame de gouge. Et pour éviter que le cor ne récidive, changer de chaussures si le problème vient effectivement de là où l’on crée des zones tampons avec des pansements spécifiques (pour hallux valgus par exemple).

 À lire aussi : Soins des pieds : cor, durillon, ampoule

 

4/ Soigner et réparer une crevasse

Le talon surtout, ultra sec, est sillonné de fissures ou même de crevasses. Pour se débarrasser de ces plages d’hyperkératose, une pierre ponce douce ou un produit décapant à base d’urée. Seconde solution exfoliante, l’acide salicylique, pour une absorption ensuite optimisée du soin réparateur. La patte du podologue est indispensable si le fendillement est ancien, rebelle ou bien trop profond, pour un décapage plus vigoureux des couches cornées.

5/ Faire disparaître une ou des verrues

Sur la plante apparaît une excroissance grisâtre hérissée de petites saillies rugueuses, circonscrite par un anneau de chair plus dure, souvent douloureuse à l’appui. Appliquer chaque jour juste dessus pendant au moins six semaines un produit adapté (à base d’acides ou de froid). Pour plus d’efficacité, enfermer la verrue et son produit sous pansement et limer au fur et à mesure du traitement le chapeau de la verrue. Les squames abritent le virus à l’origine de ce bobo, contagieux donc.

Conseils de Pharmacien : le podologue-pédicure peut rendre de nombreux services

Conseils de Pharmacien : le podologue-pédicure peut rendre de nombreux services

  • Il s’occupe du pied et veille aussi au fonctionnement harmonieux des articulations au-dessus, cheville, genou, voire colonne vertébrale en repérant les mauvaises positions.
  • Il soigne les ongles incarnés, coupe et désépaissit les ongles, abrase et traite les callosités (cors, durillons, œil-de-perdrix et autres hyperkératoses) ou les verrues, à l’aide d’instruments stériles et adaptés.
  • Il prescrit des médicaments locaux pour des mycoses ou des verrues ou des semelles pour atténuer les déséquilibres, orthèse corrective d’hallux valgus, etc.
  • Il propose des solutions pour une sudation excessive.
  • Il est un auxiliaire de santé précieux pour les diabétiques et/ou ceux qui souffrent d’artérite des membres inférieurs dont les plaies des pieds, si elles sont mal soignées, sont lourdes de conséquences (prestation remboursée).

 

 À lire aussi : Prendre soin de ses pieds

 

Bons gestes

– N’attendez pas que le problème soit installé avant d’agir, parlez-en rapidement et montrez votre pied, à vous-même, par l’intermédiaire d’un miroir s’il le faut, un proche, voire un spécialiste pour un conseil éclairé.

– De nombreuses solutions existent en pharmacie pour soulager une douleur, mieux répartir le poids du corps sur des coussinets ad hoc, protéger des zones à risque, nourrir, soigner, etc.

– La bonne chaussure ? Point trop souple dans son ensemble, compensée pour une meilleure stabilité, dotée d’une semelle épaisse et semi-­rigide, d’un talon large et raisonnable (petit, de 2 à 4 cm) et d’un contrefort qui emboîte le talon. Au niveau des orteils, elle doit pouvoir s’adapter aux variations de température et de volume du pied. (Dr Comfort, Scholl.)

Premiers besoins du nouveau né

Le nourrisson est un être fragile et sensible aussi voici quelques conseils pour prendre soins du nouveau né en matière de puériculture.

 

Plus encore s’il s’agit du premier, on peut se poser de multiples questions à propos de ses besoins essentiels, toilette et repas des toutes premières semaines… Les clés d’un territoire nouveau. Dans un monde idéal, un nouveau-né est nourri au sein ses six premiers mois… Dans la vraie vie, la moitié le sont effectivement pendant un mois, puis très rapidement la plupart ne le sont plus*. D’où le nombre de références de laits infantiles qui se disputent ce marché.
La quantité d’énergie, de macronutriments (glucides, lipides et protéines) et de micronutriments (vitamines et oligoéléments) des préparations standards, dénuées d’indications spécifiques est réglementairement établie. C’est sur la qualité de ces nutriments que rivalisent les fabricants, l’étalon, or du lait étant bien sûr le lait de mère…

 

Prendre soin des bébés

À lire

À lire

J’ÉLÈVE MON ENFANT Les parents se posent mille questions, puis, au fur et à mesure que l’enfant grandit, de nouvelles interrogations surgissent. Laurence Pernoud, actualisation par Agnès Grison et son équipe, éditions Horay, 30,50 €.
Les préparations infantiles sont classées en fonction de l’âge de l’enfant : 1er âge, jusqu’à 4-6 mois ; 2e âge, ou de suite, dès le début de la diversification alimentaire et jusqu’à un an ; 3e âge, ou de croissance, jusqu’à 3 ans environ, parce que plus riche en fer et en acides gras essentiels à la croissance du cerveau que le lait de vache. Certains laits ont des caractéristiques propres mises en avant par une allégation (coliques, régurgitations, etc.). On les adopte souvent sur prescription médicale, laits appauvris en lactose (suites d’une diarrhée) qui influence la vitesse du transit, laits acidifiés (coliques), laits épaissis, antirégurgitations (AR). Préventifs, les laits enrichis en probiotiques évitent et/ou enrayent les diarrhées. Les laits enrichis en prébiotiques, oligosaccharides présents dans le lait maternel, ren­forcent l’immunité en favorisant la croissance des bifidobactéries probiotiques contenues dans l’intestin des nouveau-nés pour moins de diarrhées aiguës, d’otites, de rhinopharyngites, etc., surtout pour les nourrissons qui font ces infections respiratoires hautes à répétition.

