Cerveau : quoi de neuf ?

Cerveau : quoi de neuf ?

16 mars 2016
Stimulation cérébrale profonde, plasticité neuronale, cellules souches… Autant d’espoirs pour la mise au point de traitements neurologiques enfin curatifs.

 

À savoir

À savoir

LA SEMAINE DU CERVEAU
Coordonnée par la Société de neurosciences, elle permet chaque année en mars d’informer et de recueillir des dons. Pour en savoir plus : www.semaineducerveau.fr

Trois nouvelles thérapies issues de la recherche donnent beaucoup d’espoir pour l’avenir de la prise en charge des maladies touchant le cerveau.

 

Stimulation cérébrale profonde

La stimulation cérébrale profonde, ou SCP, consiste à stimuler une zone cérébrale impliquée dans la genèse d’une maladie neurologique, via des mini-électrodes posées chirurgicalement. Elles sont invisibles de l’extérieur et les stimulations sont automatiques et indolores. La SCP a fait ses preuves dans le traitement de la maladie de Parkinson ou le tremblement essentiel, ainsi que dans les TOC et certaines dépressions. Elle est à l’étude dans l’anorexie, l’autisme, l’épilepsie sévère et la migraine.

 

Plasticité neuronale

Les nerfs assurent la transmission de l’information via un courant électrique, l’influx nerveux, à la vitesse de 100 m/s (cf encadré). Dans l’organisme, il existe des milliards de cellules nerveuses, chacune communiquant dans les trois dimensions de l’espace avec 1 000 à 10 000 autres ! Autre qualité des neurones : ils se modifient et se réorganisent tout au long de la vie. À chaque instant, le cerveau se remodèle en fonction de notre vécu affectif, psychique et cognitif ; cette possibilité d’adaptation, ou plasticité neuronale est particulièrement importante en cas de maladie neurologique.

 

Cellules souches

On a longtemps cru que le stock de neurones, défini à la naissance, décroissait avec les années. C’est faux : les neurones se renouvellent. Notre cerveau produit à l’âge adulte des cellules souches capables de se différencier et de se spécialiser en neurones. Cette neurogénèse participe à la plasticité neuronale. Une découverte qui laisse beaucoup espérer pour la maladie d’Alzheimer, la sclérose en plaques ou les séquelles d’accident vasculaire cérébral.

 

Système complexe : Les cerveaux

Le système nerveux a deux composantes, l’une centrale (cerveau et moelle épinière), l’autre périphérique (nerfs). Cellule essentielle de ce système, le neurone se compose d’un corps cellulaire, ou noyau, et de deux types de prolongement : l’axone, qui conduit l’ordre du noyau vers une cellule répondante (par exemple la cellule d’un muscle pour qu’elle se contracte) ou vers un autre neurone via une zone de communication spécifique, la synapse et les dendrites, qui conduisent le message ou influx nerveux de la périphérie jusqu’au noyau. Les noyaux forment la substance grise, les prolongements la substance blanche et les nerfs. Des milliers d’informations sont ainsi véhiculées chaque seconde.

Dr Daniel Le Courtois

Le choix de la rédac

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais