MA PEAU EST UNE PRISON
aviron

L’aviron, le « nouveau » sport-santé !

26 novembre 2016
Sur rivière, en mer voire en salle, il se pratique toute l’année. Et avec le programme Aviron Santé créé par la FFA, chacun(e) peut retrouver ou entretenir une bonne condition physique.

 

Hugo Maciejewski, conseiller technique national à la Fédération française d’aviron et docteur en physiologie de l’effort, l’affirme. « L’aviron est une discipline très complète. Il fait travailler les muscles du haut du corps comme ceux des membres inférieurs et supérieurs. Il renforce les dorsaux, ceux de la ceinture abdominale ou les spinaux lombaires. » Sa pratique serait encore plus bénéfique que celle de la natation. « Lorsque vous nagez, vous êtes plutôt sur du gainage statique. En aviron, vous êtes sur du dynamique. Et c’est dans des situations dynamiques que l’on décèle une éventuelle faiblesse au niveau du renforcement de la chaîne abdominale et des spinaux lombaires. » Des muscles essentiels pour prendre un enfant dans les bras ou monter les courses au 3e étage… « L’une des particularités de notre discipline est qu’elle développe simultanément l’endurance et la force. »

 

L’aviron : un sport « 2 en 1 »

« Lorsqu’on aborde la santé et le bien-être, on évoque dans la majorité des cas le cardiovasculaire. Certes, c’est un élément important. Mais il n’y a pas que cela ! » Avoir un bon cœur, c’est bien. Développer sa tonicité musculaire, c’est encore mieux. Avec l’aviron, nul besoin d’enchaîner les entraînements (pour le cardio, pour le haut du corps, pour les jambes, pour les abdos…). À chaque séance, vous mobilisez 80 % de votre masse musculaire. Votre débit cardiaque augmente en conséquence. Plus que lorsque vous courez ou faites du vélo. Une activité physique idéale pour celles et ceux qui souhaitent optimiser leur temps libre !

 À lire aussi : Je teste ma condition physique

 

Une activité physique parfaite pour le dos !

« On accuse parfois l’aviron de donner mal au dos. C’est une erreur ! Adrien Hardy, champion olympique en 2004, est venu à l’aviron à cause de problèmes de dos importants à l’adolescence. C’est même grâce à sa pratique que l’on va pouvoir corriger les maux de dos. À condition d’avoir la bonne technique. » Comme dans tout sport, le risque zéro n’existe pas. En aviron, c’est en se penchant vers l’avant et en essayant d’aller le plus loin possible que l’on se casse le dos. La bonne attitude ? « Un dos bien plat et gainé. Imaginez-le bouger tel un pendule entre 10 et 14 heures. L’action vient de la force des jambes et des bras. » Poitrine dégagée, épaules basses et relâchées, lorsque vous tirez sur les bras à la fin du coup d’aviron et que les mains se rapprochent du corps, vos omoplates se rapprochent. Tous les muscles du dos travaillent. Rien de tel pour se redresser et éviter que les épaules ne s’enroulent vers l’avant.

 À lire également : Les bienfaits de la marche pour garder la forme

 

L’aviron, accessible à tous

À savoir

À savoir

Retrouvez les clubs labellisés Aviron Santé sur www.avironfrance.fr
Tout le monde peut retrouver ou garder la forme en ramant. Mais l’aviron est bénéfique aussi aux personnes souffrant de cancers, de troubles cardiovasculaires, de diabète, d’obésité ou encore d’insuffisance veineuse. « Même en cas d’artériopathie, il a un double intérêt. Assis, vous luttez moins contre la gravité, ce qui facilite le retour veineux. Et quand vous appuyez sur les cale-pieds, l’action sur la voûte plantaire est la même que lors de la marche. » À raison de trois séances hebdomadaires sur des cycles de huit à dix semaines, les programmes d’entraînements adaptés permettent aussi de stabiliser le poids. « Étant majoritairement sur une filière énergétique aérobie de faible intensité, vous favorisez la consommation de lipides. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, disait Lavoisier. En l’occurrence, vous transformez votre masse grasse en muscles. »

À force de coups d’aviron, vous vous métamorphosez !

 

Réponses d'expert : Effort individuel, performance solidaire

Réponses d'expert : Effort individuel, performance solidaire

Hugo Maciejewski
Conseiller technique national à la FFA, docteur en physiologie de l’effort

  • Préférez un club pour vous initier afin de bénéficier des meilleurs conseils : ceux d’un professionnel.
  • Soyez à l’écoute de votre corps comme de vos sens. En aviron, la notion de glisse est exceptionnelle. Lorsque vous y goûtez, difficile d’oublier pareille sensation !
  • Persévérez. Acquérir une bonne technique demande au minimum un apprentissage de trois semaines à raison de deux séances par semaine.
  • Focalisez-vous sur la technique, non sur l’objectif. Une fois le geste et son rendement acquis, vous avalerez les kilomètres et engrangerez les performances.
  • Ayez une notion de cohésion de groupe. L’aviron est peut-être individuel dans l’effort et dans l’accomplissement technique, mais la performance relève de la solidarité.

 

Clarisse Nénard

Le choix de la rédac

Opération protection

Corps

Opération protection

La solution vient du Nord !

Fitevan, une nouvelle appli fitness

Gym / fitness / danse / pilates

Fitevan, une nouvelle appli fitness

Dans le métro, au bureau ou dans votre salon !

Respirez, tout ira bien !

Huiles essentielles

Respirez, tout ira bien !

Six nouvelles expériences olfactives

Laissez les extraits de plantes bio entrer chez vous

Compléments alimentaires

Laissez les extraits de plantes bio entrer chez vous

Pour renforcer le système immunitaire.