Archive de mots clés: « accouchement »

Les indispensables à emmener à la maternité

Pour ne pas vous retrouver avec un sac rempli à la hâte par un futur papa traumatisé par vos premières contractions, pensez à préparer vos affaires pour l’accouchement… et après.

 

La chambre de votre bébé est prête à l’accueillir, ses bodys lavés et pliés dans sa commode, la pile de couche déjà prête à l’emploi… Et votre sac, il en est où ? Vous aussi besoin de plein de choses une fois arrivée à la maternité, et vous serez bien contente d’avoir glissé dans votre baluchon ces quelques indispensables.

 

1– De quoi passer le temps

On se figure souvent l’accouchement comme une course contre la montre pour arriver à la maternité avant que bébé pointe le bout de son nez. Cela arrive, mais soyons honnête, c’est rare, surtout pour un premier enfant. Une fois que votre col est suffisamment ouvert pour la pose de votre péridurale, va débuter une période d’attente plus ou moins longue : prévoyez de la lecture, des mots croisés, de la musique pour tuer le temps en attendant que votre enfant arrive pour de bon.

 

2 – De quoi vous rafraîchir

Une fois que le travail a commencé, vous ne pourrez plus ni boire ni manger. Munissez-vous d’un brumisateur qui vous rafraîchira les joues et le palais pendant ces longues heures. Vérifiez que le futur papa a dans ses poches de la monnaie pour s’approvisionner en cafés et en snack en attendant l’arrivée de sa descendance.

 

3 – Des affaires pour le bébé

Si les couches et les biberons sont fournis par la maternité pour ses premiers jours, c’est à vous d’apporter bodys et pyjamas. Choisissez-les de préférence en taille naissance : même s’il / elle ne les porte que trois semaines, il sera moins perdu dans les plis de tissu. Prévoyez deux tenues par jour, avec des vêtements qui s’ouvrent complètement et qui se pressionnent, sans avoir besoin de les passer au-dessus de la tête du bébé. Votre nouveau-né appréciera de ne pas être manipulé dans tous les sens pour lui enfiler son pyjama. N’oubliez pas un bonnet tout doux pour garder sa tête au chaud les premiers jours, et des petits moufles pour lui éviter de se griffer le visage.

 

4 – Des tenues confortables

Le lendemain de la naissance de votre petite merveille, vous serez contente d’être immortalisée sur les photos de famille dans des vêtements de ville plutôt qu’un pyjama informe. Offrez-vous des tenues dans une matière souple, élastique, pas trop moulante : vous serez plus à l’aise pour accueillir vos visiteurs et vous reposer pendant les siestes de votre bébé. Prévoyez aussi un gilet et des chaussons pour vos déplacements dans les couloirs.

 

5 – Un soutien-gorge d’allaitement

Si vous avez prévu d’allaiter, n’oubliez pas d’acheter avant la naissance un soutien-gorge adapté pour nourrir votre enfant sans avoir besoin de vous déshabiller à moitié. Prévoyez des hauts avec des boutons ou fermeture éclair sur le devant, nettement plus pratiques pour les tétées.

 

6 – Des serviettes de maternité

Qu’est-ce donc que cet objet non identifié ? Ni plus ni moins que des couches pour femmes fraîchement accouchées, destinées à absorber les pertes de sang importantes post accouchement. Non, les serviettes type « nuit » ne sont pas assez épaisses pour faire face à la situation, vous vous en rendrez vite compte si vous essayez. Vous trouverez en pharmacie des serviettes maternité, Ruby Maternité ou Unyque par exemple, plus épaisses que des protections classiques mais tout de même plus discrètes que celles fournies à la maternité.

 

7 – Une trousse de toilette

La maternité n’étant pas un hôtel : savon, shampooing, dentifrice et brosse à dents ne sont pas fournis. Préparez-vous une trousse avec tout votre nécessaire pour avoir tous vos produits fétiches à portée de main. Emmenez votre crème ou huile anti-vergetures : il est important de continuer à l’appliquer pendant encore au moins quatre semaines après l’accouchement.

 

8 – Un masque pour les yeux

Si vous avez des difficultés à vous endormir, glissez dans votre sac de quoi vous isoler de la liseuse de votre voisine de chambre ou de la lumière du jour. La fatigue est souvent intense après les émotions de l’accouchement, et votre masque vous permettra de faire des siestes en même temps que celles de votre bébé.

 

9 – Une trousse de maquillage

Vous n’en voyez pas l’utilité ? Pensez encore et toujours aux nombreuses photos prises par vos visiteurs, que vous retrouverez avec horreur dans quelques années en vous disant « mais quelle tête de déterrée j’avais ! ». Des photographes spécialisés proposent également dans la plupart des maternités une séance photo avec votre enfant avant la sortie : autant avoir une tête présentable si vous décidez de vous l’offrir !

 

10 – Un équipement de pro

Amenez avec vous votre coussin d’allaitement, il vous sera précieux. Pour vous caler pendant les premiers repas de votre bébé, mais aussi pour dormir en vous appuyant dessus. Vous pouvez aussi amener votre écharpe de portage et vous promener dans les couloirs avec votre enfant s’il a du mal à trouver le sommeil dans son nouvel environnement.

8 astuces pour réveiller sa libido après l’accouchement

L’arrivée d’un enfant, la fatigue et les transformations physiques apportent de nombreux bouleversements dans la sexualité du couple. Comment relancer la flamme du désir ? Surmonter son appréhension ? Découvrez nos conseils pour redonner des couleurs à votre vie sexuelle.

 

Difficile après l’accouchement de reprendre sa vie sexuelle comme si de rien n’était. Episiotomie douloureuse pour Madame, peur de faire mal pour Monsieur, fatigue pour tout le monde… les freins sont nombreux, et pourtant il est essentiel pour le couple de réinvestir la dimension sexuelle de sa relation. Essentiel pour ne pas devenir que des parents, et essentiel pour votre enfant qui ressent dès ses premiers jours l’amour et la tendresse qui unissent ses parents.

 

1 – Savoir prendre son temps

Après un accouchement, le col de l’utérus est fragile, et les parois du vagin encore contusionnées par le passage du bébé. Petites plaies, points de suture… : en bref, cette zone intime a besoin de se remettre de ses émotions. Les jeunes mamans expérimentent de surcroît pendant au moins deux semaines des saignements, les lochies (un mélange de caillots de sang et de restes de membranes placentaires, un truc sexy quoi). Au vu de cet état des lieux pas jojo, il est recommandé d’attendre au moins six semaines avant d’avoir un rapport sexuel. En revanche, si la jeune maman s’en sent l’envie et l’énergie, rien n’interdit de prodiguer des caresses manuelles ou orales au jeune papa. On a bien dit « Si… »

 

2 – Faire place nette

Certaines images de l’accouchement peuvent laisser une empreinte vivace dans l’esprit masculin, et modifier ainsi la vision qu’ils ont de leur compagne. Si le désir en ressort parfois grandi par l’expérience de la naissance, dans d’autres cas, un blocage s’installe : il est essentiel de verbaliser les éventuels souvenirs indésirables capables de polluer le désir masculin. Une bonne occasion de renforcer sa complicité plutôt que de laisser s’installer un malaise.

 

3 – Rassurer ses troupes

Si pendant la grossesse, le corps féminin est rond et plein, certaines femmes se trouvent grosses et flasques après l’accouchement, sans parler de l’éventuelle apparition de vergetures. Le regard bienveillant et rassurant de leur partenaire est essentiel pour qu’elles reprennent confiance dans leur pouvoir de séduction, malgré leur nouveau corps et leur tout nouveau statut de mère. Messieurs, à vos compliments ! Et n’hésitez pas aussi à leur offrir quelques jolies tenues pour fêter leur sortie de la maternité pour leur donner envie de se faire belle pour vous.

 

4 – Rester réaliste

Fatigue, petit machin rouge et hurlant, impossibilité de se doucher avant 17h : les ennemis du désir sont nombreux pendant les premiers mois de votre enfant. Ne mettez pas la barre trop haut et ne culpabilisez pas si vous n’avez pas envie d’enfiler vos porte-jarretelles : plutôt que de vouloir retrouver d’emblée une sexualité débridée, commencez par miser sur le réveil de votre sensualité grâce à des caresses tendres et de plus en plus ciblées. Stimulé par des contacts fréquents et répétés, votre désir se réveillera de manière naturelle.

 

5 – Tâter le terrain

On n’est parfois jamais mieux servi que par soi-même. Avant de vous lancer dans le grand jeu, faites une mission de reconnaissance en solo en vous lançant dans une séance de masturbation (ou plusieurs si le cœur vous en dit). En plus de vous reconnecter à votre corps et d’identifier d’éventuels points encore douloureux, retrouver en solo des sensations de plaisir vous rassurera sur vos capacités sexuelles.

 

6 – Choisir le bon angle d’attaque

Même après la cicatrisation, les premières pénétrations doivent se faire en douceur. Si on laisse monter le désir en mettant le paquet sur les préliminaires, au moment du coït, on découvre les plaisirs du sexe lent avec une pénétration délicate et profonde qui permet de se réapproprier les lieux… en douceur. Pour faciliter au maximum la pénétration, ne lésinez pas sur le lubrifiant ! Et attention, si vous ressentez une douleur, on arrête tout. Pas question de créer des blocages ou des appréhensions : prenez rendez-vous avec votre gynécologue pour faire un état des lieux, et en attendant, goûtez aux joies de la stimulation clitoridienne.

 

7 – Se mettre à l’heure de bébé

Après une journée passée à s’occuper d’un nouveau-né, vous n’avez en général qu’une seule envie lorsque la nuit arrive : DORMIR à peine la tête posée sur l’oreiller. Adaptez-vous à cette nouvelle configuration, et profitez des répits offerts par les siestes de votre progéniture pour redécouvrir le plaisir des siestes crapuleuses.

 

8 – Prendre le large

Votre bambin fait à peu près ses nuits et peut être confié à ses grands-parents ? Donnez à votre couple la priorité le temps d’un week-end et évadez-vous en amoureux. Rien de tel qu’un bon dîner en tête à tête suivi d’une nuit dans un endroit romantique (et calme) pour souffler sur les braises du désir.

Après l’accouchement, direction réeducation périnéale

Il vous a soutenue avec loyauté pendant neuf mois : après l’accouchement, votre périnée mérite toute votre attention. Sa rééducation n’est pas optionnelle : on vous explique pourquoi.

 

Le périnée est un ensemble de muscles que l’on découvre souvent au moment de sa première grossesse. situé entre la vulve et l’anus, ce hamac musculaire soutient l’utérus et la vessie. Vous ne voyez toujours pas où il est ? Lorsque vous contractez vos muscles pour faire un « stop pipi », c’est votre périnée qui bosse. lorsque vous tentez de retenir un gaz, c’est aussi votre périnée.


Pourquoi la rééducation est indispensable ?

Les muscles du périnée sont affaiblis par la grossesse : ils ont quand même soutenu pendant neuf mois un utérus qui passe de 50 grammes à 6 kilos, sans oublier le tour de force de l’accouchement. Certaines pensent qu’en cas de césarienne, la rééducation périnéale est optionnelle : que nenni, mesdames, votre périnée a dans tous les cas besoin de récupérer après la grossesse. Avec un périnée affaibli, les femmes deviennent avec l’âge sujettes à des fuites urinaires, notamment à partir de la ménopause. 25 à 30% des femmes sont concernées. Oui, tout de même. Après un effort important, ou si l’on pratique certains sports avec des impacts, comme le tennis, le running, le volley, etc… une descente d’organes peut aussi se produire. Non, vous n’avez pas envie que cela vous arrive…


Quand commencer sa rééducation du périnée ?

La perspective de faire pipi dans votre culotte au premier fou rire vous a convaincue de passer à l’action ? Sachez que la rééducation du périnée ne doit pas se faire immédiatement après l’accouchement, il faut attendre au moins six semaines avant de le solliciter. Une dizaine de séances encadrées par un professionnel, sage-femme ou kinésithérapeute, seront nécessaires pour le remettre d’aplomb. Si votre épisiotomie n’est pas tout à fait cicatrisée, pas d’inquiétude : votre thérapeute vous montrera comment effectuer des massages du périnée pour accélérer la cicatrisation.


Que faut-il savoir sur les séances de rééducation ?

A votre sortie de la maternité, le gynécologue vous remet une ordonnance pour 10 séances. Sachez qu’elles sont remboursées à 100% par l’assurance maladie. Il existe plusieurs méthodes : en manuel, avec une sonde, ou avec de l’électrostimulation. C’est le thérapeute qui, après un toucher vaginal, propose la rééducation la plus adaptée à chaque cas. Tant que votre rééducation n’est pas achevée, sollicitez le moins possible votre périnée : évitez de porter des charges lourdes, allongez-vous le plus souvent possible, et surtout, ne faites pas d’exercices sollicitant les abdominaux. En se contractant, ils appuient sur le périnée qui n’est pas encore capable de résister à la pression.


Peut-on effectuer sa rééducation des années plus tard ?

Vous avez loupé le coche après vos accouchements, par flemme ou manque d’informations ? Il n’est jamais trop tard pour remuscler votre périnée, les muscles se remettent très bien si on les sollicite correctement. La rééducation peut se faire des années après l’accouchement. Si vous ressentez parfois une pesanteur au niveau de l’utérus, ou expérimentez des fuites urinaires, n’attendez pas pour consulter et démarrer un cycle d’exercices avec un professionnel.