Vermifuger son chien : in-dis-pen-sable !

Vermifuger son chien : in-dis-pen-sable !

30 septembre 2021
Donner un vermifuge à son chien est un acte de soin nécessaire pour protéger l’organisme de l’animal et le débarrasser des vers qui pourraient mettre en danger sa santé et la vôtre.

 

Les parasites internes constituent une menace pour la santé des chiens et sont aussi parfois responsables de maladies humaines, les zoonoses. Il est donc très important de traiter son chien en le vermifugeant régulièrement, à un rythme qui dépend de son environnement – par exemple, un chien de chasse est forcément plus exposé aux parasites qu’un chien citadin qui vit en appartement. Une étude menée en 2020 en France sur le parasitisme canin a montré que seulement 6 % des chiens étaient suffisamment vermifugés, compte tenu de leur mode de vie et de leur entourage familial. Les traitements antiparasitaires sont pourtant essentiels pour éliminer les hôtes indésirables, et leur application régulière doit être prise au sérieux et scrupuleusement respectée.

Les parasites font de la résistance

Les parasites font de la résistance

Les résistances aux produits antiparasitaires pour chiens restent exceptionnelles, mais des cas commencent à émerger dans certains pays, en particulier aux États-Unis. Le phénomène est spécifiquement apparu dans les élevages de lévriers de course, les greyhounds. Ces résistances concernent surtout des parasites tels que les ankylostomes, fréquents dans les chenils rassemblant de nombreux chiens vivant dans de mauvaises conditions sanitaires. L’ampleur du phénomène reste cependant à explorer.

 

Des chiots très porteurs

Parmi les parasites les plus susceptibles de passer du chien à l’homme, il y a les ascaris (ex. : Toxocara canis), un ver hébergé par les chiots dès leur plus jeune âge mais qui est également fréquent chez les chiens adultes. En Europe, une enquête récente a montré que 15 % des chiens environ en sont porteurs et le pourcentage dépasse 40 % chez les chiots âgés de moins de 6 mois.

 

Un parasite peut en cacher un autre

Les ascaris sont les vers que l’on observe le plus souvent dans le tube digestif des chiens. Néanmoins, une étude menée sur plus de 7 000 chiens de compagnie aux États-Unis en 2019 a montré que bien d’autres parasites pouvaient aussi être présents – 5 % des chiens étaient d’ailleurs porteurs de multiples parasites. Des ankylostomes, des trichures, des ténias et de nombreux parasites plus anecdotiques ont été identifiés, ainsi que des protozoaires (parasites unicellulaires) tels que les coccidies ou les giardia. Pour tous ces parasites, le risque est maximal quand le chien est jeune mais cela ne veut évidemment pas dire qu’il ne faut plus traiter les chiens âgés.

En plus des parasites internes, pensez également à protéger votre chien des puces, qui transmettent souvent à l’animal des vers intestinaux.

 

Conseils de pharmacien

Conseils de pharmacien

Le fait qu’un chien vive avec des enfants impose une vigilance particulière. Chez eux, la contamination peut en effet avoir lieu très facilement : en se léchant, le chien colle des œufs de parasites sur ses poils et, quand l’enfant le caresse et porte ensuite ses doigts à la bouche, il peut ingérer des œufs accidentellement. Ces infestations parasitaires entraînent parfois des troubles de santé graves. Les adultes sont également concernés car ils ne se lavent pas toujours les mains après avoir caressé leur chien…

 

Contre les parasites, on anticipe !

Régularité et prévention sont les maîtres mots d’une protection réussie. Vous devrez aussi veiller à traiter votre chien après les vacances. Pour ne pas oublier, tenez un calendrier de vermifugation.

La plupart du temps, le chien se contamine en ingérant des œufs libérés dans le milieu extérieur. Il est important de vermifuger son animal avant qu’il dissémine des parasites dans ses selles et pollue durablement l’environnement. En effet, nul besoin du contact direct avec un autre chien pour que la transmission ait lieu.

 

Après un séjour en pension

Si votre chien a séjourné dans une pension pendant les vacances, et même s’il était hébergé dans un box individuel, il a très bien pu être infesté par des parasites dont les autres pensionnaires étaient porteurs au cours de ses sorties dans les parcs de détente. Quel que soit le niveau d’hygiène de la structure de garde, tout rassemblement de chiens au même endroit accroît les risques de contamination parasitaire. Si les conditions climatiques sont favorables, les œufs de certains vers digestifs peuvent survivre plusieurs mois dans l’environnement, laissant le temps aux parasites de boucler leur cycle de développement dans le tube digestif des autres chiens. Vermifuger rapidement votre animal lorsqu’il revient à votre domicile est donc recommandé.

 

Au retour des vacances

La dirofilariose cardio-pulmonaire est une maladie parasitaire due à la présence dans le sang de vers très fins et très longs (microfilaires). Les parasites adultes se localisent dans le système cardio-respiratoire du chien, où ils causent de nombreux troubles circulatoires, pouvant aller jusqu’à déclencher une insuffisance cardiaque grave. Ils sont transmis par des moustiques et la maladie sévit surtout dans les régions chaudes et humides. Elle existe dans le sud de la France et dans les DOM-TOM. Un chien ayant été infesté pendant l’été ne développera pas de symptômes avant l’hiver qui suit, mais il ne faut pas attendre pour faire dépister la maladie par le vétérinaire. Au cas où votre chien serait contaminé, le traitement doit être entrepris rapidement pour éliminer les vers adultes de son organisme avant qu’ils se multiplient.

 

Un planning à jour

Comme toujours en matière de santé, mieux vaut prévenir que guérir ! Cela est d’autant plus vrai que les signes d’infestation parasitaire ne sont pas toujours nets au début. Votre chien risque de « bricoler » longtemps avant que vous vous rendiez compte de la situation. Or, si vous laissez des parasites se multiplier dans son organisme, son état général s’altérera significativement. Il est recommandé de vermifuger un chien tous les trois à quatre mois, surtout si des enfants vivent au foyer. Si le chien vit dans un milieu très protégé, deux administrations par an sont parfois suffisantes.

 

Élimination ciblée = menace écartée

Il existe plusieurs sortes de vermifuges pour chien. Si vous ne savez pas quel médicament choisir ni comment l’administrer, n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

Un vermifuge doit idéalement être choisi en fonction des parasites à éliminer. Un professionnel de la santé animale saura vous aiguiller dans l’achat du traitement adéquat en fonction de l’âge de votre chien, de son poids, de son état de santé et de son mode de vie. Si vous avez plusieurs animaux à la maison, prenez soin de les vermifuger tous en même temps pour éviter qu’ils se contaminent ou se recontaminent les uns les autres.

 

Le bon choix

En tout premier lieu, demandez à votre vétérinaire de pratiquer un examen des selles au microscope (ou coproscopie). Ce dernier permettra d’identifier les parasites présents, d’évaluer l’importance de l’infestation parasitaire et de traiter de manière ciblée. En effet, tous les vermifuges n’agissent pas sur l’ensemble des parasites pouvant être hébergés par le chien. Par exemple, les trichures ne sont pas forcément sensibles aux médicaments antiparasitaires actifs sur les ascaris. De même, pour lutter contre le ténia échinocoque, qui représente une menace gravissime sur la santé humaine, le vermifuge à utiliser doit contenir une substance active appelée praziquantel. Actuellement, cette molécule est la seule à être efficace contre ce parasite.

Des parasites par milliards

Des parasites par milliards

Il y a quelques années, des chercheurs britanniques ont tenté d’évaluer le nombre d’œufs d’ascaris éliminés dans les selles des chiens vivant dans la ville de Bristol, comptant 600 000 habitants environ. Une femelle adulte de Toxocara canis étant capable de pondre 12 500 œufs par jour, voire davantage, le total d’œufs émis au quotidien a été estimé à… 3,7 milliards ! Si ce chiffre dépend des régions et des populations canines présentes, il doit non seulement nous inciter à vermifuger notre chien, mais aussi à ramasser systématiquement ses déjections.

 

Protocole d’administration

Les vermifuges sont disponibles en pâte, sous forme liquide et en comprimés à placer dans la gueule de l’animal ou dans son alimentation, mais aussi en pipettes à appliquer sur la peau, entre les omoplates de préférence. Vous pouvez donc éventuellement choisir la forme d’administration qui vous paraît la plus pratique à utiliser. Selon les parasites hébergés par le chien, la durée du traitement peut varier. Si une administration unique suffit dans la plupart des cas, certains parasites réclament une administration répétée plusieurs jours de suite. Lisez bien le mode d’emploi avant de traiter votre chien et consultez le vétérinaire en cas de doute.

Le choix de la rédac

Du baume au corps

Corps

Du baume au corps

Riche en plantes médicinales bio

Chacun ses goûts !

Les bons aliments

Chacun ses goûts !

A vous de choisir !

Les chats aussi nous soignent

Animaux

Les chats aussi nous soignent

Une encyclopédie dédiée aux petits félins et à leurs pouvoirs

Solutions d’hiver

Petits maux

Solutions d’hiver

Azéol pour lutter contre les maux de la sphère ORL