Advertisement Banner
HOMEOPATHIE

L’homéopathie est-elle vraiment efficace ?

01 juin 2017
Placebo ou médecine complémentaire : Éric Myon, pharmacien homéopathe, nous explique les origines et le bon usage des traitements homéopathiques.

 

Inventée au XIXe siècle par Samuel Hahnemann, l’homéopathie est une technique thérapeutique très utilisée dans le monde par différents types de professionnels de santé humaine et animale (oui, même les vétérinaires utilisent l’homéopathie). Les racines grecques des mots homeo (similaire) et pathos (maladie) expliquent l’un des principes de l’homéopathie : soigner le mal par le mal, qui s’oppose à l’approche médicale classique, dite allopathique, qui utilise des substances différentes de celles qui causent les symptômes pour mieux les combattre. Éric Myon, pharmacien homéopathe, nous explique plus en détail les grands principes de l’homéopathie et les ressorts de son efficacité.

 

À quoi sert un traitement homéopathique et comment agit-il ?

Éric Myon : La force de l’homéopathie, c’est sa capacité à accompagner un patient dans ses symptômes de façon personnalisée, en toute innocuité. Elle traite les symptômes et aide à les gérer : tout ne peut donc pas être soigné par l’homéopathie. Elle n’est pas « anti » (antibiotique, antidépresseur), elle est utile pour accompagner le patient dans la prise en charge de certains symptômes. Le traitement homéopathique fait passer une information qui permet à l’organisme de trouver sa réponse face à un symptôme (douleurs, inflammations, petites infections, stress ou problème de sommeil).

Elle est totalement naturelle, et peut être prise par tous. La force de l’homéopathie réside aussi dans son approche holistique. Tout bon homéopathe va aussi aborder vos symptômes en fonction de votre constitution et de votre mode réactionnel chronique pour traiter l’individu dans son entier.

Cela explique sa force dans les pathologies du stress et de l’anxiété par exemple. Cette médecine personnalisée utilise plus de 3 000 sources (végétaux, minéraux, animaux) : le message envoyé va permettre d’équilibrer le patient et l’accompagner de façon efficace pour résorber ses symptômes.

 À lire aussi : Stress, n’en faites pas une maladie

 

Quelles sont les bases de l’homéopathie ?

Éric Myon : Samuel Hahnemann, l’inventeur de l’homéopathie, a travaillé sur différentes toxicologies et s’est rendu compte que les produits que l’on donnait comme traitement à des malades généraient des toxicités. Par exemple, si vous preniez une substance pour lutter contre le paludisme lorsque vous aviez des fièvres, cela vous faisait du bien, mais si vous les preniez alors que vous alliez bien, elles provoquaient des fièvres. Cela l’a interpellé : il a alors expérimenté sur lui et ses assistants des plantes et remèdes utilisés à l’époque en observant la sensibilité et l’apparition de symptômes, et en l’utilisant de façon diluée.

Il a réalisé que certains produits, dilués, perdaient leur toxicité tout en gardant leurs effets. Par exemple, la noix vomique, qui sert pour fabriquer du Nux Vomica : lorsque vous croquez dans une noix vomique, vous vomissez, mais lorsque vous prenez du Nux Vomica dilué, cela fait passer les nausées. Idem avec l’apis mellifica (venin d’abeille), qui réduit les symptômes lorsque vous avec une zone de peau rouge, chaude, enflammée.

 À lire aussi : 5 maladies que vous pouvez soigner à l’homéopathie

 

À quoi correspondent les niveaux de dilution, ou CH ?

Éric Myon : Il existe deux grands types de dilution (hahnemannienne et korsakovienne, du nom des deux docteurs qui les ont inventées). Les lettres DH/CH correspondent à la dilution à partir de la teinture mère [c’est-à-dire la quintessence du produit, sa forme pure]. Lorsque je fais une dilution au 1 DH, je dilue 1 goutte de mon produit dans 9 gouttes de solvant, c’est une dilution décimale. CH correspond à une dilution centésimale.

 

À quoi servent ces dilutions ?

Éric Myon : Plus mon produit de base va être dilué, et plus le message que j’envoie dans l’organisme va être profond. Prenons un exemple avec l’arnica. Je tombe : je prends de l’arnica en 4 CH pour ne plus avoir mal. Pour éviter l’apparition d’un hématome, je vais prendre de l’arnica en 9 CH : le produit est plus dilué et aura donc une action moins immédiate mais plus profonde. Une dilution 15 ou 30 CH pourra être utilisée pour les bleus de l’âme, face à un choc émotionnel par exemple. En endocrinologie ou gynécologie, si vous voulez jouer sur la régulation hormonale, les dilutions sont importantes : en 4 CH, vous stimulez, en 9 CH vous équilibrez et en 30 CH vous freinez.

 

Pourquoi l’homéopathie suscite-t-elle encore des controverses ?

Éric Myon : Elle fait encore l’objet de recherches de la part de nombreux médecins. Elle ne soigne pas tout, et sera impuissante contre les cancers, ou les infections sévères. Mais on sait que lorsqu’on a de l’herpès, trois doses de Vaxinotoxinum lorsqu’on ressent les premiers signes d’apparition d’un bouton de fièvre, seront aussi efficaces qu’une crème antivirale.

Elle est particulièrement efficace pour les symptômes rémanents, chroniques. L’étude EPI3, la plus vaste jamais entreprise avec 8 559 patients recrutés chez 825 médecins généralistes, a démontré que l’homéopathie avait un effet équivalent aux autres stratégies thérapeutiques sur certaines maladies des voies aériennes, le stress et les problèmes de sommeil, tout ceci avec une toxicité zéro et un coût moindre. Il faut l’utiliser à bon escient : l’homéopathie sera peu utile dans le diabète ou l’hypertension, mais de nombreux psychiatres et cancérologues l’intègrent désormais dans leur pratique. Par exemple, à l’hôpital Tenon (Paris 20e), vous avez une consultation d’homéopathie rattachée à la consultation d’oncologie. L’homéopathie n’est pas en concurrence avec l’allopathie, elle a toute sa place dans les soins de supports.

Merci à Éric Myon, pharmacien spécialisé en homéopathie – Pharmacie Homéopathique de l’Europe, Paris 8e.

 

Conseils pour une bonne utilisation de l’homéopathie

Conseils pour une bonne utilisation de l’homéopathie

  • Il faut toujours demander conseil à un professionnel de santé avant de prendre un traitement homéopathique. Certaines teintures mères sont très toxiques et doivent être manipulées avec précaution.
  • L’homéopathie n’est pas incompatible avec le café ou la menthe comme on l’entend parfois. En revanche, si l’on veut que le message envoyé à l’organisme passe bien, il est préférable de prendre son traitement à distance de tout aliment fort en bouche.
  • Il existe différentes formes d’homéopathie : granules, poudre, gouttes, comprimés, doses… Attention aux dates de péremption, et aux solutions sans alcool, qui ne se gardent pas longtemps une fois ouvertes, même au réfrigérateur.

 

Clémentine Garnier

Sur le même sujet

YLANG YLANG

Les super pouvoirs de l’Ylang ylang

À découvrir d’urgence.

MUGUET BEBE

Reconnaître et soigner le muguet de bébé

Une maladie fréquente chez les tout-petits !

signalement tiques

L’appli qui lutte contre la maladie de Lyme

L’application Signalement-Tique ! est disponible dès maintenant par téléchargement gratuit.

BOBOS ÉTÉ

Soigner les bobos vite et bien

Tous ces petits bobos du quotidien sont sans gravité !

Produits & Livres

AVENE

Coup de frais annoncé sur votre beauté

Éclat et fraîcheur en une seule application.

diffuseur de beauté

Ravivez votre éclat

Restez aussi fraîche que la rosée du matin !

URGO

Allô Maman Bobo

Comment soigner une plaie ?

Doriance Solaire

Bien bronzer, ça s’anticipe

Profiter au max des effets du soleil !