AIL NOIR
Moche comme un pou

Moche comme un pou

06 mars 2016
Il est tout petit mais sacrément costaud ! Le pou chaque année fait sa rentrée, il se promène dans nos écoles et s’invite chez nous. Il nous résiste, il s’accroche, il se cache et se reproduit à la vitesse de la lumière. Mais cette année, on l’éradique, on passe à l’attaque antipoux, on lamine ce vilain parasite.

 

Le pou decrypté

Sun Tzu nous l’a dit, connaître son ennemi comme on se connaît soi-même, c’est s’assurer toutes les victoires. Étudions donc le pou (de tête) et commençons par son cycle de vie. Les poux mâles sont dotés de deux paires de testicules et sont des amants infatigables et peu regardants puisqu’ils peuvent féconder près de 20 femelles d’affilée. Mais le véritable problème réside chez la femelle capable de pondre 4 à 10 œufs – les lentes – par jour en l’espace de quelques semaines, soit jusqu’à 300 œufs environ. Donc 300 lentes.

Et à quoi ressemble-t-il ? A un pou… Autant dire qu’il n’est pas très joli. C’est un petit insecte au corps aplati dorso-latéralement, avec un abdomen plus large que son corps. À jeun, sa couleur est blanchâtre, mais une fois gorgé de sang, il devient plus foncé, de couleur rouge ou noire. Il mesure 2 à 3 mm de long et se déplace à environ 20 centimètre / minute (pas moins de 12 mètres à l’heure tout de même) entre les cheveux auxquels il s’accroche solidement grâce à 3 paires de courtes pattes munies de pince.

Les lentes, elles, sont plus petites (moins d’un millimètre) et sont collées aux cheveux grâce à une sécrétion de la femelle qui permet à l’œuf de se fixer solidement. Evidemment, cette femelle pond ses lentes tout près du cuir chevelu où l’incubation est facilitée par la chaleur et l’humidité.

 

Contagion et contamination, la parasitose bat tous les records

La pédiculose du cuir chevelu n’est pas une affection grave en tant que telle, mais les nuisances cutanées qu’elle engendre et sa forte contagiosité suscitent souvent une grande inquiétude. La contamination se fait par contact direct. Autrement dit, il suffit d’un cas pour infester une classe entière. Ainsi, le principal facteur de risque est la cohabitation d’un grand nombre de personnes dans un espace restreint, ce qui est le cas de toutes les collectivités. Un contact direct, même bref, suffit aux poux pour passer d’une tête à une autre. La transmission indirecte (cagoule, foulard …) est pour sa part beaucoup plus rare.

 

La prévention antipoux, nouvelle arme pour sauver nos chères têtes blondes

Le meilleur moyen de ne pas avoir de poux est encore de ne pas en attraper… et quel est le produit phare de cette rentrée ? Le répulsif. Pas besoin d’attendre de voir des poux pour traiter vos enfants. Epargnez-les, épargnez-vous et misez tout sur les répulsifs (apaisyl + pouxit)

Juliette Legros

Le choix de la rédac

Adieu imperfections !

Dermatologie

Adieu imperfections !

La gamme Eucérin

ARKOPHARMA

Compléments alimentaires

Parce qu’une peau préparée est une peau mieux protégée

Nourrissez votre peau de l’intérieur…

Comment se débarrasser des pellicules

Dermatologie

Comment se débarrasser des pellicules

Pour avoir un cuir chevelu en bonne santé

On mange quoi ce soir ? Spécial kids

Les bons aliments

White Box Icon