1 Bien savonner le cuir chevelu

À savoir

À savoir

L’INFECTION CHEZ L’ENFANT
Le corps des enfants étant beaucoup plus petit que celui des adultes, leurs organes sont beaucoup plus rapprochés, ce qui favorise la propagation des infections. Toute infection locale chez un enfant doit être traitée comme si tout le corps était atteint.
Lavez avec la paume de la main et des mouvements circulaires, sans crainte pour la fontanelle encore ouverte, au moment du bain, à 37°, d’autant que bébé transpire beaucoup et particulièrement de la tête. Sur ce crâne nouveau-né peuvent apparaître des croûtes de lait, des squames blanches et molles, une dermite séborrhéique, qui résulte de l’imprégnation par les hormones de la mère dans les premières semaines de vie. À faire disparaître avec un shampooing spécifique.

2- Nettoyer oreilles et nez en douceur

Essuyez juste le pavillon de l’oreille avec un coton humide. Les Coton-tige sont interdits de séjour dans ce conduit qui mène très vite à la membrane du tympan… Même manœuvre pour les narines.

3- Soigner la peau du visage

Le visage doit être nettoyé toujours délicatement, par exemple avec une mousse d’eau nettoyante douceur sans rinçage. Contre les petits bobos, types dartres, gerçures ou irritation des plis, une crème réparatrice, assainissante, à base de cuivre et de zinc.

4- Savoir couper les ongles

Coupez les ongles des mains et des pieds délicatement, droits, sans vous attarder sur les côtés, et toujours avec une paire de ciseaux bébé.

5- Laver et protéger le corps

Minimisez le risque d’érythème fessier, conséquence du contact prolongé des selles et des urines avec cette peau fine et perméable du nouveau-né, dans un milieu clos, la couche, en changeant votre bébé avant chaque repas s’il n’est plus propre et après une selle. En prévention ou en soin, une pâte à l’eau non occlusive qui neutralise les enzymes fécales. La fragilité de cette peau plus mince est accrue par un film hydrolipidique réduit, faute de glandes sébacées fonctionnelles. Nettoyez le corps de votre enfant avec un produit spécial bébé en insistant sur les plis, écartez les petites lèvres et tirez (légèrement !) sur le prépuce pour dégager l’extrémité du gland. Enfin, protégez sa peau avec un lait hydratant formulé pour bébé. Pour le nombril, avant que le cordon ne tombe, séchez-le bien après le bain, puis appliquez un désinfectant à base de chlorhexidine.

 

Réponses d'expert : Comment qui ne veut ou peut allaiter va-t-elle choisir son lait ?

Réponses d'expert : Comment qui ne veut ou peut allaiter va-t-elle choisir son lait ?


photoDr Brigitte Nisolle-Taourel,
Pédiatre

En général, le bébé prend le lait qui a été donné à la maternité. Lors de la visite du 10e jour, le pédiatre peut en proposer un autre si le premier ne convient pas, mais tous sont encadrés par les mêmes normes, européennes, exigeantes en termes de nutriments. On peut préférer parfois un lait Premium digest (contre les petits reflux et/ou coliques), voire un lait thérapeutique (en cas de constipation). Un lait 1er âge toujours. Un lait 1er âge toujours. Laits HA ou à base de protéines végétales : bébés intolérants au lait de vache (eczéma, coliques, etc.). Hydrolysats poussés de protéines : en cas de vraie allergie aux protéines du lait de vache (APLV, pleurs sans raison connue, transit perturbé, infléchissement de la courbe de poids), attestée par une épreuve d’éviction de ce lait.

À éviter : arrêter l’allaitement à tort

À éviter : arrêter l’allaitement à tort

La maman s’inquiète souvent d’un lait peu abondant ou peu nourrissant. Une seule boussole pour se rassurer (ou s’inquiéter), la courbe de poids ! Attention, les courbes de croissance des bébés allaités ne sont pas superposables à celles des bébés nourris au lait artificiel, parfois excessives.

La formation de crevasse. Il faut revoir la position d’allaitement, éviter d’appuyer le doigt sur le sein pour dégager le nez du bébé, étaler sur l’embryon de crevasse le lait de fin de tétée, alors cicatrisant, adopter un bout de sein le temps de la cicatrisation et renoncer au tire-lait qui aggrave les lésions.

L’engorgement, quand le nouveau-né n’arrive pas à bien téter au tout début. Douchez le sein à l’eau chaude, massez l’aréole en exprimant le lait du mamelon et quand le sein est plus souple mettez bébé au sein, appliquez s’il le faut une pommade anti-inflammatoire.