Archive de mots clés: « Pamplemousse et médicaments »

Les médicaments : matin ou soir, avant pendant ou après le repas ?

Il n’y a pas que les interactions médicamenteuses dont il faut se méfier. Pourquoi faut-il prendre des médicaments le matin ? Le soir ? Avant, pendant ou après les repas ? Réponse d’expert avec François Chast, président honoraire de l’Académie nationale de pharmacie.

 

Ce sont essentiellement les médicaments absorbés par voie orale (comprimés, gélules, sirops, etc.) qui sont concernés par les interactions avec l’alimentation. Néanmoins, certains aliments interfèrent avec le métabolisme hépatique des médicaments, comme le pamplemousse[1]. Et là, quelle que soit la voie d’administration, y compris en perfusion intraveineuse, par exemple, l’interaction peut se manifester.

 

Le mécanisme d’absorption des médicaments

Comme un préalable important de l’action des médicaments repose sur une bonne absorption, il faut tenir compte de ce risque de l’influence des aliments sur la quantité de médicament absorbé et sur la vitesse de cette absorption. Ces modifications sont d’autant plus à prendre en compte qu’on a affaire à des médicaments à marge thérapeutique étroite. C’est le cas des antiépileptiques ou des immunosuppresseurs[2]. L’absorption des médicaments est majoritairement située dans l’intestin grêle. Pour schématiser, on peut dire que plus un médicament est soluble dans l’eau, moins il traverse la barrière intestinale. En revanche, un médicament quasi huileux franchira aisément la muqueuse intestinale pour passer dans le sang. On peut en déduire que certains aliments affectent directement cette propriété. 

 

Quels aliments gênent l’absorption des médicaments ?

Lorsqu’à la faveur d’un repas, le pH de la lumière intestinale augmente (ce qui signifie que le niveau d’acidité diminue), certains médicaments voient leur passage facilité, d’autres, au contraire, sont freinés, voire empêchés. Il convient, par exemple, d’être prudent avec les médicaments contre le VIH, souvent sensibles à ces modifications. La présence dans le tube digestif de certains éléments comme le calcium (laitages) empêche la résorption de certains antibiotiques comme les tétracyclines ou les fluoroquinolones. L’absorption des biphosphonates, utilisés en rhumatologie, est, elle, fortement compromise par la présence de calcium. Mais si le lait n’est pas souhaitable, jus d’orange ou café ne font pas mieux. Donc, le matin, pour faciliter l’absorption de ces médicaments, rien ne vaut un simple verre d’eau.

Et les graisses ? Certains médicaments voient leur absorption accrue et d’autres, au contraire, diminuée. Et les fibres ? D’une manière générale, elles retardent et/ou diminuent l’absorption des médicaments. C’est par exemple vrai pour les hormones thyroïdiennes.

La consommation excessive d’alcool est irritante pour la muqueuse digestive (augmentation du passage des médicaments en raison d’une vasodilatation). Elle ralentit également la vidange gastrique (ce qui renforce le métabolisme hépatique des médicaments).

  

Les bons réflexes à adopter selon les traitements

Au total, pour « s’en sortir »… l’absence d’excès alimentaires, la régularité de l’heure des repas, l’utilisation de l’eau plutôt qu’une autre boisson, sont autant de facteurs de sécurité, en particulier lorsqu’on doit prendre des médicaments pour un traitement de longue durée.

Quelques exemples :

À prendre à distance des repas (plus d’une heure avant ou de deux heures après) Érythromycine (Érythrocine), Isoniazide (Rimifon), pénicillamine (Trolovol), rifampicine (Rifadine)
Sauf si le médicament est pris pendant le repas, il faut l’avaler en dehors de l’absorption de tout produit laitier Quinolones (Ciflox, Izilox, Oflocet, Peflacine, Tavanic)
À prendre pendant les repas Pristinamycine (Pyostacine), atovaquone (Wellvone), artéméther-luméfantrine (Riamet), lévodopa (Modopar, Sinemet)
À prendre environ trente minutes avant le petit déjeuner avec un verre d’eau Thyroxine (Levothyrox), diphosphonates (Fosamax, Actonel, Clastoban)

 

Avant de prendre un médicament, on demande conseil à son pharmacien. Si on a oublié de le faire, la notice d’information présente dans la boîte donnera toutes les informations utiles à la sécurité des prises !

[1]Voir question 40.

[2]Les immunosuppresseurs sont des médicaments qui s’opposent à certaines réactions du système immunitaire. Leur utilisation est précieuse dans la prévention ou le traitement du rejet de greffe (cœur, rein, foie, etc.) ou de tissus (moelle osseuse, cornée, etc.), ou le traitement des maladies auto-immunes.

 

Extrait de...

Extrait de...

les-medicaments-en-100-questions-crgLES MÉDICAMENTS EN 100 QUESTIONS, de François Chast, Président honoraire de l’Académie Nationale de Pharmacie.
Éditions Taillandier, 2016,
14.90 €.

 

Enregistrer