AIL NOIR
choisir le sexe de son enfant

Les techniques pour choisir le sexe de son enfant sont-elles fiables ?

02 mars 2017
Vous avez toujours voulu tomber enceinte d’une fille (ou d’un garçon) et vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté pour que votre vœu se réalise. Bien sûr, vous avez entendu dire qu’il existait des techniques pour choisir le sexe de son enfant… Mais peut-on vraiment y croire ?

 

Alimentation spéciale fille ou spéciale garçon, rapports sexuels à tel ou tel moment du cycle… pas facile de faire la part des choses entre les nombreuses méthodes qui vous promettent de pouvoir choisir le sexe de votre enfant. Certaines ont des fondements scientifiques avérés mais ne sont pas efficaces dans la pratique, d’autres sont basées sur des demi-vérités, d’autres encore totalement infondées. Il paraît donc indispensable de les passer au crible !

 

Le régime spécial fille ou spécial garçons, ça marche vraiment ?

 L’une des méthodes les plus connues a été créée par le Dr Papa (oui, c’est son vrai nom), un gynécologue-obstétricien français. Selon lui, il est possible de modifier le pH de la glaire cervicale de la femme en adoptant un certain type de régime alimentaire. Plus le milieu est acide, plus les spermatozoïdes X seraient actifs, et donc plus les chances d’avoir une fille seraient grandes ; plus le milieu est alcalin, plus les spermatozoïdes Y seraient performants, et donc les probabilités d’avoir un garçon augmenteraient.

Pour avoir une fille (glaire acide), il faudrait donc miser sur les aliments type laitages, poissons, œufs, légumes, céréales, sucre, miel, beurre… À l’inverse, pour faire un garçon, il faudrait privilégier les charcuteries, les viandes fumées et salées, le sel, le café, le chocolat, les coquillages, certains fruits comme les abricots ou les cerises, la mayonnaise industrielle…

Selon une étude menée par le Dr Papa à la fin des années 70 (sur une soixantaine de femmes uniquement), le taux de réussite de cette méthode serait de 77%. Ce qui est finalement assez peu probant ! Attention également aux carences que peut produire tel ou tel type d’alimentation !

 À lire aussi : Bien se nourrir pendant la grossesse

 

Avoir une fille ou un garçon en fonction de la date des rapports sexuels ?

Cette autre technique est basée sur la différence de vitalité et de durée de vie des spermatozoïdes. En effet, selon la théorie d’un biologiste américain, les spermatozoïdes Y (garçon) seraient plus rapides mais aussi plus fragiles que les spermatozoïdes X (filles). Ainsi, si le rapport sexuel a lieu juste après l’ovulation, les spermatozoïdes Y ont plus de chances d’atteindre leur but, car ils peuvent remporter la course. En revanche, si le rapport sexuel est plus éloigné de l’ovulation, les spermatozoïdes X qui survivent plus longtemps que les Y sont mieux placés pour être fécondants. Toute l’efficacité de la méthode repose donc sur la détermination de la date d’ovulation, ce qui n’est pas chose facile. De plus, aucune statistique n’est jamais venue démontrer l’efficacité de la méthode !

 

Le sexing, seule technique totalement efficace… mais interdite (en France) !

Avec les progrès de la PMA (procréation médicalement assistée), tout semble possible, et imaginable ! Un scientifique américain a par exemple découvert comment distinguer un spermatozoïde mâle (qui donnera un petit garçon) d’un spermatozoïde femelle. Lors d’une insémination artificielle, il serait donc possible de donner la préférence à tel ou tel spermatozoïde en fonction du choix des parents. En pratique, la méthode est encore peu précise. Si elle est pratiquée dans des dizaines de cliniques aux Etats-Unis, elle est cependant interdite en France.

Autre solution possible : choisir l’embryon fécondé à implanter. C’est ce que l’on appelle le diagnostic pré-implantatoire (DPI). Aujourd’hui, il est interdit en France s’il est réalisé dans ce but. Il n’est autorisé que dans un but thérapeutique, réservé aux parents qui risquent de transmettre une maladie grave à leur enfant. Dans d’autres pays en revanche, cette pratique est autorisée. Aux Etats-Unis, par exemple, les parents qui veulent à tout prix avoir une fille ou un garçon peuvent débourser jusqu’à 25 000 dollars. Cela en vaut-il vraiment la peine ?

 À lire aussi : Devenir parents grâce aux dons de gamètes

 

Alix Lefief

Le choix de la rédac

Adieu imperfections !

Dermatologie

Adieu imperfections !

La gamme Eucérin

ARKOPHARMA

Compléments alimentaires

Parce qu’une peau préparée est une peau mieux protégée

Nourrissez votre peau de l’intérieur…

Comment se débarrasser des pellicules

Dermatologie

Comment se débarrasser des pellicules

Pour avoir un cuir chevelu en bonne santé

On mange quoi ce soir ? Spécial kids

Les bons aliments

White Box Icon