Je suis une super maman

Je suis une super maman

15 mars 2016
Entre amour et éducation, trouver l’équilibre parfait dans la relation mère/enfant n’est pas sans péripétie. Et si la clé du succès était d’être soi, tout simplement pour être une super maman?

 

Une maman sait doser son autorité

À l’une de ses patientes qui lui demandait comment être une bonne mère, Freud aurait répondu : « Quoi que vous fassiez, vous ferez mal ». Une petite phrase pleine de sens universel lorsqu’on sait qu’un enfant, quel qu’il soit, ne trouve jamais totalement sa maman là où il l’attend. Bien sûr, la bonne conscience en bandoulière, nous nous évertuons à donner à notre progéniture ce qui nous semble être le mieux, le plus juste, à lui transmettre le sens des valeurs, à la mettre sur le chemin de la vie en le protégeant de tout. Seulement voilà : être permissive et dévouée à l’extrême prive l’enfant des limites dont il a besoin pour se construire.

Reproduire ou éviter son modèle

En matière d’affection ou d’éducation, nous avons tous tendance à nous référer pour nos enfants aux schémas inculqués par nos parents. Qu’on le rejette ou qu’on le réplique, ce modèle parental nous induit souvent en erreur, car il ne tient pas compte des changements d’époque et de personnalité. Comprendre cela, c’est éviter de regarder notre enfant comme notre clone, et ajuster rigidité ou souplesse pour lui permettre d’asseoir son identité.

Ni trop, ni pas assez

Avoir le fantasme d’être une mère parfaite conduit trop souvent à tous les excès. En effet, dès lors qu’on a charge d’âme, le poids de la responsabilité devient lourd à porter et le temps passé avec son enfant devient prétexte à culpabilité. « Suis-je assez présente, rassurante, attentive ?… ». Telles sont les questions qui nous pétrissent lorsqu’on veut trop bien faire. Le risque ? Devenir une mère un peu trop exclusive, qui ne laisse guère de place au père.

 

Je ne sacrifie pas mon identité pour être une femme et une bonne mère

À force de vouloir cocher dans toutes les cases de la mère idéale, on se retrouve souvent à développer un sens extrême du sacrifice, tenaillée entre responsabilités parentales et notre envie de rester zen.

Arrêtez de culpabiliser !

Ce n’est pas parce que vous ne vous occupez pas 24 heures sur 24 de vos enfants et que vous êtes parfois trop fatiguée pour jouer avec eux que vous êtes une mauvaise mère.

Être soi-même

Le secret pour recevoir un mug « La meilleure maman du monde » c’est avant tout d’être bien dans votre peau de femme pour pouvoir ensuite leur donner le meilleur de vous-même. Il faut donc arrêter de faire des sacrifices en permanence et apprendre à penser de nouveau un peu à vous.

Véronique Aïache

Le choix de la rédac

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais