Vermifugation : adopter le bon rythme

Vermifugation : adopter le bon rythme

19 février 2021
Pour être efficace et donc prévenir les infestations par des parasites internes, la vermifugation d’un chien ou d’un chat doit être régulière. Vermifuger son animal une fois par an seulement est inutile.

 

La vermifugation d’un animal de compagnie vise à prévenir son infestation par des parasites internes, essentiellement des vers digestifs ronds ou plats, et la contamination d’autres animaux, voire de l’Homme. En effet, de nombreux parasites internes du chien et du chat sont des agents de zoonoses. Ainsi, toxocaras, ankylostomes et échinocoques sont trois vers digestifs majeurs du chien et du chat contre lesquels la prévention est indispensable pour la santé animale et humaine. Si la contamination par certains vers comme Toxocara canis et T. cati est plus fréquente chez les jeunes animaux, les chiens adultes peuvent également être contaminés et jouent un rôle majeur dans la diffusion de la maladie (contamination des lieux publics). La vermifugation doit donc se poursuivre chez l’animal adulte.

 À lire aussi : Stérilisation chirurgicale : halte aux idées reçues

 

Spectre d’activité

Deux critères sont à prendre en compte : le spectre d’activité du ou des principes actifs composant le vermifuge et le rythme d’administration du produit. En effet, à la différence des antiparasitaires externes (contre puces, tiques…), les antiparasitaires internes ne sont pas rémanents – leur action ne perdure pas. L’Esccap*, association européenne regroupant des experts du parasitisme, émet sur son site (www.esccap.fr) des recommandations sur la vermifugation des chiens et des chats en fonction de l’actualisation des connaissances. Si la vermifugation est bien codifiée pour les jeunes animaux, elle l’est moins pour l’adulte et on raisonne au cas par cas, selon le contexte épidémiologique (âge et santé de l’animal, mode de vie, présence d’enfants ou de personnes fragiles dans le foyer, etc.).

 À lire aussi : Bien utiliser les antiparasitaires externes

 

Au moins quatre fois par an

On recommande de vermifuger chiots et chatons dès l’âge de 3 semaines, tous les 15 jours jusqu’au sevrage puis tous les mois jusqu’à 6 mois. Chez l’adulte, l’Esccap recommande a minima 4 vermifugations par an – un compromis entre une pratique mensuelle et une pratique annuelle, cette dernière ne servant pas à grand-chose… Le protocole est à établir en concertation avec son vétérinaire qui pourra même recommander la réalisation de coproscopies pour évaluer le parasitisme de l’animal et adapter la vermifugation.

 À lire aussi : Maladies vectorielles : miser sur la prévention

 

Conseils de Pharmacien

Conseils de Pharmacien

• Les vermifuges n’étant pas rémanents, leur choix ne se base pas sur leur durée d’action. Il importe de vérifier le spectre d’activité du produit (vers contre lesquels il est actif) et son adéquation avec l’espèce, l’âge et le poids de l’animal.

• Les vermifuges sont disponibles en plusieurs formes galéniques : pâte orale, comprimés éventuellement appétents, liquide, spot-on (pipettes).

• La vermifugation est un acte de santé publique, les animaux parasités pouvant contaminer l’environnement.

 

Maud Lafon

Le choix de la rédac

Ma bible de la santé féminine au naturel

Autres

Ma bible de la santé féminine au naturel

Pour prendre soin de sa santé à chaque étape de la vie

Pour tous les corps

Maladies chroniques

Fines douches

Corps

Fines douches

Pour toute la famille

100 % naturelle

Corps

100 % naturelle

Des actions multiples