« Depuis l’opération, je me sens revivre »

« Depuis l’opération, je me sens revivre »

05 mars 2021
Véronique, 38 ans, a bénéficié d’une sleeve gastrectomie il y a deux ans – ce qui lui a permis de perdre près de 40 kg.

 

Petite, j’étais boulotte, très gourmande et je n’aimais pas le sport. J’ai donc toujours eu des problèmes de poids. Je subissais les moqueries de mes camarades et, du coup, je ne sortais plus et passais des heures devant la télévision à grignoter. Aller à la piscine avec l’école était un calvaire…

 À lire aussi : Dossier – combattre l’obésité à tout âge

 

À l’adolescence, j’ai suivi des régimes avec des pertes de poids rapides mais je reprenais toujours plus après… J’ai fini par dépasser la barre des 100 kg, un an après ma grossesse. J’avais du mal à m’occuper de ma fille, j’étais essoufflée.

Mon médecin m’a fait peur – j’avais du diabète, de l’hypertension… – et il m’a parlé de l’opération. J’ai d’abord suivi une préparation de près d’un an avec de nombreux entretiens avec le diététicien, le psychiatre et le chirurgien… J’ai souvent eu envie de laisser tomber.

 À lire aussi : Rondeurs enfantines ou premiers signes d’obésité

 

Après mon opération de réduction de l’estomac (sleeve gastrectomie), de retour à la maison, j’étais angoissée car je devais mettre en application tout ce que l’on m’avait appris avant l’opération : était-ce la bonne texture ? la bonne dose de protéines, de légumes ? Le chemin peut paraître long mais le résultat en vaut la peine. J’ai perdu 10 kg le premier mois et au total près de 40 kg dans les 6-7 mois suivants.

Depuis, je revis – même si ce n’est pas toujours facile au quotidien. Mon appétit a nettement diminué et mon goût s’est modifié. Il faut que je mange lentement et en petites quantités, sinon ça ne passe pas. Je suis encore accompagnée par l’équipe médicale et, deux ans après, je n’ai pas repris de poids. J’ai eu recours à la chirurgie réparatrice au niveau du ventre.

 À lire aussi : NASH : attention danger

 

Au fur et à mesure de la perte de poids, j’ai commencé à marcher plus vite, plus longtemps. J’ai pu m’habiller plus facilement et porter enfin des vêtements qui me plaisent. J’ai vu le regard des gens changer sur moi.

La chirurgie bariatrique n’est pas une baguette magique mais un moyen parmi d’autres pour combattre l’obésité et je sais qu’il faudra que je fasse attention toute ma vie.

Réponses d'expert : se réconcilier avec son corps

Réponses d'expert : se réconcilier avec son corps

Dr Vanessa Folope
Endocrinologue et nutritionniste, responsable du centre de nutrition de Bois-Guillaume, CHU de Rouen

L’obésité est une maladie chronique qui peut remettre en cause le bien-être psychique et social. Elle est aussi associée à de nombreuses complications médicales (diabète, hypercholestérolémie, apnée du sommeil…). L’obésité androïde (abdominale) présente le plus de risques sur le plan cardiovasculaire. Souvent, on pense que les personnes obèses manquent de volonté… En fait, différents facteurs influent sur la silhouette : l’héritage génétique, la façon dont on s’alimente et dont on utilise la nourriture (réconfort ou pas), l’activité physique…, mais aussi certains traitements ou états (grossesse, ménopause). L’obésité a donc une origine plurifactorielle et la prise en charge se fait avec une équipe pluridisciplinaire (médecin, diététicien, éducateur en activité physique, psychologue, socio-esthéticienne…). Elle est ciblée sur la problématique principale de la personne obèse qui doit aussi se réconcilier avec son corps, accepter son poids de forme et apprendre à se valoriser avec sa silhouette. Dans notre société, on idéalise beaucoup trop la minceur. La chirurgie bariatrique est une bonne aide mais elle n’est jamais la solution en soi : il faut avoir un changement d’hygiène de vie et un suivi à vie.

 

Propos recueillis par Christine Fallet

Le choix de la rédac

Mince alors !

Minceur

Mince alors !

En cure de quinze jours

À chacun son Bion3

Compléments alimentaires

À chacun son Bion3

Il est décliné en trois formules…

À déguster sans complexe

Autres

À déguster sans complexe

Pour un bénéfice visible sur notre santé…

Quoi de neuf sous le soleil ?

Thermalisme & Thalasso

Quoi de neuf sous le soleil ?

Deux nouveautés  !