ERGYCARTIL
Végétarien et en bonne santé ?

Végétarien et en bonne santé ?

22 mars 2016
Une alimentation végétarienne bien conduite (c’est-à-dire équilibrée) est bonne pour la santé ; il peut même être bénéfique pour prévenir et traiter certaines maladies ! La preuve par les scientifiques !

 

La référence mondiale scientifique en matière de végétarisme est l’Association américaine de diététique (ADA). Cette association met à jour régulièrement sa position vis-à-vis de l’alimentation végétarienne, en tenant compte des dernières études publiées au niveau international sur le sujet. Voici un extrait de sa dernière communication officielle, parue en 2009* : « La position de l’Association américaine de diététique est que les alimentations végétariennes (y compris végétaliennes) bien conçues sont bonnes pour la santé, adéquates sur le plan nutritionnel et peuvent être bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Les alimentations végétariennes bien conçues sont appropriées à tous les âges de la vie, y compris pendant la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance et l’adolescence, ainsi que pour les sportifs. » Difficile de faire plus clair !

 

Diminuer les risques cardiovasculaires en étant végétarien

Les exemples donnés dans la suite de l’avis de 2009 sont éloquents : « Les résultats d’une analyse fondée sur des preuves (evidence-based medicine) ont montré que l’alimentation végétarienne est associée à un moindre risque de décès par cardiopathie ischémique (ou insuffisance coronarienne). Les végétariens présentent aussi des niveaux plus faibles de cholestérol LDL (le « mauvais » cholestérol, celui qui se dépose le long des artères en plaques d’athérome), une tension artérielle plus faible et sont moins sujets à l’hypertension […] que les non-végétariens. » Il a été démontré que, chez des personnes ayant des pathologies cardiovasculaires avérées, l’adoption même tardive d’un régime faisant la part belle aux protéines végétales était bénéfique : le risque de mortalité est diminué. Les bénéfices d’une alimentation végétarienne sont donc très nets sur les maladies cardiovasculaires.

 

Prévenir le diabète  : les végétariens y sont moins sujet

Si vous n’êtes pas concerné à titre personnel ou via votre entourage par le diabète, vous ne connaissez probablement pas bien cette maladie. Elle est caractérisée par une mauvaise régulation du taux de sucre dans le sang, qui reste trop élevé. Or, lorsque cette hyperglycémie est fréquente, cela provoque bien des dégâts au niveau de l’appareil cardiovasculaire, des reins, des yeux (risque de cécité), des nerfs et des pieds (pouvant aller jusqu’à l’amputation). Bien que non contagieuse, cette maladie connaît une progression quasi épidémique depuis ces dernières années : en 2000, le diabète concernait 2,6 % de la population. En 2009, il a atteint les 4,4 %, selon l’Institut de veille sanitaire (INVS)…

Grâce à des études, on a pu démontrer que les végétariens sont moins sujets au diabète de type 2 (la forme dont la survenue est très influencée par le mode de vie). D’autre part, on sait que les diabétiques ont une glycémie plus équilibrée lorsqu’ils optent pour une alimentation végétale. Choisir une alimentation végétarienne, c’est donc diminuer concrètement les risques de devenir diabétique.

 

Se prémunir contre les cancers en se privant de viande rouge

Du point de vue du nombre de cancers, la population végétarienne est également plus épargnée. En effet, la consommation de viande, notamment rouge, est depuis longtemps identifiée comme un facteur de risque important dans la survenue des cancers (du côlon, de la prostate et du pancréas). Alors que les études le démontrent depuis de nombreuses années, le Centre International de recherche sur le cancer (CICR) – lié à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) – a officiellement classé fin 2015 la viande rouge comme « probablement cancérigène pour l’homme ». Il a également classé les « produits carnés transformés » (c’est-à-dire les charcuteries, saucisses…) comme « cancérigènes pour l’homme ». Pour expliquer cet effet délétère de la viande sur la santé, c’est le fer héminique (présent uniquement dans les produits d’origine animale) et les nitrates et nitrites utilisés dans les charcuteries qui sont pointés du doigt. Les études laissent penser que le risque de cancer est lié à la quantité de viande ingérée chaque jour : un facteur sur lequel il est donc possible de jouer en remplaçant par des protéines végétales un maximum de plats à base de viande !

 À lire aussi : Peut-on encore manger de la viande… ou pas ?

Lutter contre l’obésité : un IMC plus bas que les carnivores

D’après les études, « les végétariens tendent à avoir des indices de masse corporelle (IMC) plus bas ». Cela serait lié au fait que les végétariens ont une consommation plus élevée de fibres et de végétaux et que le nombre de calories, pour un même poids d’aliments, est plus faible que dans le régime omnivore. Cependant, le régime végétarien n’est pas un régime « qui fait maigrir ».

À LIRE

À LIRE

manger_vegetarienPour information ce texte est extrait de Manger végétarien, un peu beaucoup passionnément  de Alexandra Chopard (avec la contribution de Séverine Aubry) ; éditions Leduc ; coll. « C’est malin » ; 208 pages.

Aliments, listes de courses, menus et recettes pour adopter la « veggie attitude » pour un jour ou toujours sans carence !

Le choix de la rédac

Pour une peau hydratée et protégée !

Visage

Pour une peau hydratée et protégée !

Il devient indispensable !

Pour une rentrée dynamique et sereine

Compléments alimentaires

Pour une rentrée dynamique et sereine

Les compléments alimentaires vous accompagnent

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire