Advertisement Banner
GROSSIR MENOPAUSE

Pourquoi vieillir rime-t-il avec grossir ?

30 novembre 2017
Entre la valse des hormones qui provoque une prise de poids à la ménopause et la perte de masse musculaire naturelle avec l’âge, la silhouette semble s’arrondir de manière irréversible avec les années. Vrai ou faux ?

 

Que vous soyez déjà concerné par la question ou pas (mais vous le serez un jour), vous avez forcément remarqué qu’après 50 ans, les bedaines s’arrondissent, les hanches s’élargissent et les silhouettes s’empâtent. À quoi est dû ce phénomène généralisé ? Est-il possible d’inverser le sens de la machine ?

 

Un inéluctable ralentissement du métabolisme

Avec les années, notre métabolisme se ralentit, et nous brûlons moins de graisses. Petit rappel pour ceux qui viennent d’arriver : le métabolisme de base désigne la dépense d’énergie minimale de l’organisme. Ce qui signifie que même au repos, nous brûlons des calories afin d’assurer le bon fonctionnement des fonctions vitales : respiration, battements cardiaques, circulation sanguine, maintien de la température corporelle, entretien de la masse musculaire.

Ce dernier point est important car, avec les années, la masse musculaire a tendance à diminuer. Qui dit moins de muscle dit ralentissement du métabolisme de base, dit moindre consommation de calories au repos. Vous commencez à comprendre ? Eh oui, si on conserve la même alimentation ou le même niveau d’activité physique, notre corps brûlera moins de calories pour effectuer les mêmes tâches… et stockera donc les autres. À cette perte musculaire vient s’ajouter une perte osseuse, naturelle aussi, qui peut conduire à l’apparition d’ostéoporose dans certains cas, et qui réduit également le métabolisme de base.

 

Ménopause et prise de poids, toutes concernées ou pas ?

Les hormones jouent un rôle central dans la prise de poids au cours d’une vie de femme. Pendant la grossesse bien sûr, en stimulant l’appétit et le stockage en prévision de l’allaitement, mais aussi à la ménopause. Lors de ce cap important, les niveaux d’œstrogènes et de progestérone baissent, mais pas à la même vitesse : les œstrogènes se retrouvent en excès, contribuant à la formation de tissus adipeux. La baisse des œstrogènes accélère aussi la fonte musculaire et le ralentissement métabolique, entraînant une prise de poids si le rythme de vie ne change pas.

 À lire aussi : 7 conseils pour retrouver votre poids santé

 

Et les hommes dans tout ça ?

Pas de jaloux, les messieurs sont tout aussi concernés par la prise de poids en vieillissant, comme en attestent les bedaines rebondies qu’on peut admirer chez certains amateurs de bonne chère une fois passée la cinquantaine. Chez eux aussi, les hormones sont les principales responsables de cette prise de poids : la testostérone, qui participe à la construction musculaire et alimente le métabolisme, se raréfie progressivement avec le temps, entraînant un stockage des graisses dans l’organisme, tout particulièrement au niveau abdominal.

 

Que faire contre la perte de masse musculaire ?

Rappelons les chiffres de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), qui s’alarmait déjà en 2008 que 31% des adultes de 15 ans et plus soient en manque d’activité physique1, et déplorait environ 3,2 millions de décès dans le monde imputables au manque d’exercice physique. Wow. Et vous, vous en êtes où côté sport ?

On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs : puisque les muscles ont tendance à fondre en vieillissant, cette perte se compense par une hausse de l’activité physique. Marcher au moins 30 minutes par jour est un bon début, mais restera insuffisant si vous voulez atteindre l’équilibre et conserver une silhouette svelte. Vous ne savez pas à quel cours vous vouer ? Faites un tour sur le site de la Fédération Française Sport Santé qui vous aide à définir votre programme personnalisé et à trouver un club adapté près de chez vous. Facile.

 À lire aussi : Comment ralentir la perte de masse musculaire ?

 

Côté alimentation, cap sur les protéines et la vitamine D

Enfiler vos baskets ne vous mènera pas très loin, ou du moins pas autant que vous pourriez l’espérer, sans un rééquilibrage avisé de votre alimentation. Les muscles ont besoin de protéines pour se maintenir et se développer : après 50 ans, il est conseillé d’augmenter vos apports quotidiens en protéines animales et végétales pour préserver votre masse musculaire et le métabolisme qui va avec.

Gare aussi à vos apports en vitamine D, qui contribue à la bonne santé de nos os et au maintien de la masse musculaire. Pourquoi le dit-on ? Car plusieurs études2 ont montré que les plus de 65 ans ont des carences de vitamine D, ce qui entraîne une faiblesse musculaire et un risque de chute. Pour l’éviter, exposez-vous autant que possible à la lumière du jour, qui déclenche la synthèse de vitamine D par la peau, et mangez des poissons gras (hareng, saumon, thon, sardines), du beurre, des céréales complètes et des œufs afin de compléter. Votre médecin pourra aussi vous prescrire une supplémentation en vitamine D s’il l’estime nécessaire.

 

Le cas particulier de l’hypothyroïdie

Le cas particulier de l’hypothyroïdie

La prise de poids peut être accélérée par ce dysfonctionnement de la glande thyroïde, qui s’accompagne en général d’une fatigue importante et persistante. L’hypothyroïdie concerne principalement les femmes de plus de 50 ans et ne se guérit pas. Un traitement à bas d’hormones thyroïdiennes de remplacement permet de bien contrôler la pathologie et de stabiliser la prise de poids.

 

 À lire aussi : Les bienfaits du fitness pour les seniors

 

1 – Source OMS
2 – Vitamin D Deficiency, N Engl J Med. 2007 Jul 19;357(3):266-81.

Clémentine Garnier

Le choix de la rédac

MEDOUCINE

Autres

Maquillage et peaux fragiles

Visage

Peau saine et teint frais

Maquillage et peaux fragiles.

Stimium®

Tous les sports

Faire du sport et soigner son corps

Des compléments alimentaires pour les sportifs !

ma Bible des huiles essentielles

Huiles essentielles

Le super cadeau pour les amateurs de santé au naturel

Une édition spéciale 10 ans et, cerise sur le gâteau, pourvue de belles illustrations.