Advertisement Banner
VAGINISME

Le vaginisme : ni un mythe ni une légende

08 juin 2017
Rapports douloureux, douleur dans le vagin empêchant la pénétration : le vaginisme touche de nombreuses femmes, empêchant les rapports sexuels. Explications et remèdes sur une pathologie bien réelle.

 

Le terme « vaginisme » est beaucoup moins connu que la notion d’impuissance masculine, et pourtant, on pourrait les mettre dans le même bateau. Leurs manifestations sont différentes, mais le résultat est le même : les rapports sexuels avec pénétration sont impossibles, occasionnant chez les partenaires une frustration difficile à gérer dans le temps.

 

Définition du vaginisme

Comme son nom le laisse supposer, le vaginisme concerne les femmes. Il se traduit par la contraction réflexe, involontaire, des muscles du plancher pelvien situés autour du vagin lorsqu’on tente d’y faire pénétrer un objet extérieur (pénis ou spéculum, par exemple), occasionnant de vives douleurs (dyspareunie) si on essaie de forcer le barrage.

Le vaginisme peut être partiel et ne se manifester que lors d’une tentative de pénétration par un pénis, par exemple, alors que l’approche d’un doigt ou d’un tampon hygiénique ne provoqueront pas de contraction musculaire. On dit qu’il est total lorsque toute pénétration, même désirée, est impossible.

On parle de vaginisme primaire quand il survient dès les premières tentatives de rapport sexuel complet, et de vaginisme secondaire lorsqu’il apparaît après une phase de sexualité normale.

Les femmes vaginiques connaissent des montées de désir et savent susciter celui de leur partenaire, avant d’adopter des conduites d’évitement au moment de la pénétration : genoux serrés, refus de laisser le partenaire introduire quelque chose dans leur vagin, interruption de l’acte sexuel…

 

Les causes du vaginisme

L’origine du vaginisme est psychologique. Peur panique de la pénétration, phobie du pénis, exagération mentale de sa taille rapportée à celle du vagin, sont usuelles chez les femmes qui souffrent de vaginisme.

Les cas de vaginisme secondaires se rencontrent plutôt chez des femmes qui ont ressenti des douleurs lors des rapports sexuels pendant une période prolongée : il constitue alors une réponse du corps qui veut éviter la répétition de cette douleur. Le déclencheur du vaginisme diffère selon les histoires de chacune : éducation qui stigmatise les plaisirs de la chair, premières explorations sexuelles qui se sont mal passées, expériences sexuelles racontées par des aînées et mal comprises par la jeune fille qui en tire des conclusions alarmantes…

 

Peut-on soigner le vaginisme ?

Environ 1% des femmes sont concernées. Quelle que soit l’origine de leur phobie, la vie des femmes souffrant de vaginisme est difficile. Manque d’empathie de la part des autres qui ne comprennent pas que cette réaction échappe totalement à leur contrôle, difficulté à trouver un partenaire sexuel qui se montre compréhensif, angoisses quant à leur capacité à concevoir un enfant, leur détresse, tout comme leur problème, est bien réelle.

Une prise en charge psychologique favorisant l’écoute de leurs angoisses, et une éducation sexuelle et anatomique sur leur corps, leur périnée et leur vagin sont utiles pour surmonter cette phobie. Des dilatateurs vaginaux peuvent aider aussi à prendre conscience des capacités de cette partie du corps. C’est aujourd’hui un trouble sexuel qui se guérit bien grâce à un parcours assez codifié : voilà qui devrait encourager les femmes vaginiques à consulter un sexologue pour profiter enfin d’une sexualité épanouie.

 

Clémentine Garnier

Sur le même sujet

tension

Quand s’inquiéter d’une poussée de tension artérielle?

Le point sur les symptômes qui doivent donner l’alerte.

HERPES

Herpès labial, gare à la contagion

Les précautions d’hygiène à appliquer.

CANICULE

Que faire en cas de canicule ? Et que faut-il éviter ?

Savez-vous vraiment ce qu’il faut éviter quand il fait très très chaud ?

PHLEBITE

5 choses à savoir pour éviter la phlébite

Les conseils pour limiter les risques.

Produits & Livres

HORMETA

Maxi produits de beauté en format mini

En voyage, ne renoncez plus à vos rituels de beauté !

Les sels de bain, c’est le pied

Les sels de bain, c’est le pied

Mettez-vous les doigts de pieds en éventail.

OENOBIOL AUTOBRONZANT

Bronzer sans s’exposer, on dit oui

Bonne auto-bronzette !

slim design

La chasse aux capitons est ouverte

Le nouveau soin Slim Design Nuit d’Elancyl prend le problème à bras le gras !