Obésité nouvelle épidémie ?

Obésité nouvelle épidémie ?

16 mars 2016
Le nombre de cas mondiaux d’obésité a doublé depuis 1980. Un milliard et demi d’adultes seraient en surpoids ou gros.

 

Chiffre

Chiffre


15 %
ou presque de la population serait obèse En France.
Source : étude ObEpi, réalisée par le laboratoire Roche, en partenariat avec TNS Healthcare Sofres.

Pour l’OMS*, surpoids et obésité sont une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle représentant un risque pour la santé. L’indice de masse corporelle ou IMC est un moyen simple de les détecter : à 25, il définit un surpoids, à 30 une obésité.

 

Causes connues de la prise de poids

Autrefois problème des nations riches, l’obésité augmente de façon spectaculaire dans les contrées pauvres, surtout en ville : 30 millions d’enfants en surpoids vivent dans des pays en développement contre 10 dans des pays développés. L’obésité est la conséquence d’un déséquilibre énergétique entre les calories consommées et celles dépensées, déséquilibre devenu mondial du fait d’une surconsommation d’aliments très caloriques associée à une sédentarisation du mode de vie.

 

Dangers multiples si pas de régime

À savoir

À savoir

L’IMC est le poids de la personne en kilos divisé par le carré de sa taille en mètres. Pour une personne d’1,60 m et 60 kg, l’IMC est de : 60/(1,60×1,60) = 23,4.
Un IMC élevé augmente le risque de diverses pathologies : infarctus, accident vasculaire cérébral, diabète, arthrose, cancers, asthme, apnée du sommeil… C’est le cinquième facteur de risque de décès au niveau mondial. Dans les pays à revenu faible, on assiste à un paradoxe : les enfants sont entourés d’aliments gras, sucrés, salés, hypercaloriques et peu chers, mais de qualité nutritionnelle insuffisante. Malnutrition et obésité coexistent.

 

Mesures à prendre pour maigrir vite

Chacun peut limiter sa ration de graisses et sucres, consommer davantage de fruits et légumes, avoir une activité physique régulière. L’industrie agroalimentaire a un rôle important à jouer : réduction de la teneur en graisses, sucre et sel des aliments vendus et marketing responsable. Enfin, l’OMS et la France ont mis en place des plans d’action. Une épidémie à vaincre à tout prix si l’on ne veut pas perdre tant d’acquis durement gagnés.

*OMS : Organisation mondiale de la santé.

 

Conseils de Pharmacien

Conseils de Pharmacien

La répartition des graisses dans le corps a son importance : c’est l’obésité abdominale qui est la plus liée au risque de diabète, d’hypertension artérielle, de dyslipidémie et de maladies cardiovasculaires. Une taille fine, notamment chez la femme, est de meilleur pronostic. D’où l’intérêt d’associer à l’IMC deux autres mesures.

  • Tour de taille. L’obésité abdominale se définit par un tour de taille de plus de 88 cm pour les femmes et de 102 cm pour les hommes. En cas de surpoids, l’alerte  est donnée dès 80 cm pour les femmes et 94 cm pour les hommes ;
  • Rapport tour de taille/tour de hanches. Il signe une obésité abdominale dès qu’il dépasse 0,85 chez la femme et 1 chez l’homme.
Dr Daniel Le Courtois

Le choix de la rédac

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais