CYSTALIA
Les 6 fruits de l’été

Les 6 fruits de l’été

16 juillet 2017
Quelle abondance sur les étals des marchés ! Gorgés de soleil, mûrs à souhait, les fruits rivalisent de couleurs et de saveurs.

 

Frais, nature ou en salade, ils enchantent nos papilles. Et en cette saison, les fruits regorgent de nutriments essentiels (vitamines, minéraux, oligoéléments, fibres douces, antioxydants puissants) pour des apports caloriques faibles à modérés. Les indispensables dans la corbeille.

 

A comme Abricot

La chair tendre et moelleuse de l’abricot est très digeste grâce aux pectines qu’il contient – à condition de le consommer mûr à point. Et sur ce point, sa coloration n’est pas une garantie : fiez-vous plutôt au parfum et à la souplesse de la chair sous le doigt. Sa saveur légèrement acidulée stimule les sécrétions gastriques. Un fruit de taille moyenne (45 g) fournit moins de 23 kcal. Il se mange aussi bien cru que cuit dans des recettes sucrées ou salées.

 À lire aussi : RECETTE – Tiramisu aux fruits d’été

 

C comme Cerise

Pour les croquer fraîches, choisissez des drupes charnues et brillantes, avec un pédoncule bien vert. La cerise est riche en sucres (15 %), dont le lévulose, et en pectine utile pour les confitures – à réaliser avec des fruits bien mûrs. Sa teneur calorique reste raisonnable de 50 à 68 kcal/100 g. Elle est légèrement laxative et le potassium qu’elle contient lui confère des propriétés diurétiques.

 À lire aussi : RECETTE – Clafoutis aux cerises

 

F comme Fraise

Attention, ce faux fruit (en réalité un polyakène) est très périssable. La fraise renferme un cocktail de vitamines : C, bêtacarotène, du groupe B – dont la B9, si importante lors d’une grossesse !, et d’oligoéléments : calcium, magnésium, potassium… Il en existe plus de 600 variétés. Les apports caloriques sont très variables selon qu’on la mange nature, avec de la crème, du vin ou du sucre.

 

Vous avez dit allergie ?

Vous avez dit allergie ?

Les fraises peuvent provoquer des allergies en rapport avec un excès d’apport en histamine (le mécanisme n’est pas immuno-allergique comme dans l’allergie vraie). Il est recommandé de ne pas introduire ce fruit dans l’alimentation du bébé avant l’âge 6 mois.

 À lire aussi : Allergie ou intolérance alimentaire ?

 

M comme Melon

En hors-d’œuvre ou en dessert, c’est le fruit de l’été par excellence. Il favorise le transit intestinal – mais on évitera de le manger glacé ! Il est moyennement énergétique (48 kcal/100 g) avec une teneur en sucres de 10 à 12 %. Sa richesse en potassium et en eau facilite la diurèse. Un bon melon est lourd, avec une consistance un peu ferme et un arôme bien développé.

 

P comme…

  • Pastèque. Parfois nommée melon d’eau (elle en contient 92 % !), elle est très appréciée quand il fait chaud car très désaltérante. Elle se consomme le plus souvent fraîche, nature ou en salades avec d’autres fruits, mais elle peut aussi servir à l’élaboration de glaces et de sorbets. Elle est peu énergétique (60 kcal/200 g) car sa teneur en glucides est faible : essentiellement du saccharose et du fructose aux pouvoirs sucrants élevés.
  • Pêche. Riche en eau et en sucres, la pêche est un fruit duveteux et charnu, proche de la nectarine et du brugnon. Il s’agit en fait de trois variétés de la même espèce. La peau de la nectarine est lisse et sa chair plus ferme que celle de la pêche. Le brugnon est une variété de nectarine dont le noyau adhère à la chair. Pour profiter de leur apport en fibres et en antioxydants, il est conseillé de les consommer sans les peler.
Christelle Piat

Le choix de la rédac

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais

L’huile de coco : l’huile végétale multi usage de l’été

Corps

On en parle de mon périnée ?

Gynécologie

Mesdames, pensez périnée !

Un livre vous propose de le rencontrer pour mieux l’apprivoiser.