ERGYPROTECT
Tuer les araignées de maison : surtout pas !

Tuer les araignées de maison : surtout pas !

26 juillet 2018
Soyons francs, les fans d’araignées ne sont pas légion, et encore moins quand il s’agit de partager notre chambre à coucher ou notre salle de bains avec elles. La plupart de celles que nous croisons dans nos maisons terminent écrabouillées sous une semelle vengeresse, ou profitent de la panique des phobiques pour courir se mettre aux abris. Mais nous avons tout faux ! Inutile de les tuer ou d’en avoir peur : les araignées sont nos alliées. Vraiment ? Explications.

 

La tégénaire des maisons, la stéatode domestique, la pholque phalangiste, la ségestrie florentine, la malmignatte, la saltique arlequin… Derrière ces noms plutôt poétiques se cachent quelques-unes des espèces d’araignées que l’on rencontre fréquemment dans nos intérieurs. La liste ne s’arrête pas là : rien qu’en France, on recense pas moins de 47 familles pour 1 740 espèces d’araignées. Bigre.

 

Portrait type des araignées

Elles ont huit pattes, et autant d’yeux (la plupart du temps), des crochets devant pour mordre leurs proies (et non pas piquer les humains par sadisme) – d’où sort du venin pour 1500 espèces en France, et des « tubes » à l’arrière, appelés filières, d’où sort leur fameux fil de soie utilisé pour tisser une toile et piéger leurs proies, ou leur projeter dessus pour les immobiliser. Les araignées ne sont pas des insectes, qui eux n’ont que 6 pattes, deux yeux et des antennes. Elles appartiennent aux arthropodes, les animaux à pattes articulées, et plus précisément aux arachnides, à huit pattes locomotrices, tout comme les scorpions ou les acariens.

 

Des bêbêtes inoffensives pour l’homme

En ce qui concerne leur régime alimentaire, les araignées sont des animaux carnivores, qui consomment en moyenne 15% de leur poids par jour en insectes, voire en gobant d’autres araignées. De grosses mangeuse donc, mais qui ne sont pas gourmandes d’humain. Elles sont craintives, et il n’est pas instinctif pour elle de nous mordre. Quand bien même elles essaieraient, la plupart du temps, leurs crochets sont trop courts pour percer notre peau, et les principes de leur venin ne sont pas actifs sur l’homme, ou trop faiblement pour causer un quelconque problème de santé.

 

Le quotidien d’une araignée de maison

Finalement, quand on s’y intéresse, on réalise que cette colocataire discrète a une vie tout à fait rangée. La plupart du temps, l’araignée de maison vit tranquillement dans son coin ou dans sa toile, et mène ses petites affaires en toute discrétion. Lorsqu’on en rencontre une, c’est qu’elle est en recherche d’un « partenaire » de reproduction. Et si d’aventure elle nous mord, c’est un mécanisme de défense, et non pas une agression ni une attaque visant à se nourrir. Bref, les araignées ne nous veulent pas de mal. Au contraire ! Chasseuse d’insectes nuisibles et dangereux pour l’homme car parfois porteurs de maladies, comme les moustiques, les mouches, les puces, les tiques parmi d’autres, on peut même dire (eh oui) que les araignées nous protègent.

 À lire aussi : Comment bien choisir son répulsif anti-moustique

 

Maison avec araignées, maison saine !

Une toile d’araignée dans un coin du plafond ? Pas de panique, ça ne signifie pas que votre intérieur est insalubre, au contraire. Les araignées ne sont pas folles, elles choisissent un lieu sain pour tisser leur toile : pas trop confiné, ni trop chaud, ni trop humide. Si elles ont élu domicile chez vous, c’est bon signe. On trouve les araignées de maison généralement dans les endroits où elles ne seront pas souvent dérangées : cave, grenier, garage, derrière un meuble, sous un évier, au plafond…

Si l’environnement est sain avant que les araignées s’y installent, il le sera encore plus après ! En effet, les araignées, de par leur régime alimentaire, font office d’insecticides naturels. Elles dévorent les mouches, les mites, les punaises, les acariens, et vous en débarrassent par la même occasion en assainissant la maison. Les araignées ne sont pas nocives, mais utiles et écologiques, participant à l’équilibre de l’écosystème des habitations.

 À lire aussi : Les punaises de lit ne passeront pas par chez vous

 

Arachnophobes, comment ne plus tuer vos araignées de maison

Les arachnophobes représentent environ 5 % de la population, et nombreux sont ceux qui préfèrent une araignée morte à une araignée vivante. En identifiant l’origine et les causes de votre phobie, en vous intéressant de plus près aux araignées et à leurs différentes caractéristiques, en analysant vos a priori et vos réactions, vous pourrez apprivoiser votre peur et peu à peu la chasser… plutôt que de chasser les araignées.

C’est ce que proposent, dans JE N’AI PLUS PEUR DES ARAIGNÉES (éditions DUNOD, 15.90€), Christine Rollard, chercheuse spécialiste des araignées au muséum d’histoire naturelle, et Abdelkader Mokeddem, psychologue clinicien spécialisé dans le traitement des phobies. Leur livre est une mine d’informations sur les araignées et les moyens de ne plus en avoir peur, tout en surpassant ses idées reçues sur ces petites bêtes. Le livre propose des exercices visant à se familiariser avec les araignées et à mieux les connaître pour se débarrasser définitivement de son arachnophobie. Allez, essayez ! Vos vacances dans les vastes maisons de campagne habitées par tout un peuple à huit pattes en deviendront bien plus agréables…

Sylviane Gougeon

Le choix de la rédac

Le jour et la nuit

Stress

Le jour et la nuit

Une journée sereine et une nuit reposante

Un petit coup de mou ? On a les solutions.

Autres

Un petit coup de mou ? On a les solutions.

Deux options s’offrent à vous !

Un autre regard sur Alzheimer

Maladies neurologiques

Un autre regard sur Alzheimer

Aider et accompagner les malades

Avis aux cheveux et ongles fatigués

Cheveux

Avis aux cheveux et ongles fatigués

Une petite dose de nutriments essentiels…