CYSTALIA
AVC : traitements et suites possibles

AVC : traitements et suites possibles

17 mars 2016
L’AVC ou accident vasculaire cérébral est une pathologie fréquente aux multiples aspects. Mieux la comprendre permet de mieux gérer les conséquences

 

L’accident vasculaire cérébral, ou AVC correspond à l’ensemble des lésions neurologiques peuvent toucher les artères responsables de l’irrigation du cerveau. Un AVC peut être ischémique ou bien hémorragique.

 

AVC ischémique

L’AVC ischémique résulte de l’occlusion d’une artère cérébrale par une plaque d’athérome ou de la migration d’une embolie cardiaque. Il peut revêtir deux formes.

AVC ischémique transitoire

Il est passager avec retour rapide à l’état normal sans séquelles. Le caractère transitoire des symptômes n’a rien de rassurant, l’AIT précède fréquemment la constitution d’un accident définitif et il représente une urgence absolue.

  • AVC ischémique constitué
  • Dans ce cas, le déficit peut être permanent.
  • Signes cliniques

Les manifestations cliniques sont variables, souvent associées, et dépendent du territoire artériel touché. Elles sont d’installation brutale et le degré d’urgence est le même pour les deux formes.

AVC hémorragique

Dans l’AVC hémorragique, une artère se rompt et un hématome se forme.

  • Pourquoi l’AVC hémorragique ?
    Les origines sont multiples et peuvent provoquer la survenue d’un déficit moteur ou sensitif, des troubles de la parole, de la conscience, de l’équilibre. Les symptômes dépendent de l’évolutivité de l’hémorragie et de sa localisation.
  • Traitements à vie
    Les traitements sont instaurés à vie et il faut les suivre avec la plus grande rigueur.

 

Suites d’AVC

Il n’y a pas deux AVC identiques et la sévérité du déficit initial n’est pas proportionnelle à celle d’éventuelles séquelles. Il est difficile de prévoir quel sera le niveau de récupération.

Rééducation

Elle a une efficacité démontrée sur les troubles moteurs et cognitifs, même en cas d’infarctus cérébral sévère : kinésithérapie, ergothérapie, orthophonie.

Vie sociale et dépendance

Un AVC a de nombreux impacts, sociaux, psychologiques, professionnels, et il touche l’image de soi. Plus de quatre patients sur dix restent très dépendants physiquement, ils doivent d’abord accepter la perte de telle ou telle de leurs capacités puis tenter de construire un nouveau projet de vie.

Fatigue et dépression

La fatigue et les troubles dépressifs sont très souvent présents, la reprise du travail sera possible ou pas, et les troubles sexuels sont des conséquences indirectes (le site www.franceavc.com diffuse de nombreux témoignages et informations de patients).

À retenir : les gestes d'urgence

À retenir : les gestes d'urgence

Raccourcir le délai de prise en charge du patient atteint d’un AVC est le message que le pharmacien ne cesse de faire passer.

Appelez le 15. Le centre vous orientera vers la filière la plus proche et surtout l’hôpital équipé d’une unité neurovasculaire, UNV. Inutile de vous rendre directement à l’hôpital le plus proche qui, peut-être, n’en dispose pas.

Pourquoi l’UNV ? Le risque de décès ou de handicap est nettement inférieur lorsque le patient est pris en charge au sein d’une UNV.

À savoir

À savoir

Les patients présentant des facteurs de risque, hyper- tendus, coronariens, gros fumeurs, diabétiques… doivent connaître les trois signes d’alerte de l’AVC : perte de force, engourdissement du visage ou d’un membre supérieur, trouble de la parole. Notez leur heure d’apparition et ne les négligez jamais, même s’ils régressent. Consultez.

Christine Nicolet

Le choix de la rédac

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais

L’huile de coco : l’huile végétale multi usage de l’été

Corps

On en parle de mon périnée ?

Gynécologie

Mesdames, pensez périnée !

Un livre vous propose de le rencontrer pour mieux l’apprivoiser.