Archive de mots clés: « watsu »

Différentes méthodes de relaxation

Vous êtes stressé(e) ? Fatigué(e) nerveusement ? Ou rempli d’angoisse ? Vous voulez lâcher prise et soulager vos tensions ?

Cultivez calme intérieur et sérénité avec une technique de relaxation éprouvée.

Le sport et la méditation

Lorsque le corps et l’esprit sont submergés, rien ne va plus ! Selon l’Organisation mondiale de la santé, le stress est le fléau du monde occidental. Différentes études ont montré ses conséquences néfastes pour la santé : dépression, diminution de la libido, lombalgie, problèmes gastro-intestinaux, augmentation des risques de cancer ou cardiovasculaires… Nous le savons, le sport a un effet anxiolytique grâce aux endorphines sécrétées de manière plus significative pendant et après l’entraînement. Une fois libérées par le cerveau, plus précisément par l’hypothalamus et l’hypophyse, ces morphines naturelles se dispersent dans l’organisme. D’une structure moléculaire proche de celle des opiacés, elles atténuent la douleur, contrôlent la respiration, réduisent le stress et procurent une sensation de plaisir. Le sport permet aussi d’augmenter le niveau de certains neurotransmetteurs, en particulier la dopamine et la sérotonine, des régulateurs d’humeur qui donnent la « pêche ». Cependant, la pratique sportive ne suffit pas toujours à nous relâcher profondément et il faut alors recourir à l’une des nombreuses techniques de relaxation. Laquelle choisir ?

La respiration abdominale : L’anti stress par excellence

Ce n’est pas un hasard si les techniques de relaxation passent par l’apprentissage du souffle sacré. Inspirer, souffler…, de manière lente et profonde, reste le meilleur des anxiolytiques naturels. La respiration abdominale est un bon début dans votre quête du bien-être ou du mieux-être. En régulant la fréquence respiratoire, vous agissez directement sur le cerveau.

La cohérence cardiaque

La régulation du rythme cardiaque par le système nerveux autonome est influencée par la respiration. L’inspiration accélère les battements du cœur, l’expiration les ralentit. Avec la méthode de relaxation de la paix par le cœur, vous apprenez progressivement à réguler vos systèmes sympathique (celui qui prépare la réaction de l’organisme à une menace, que celle-ci soit réelle ou non) et parasympathique (celui qui procure détente et relaxation). Vous envoyez ainsi un leurre au cerveau et lui faites croire qu’émotionnellement tout va bien et qu’il peut mettre les compteurs à zéro. Le cerveau rassuré, vous vous sentez apaisé(e).

Le qi gong pour se relaxer

Selon les principes de la médecine traditionnelle chinoise, le corps tombe malade lorsque l’énergie vitale se bloque dans des zones de tension. Les gestes souples, aussi lents que précis, prônés par la méthode de la méditation par le mouvement, assouplissent le corps et lèvent les blocages. Tout doucement, les exercices respiratoires, les postures, les automassages de points d’acupuncture aident à soulager les effets du stress et à digérer ce qui était resté coincé « en travers de la gorge » ou « sur l’estomac ». Rien de tel pour entretenir la santé du corps tout en le réunifiant à l’esprit.

 À lire aussi : Tous emballés par l’otonamaki

Le taï chi chuan

Cet art martial interne conjugue la relaxation, la concentration et la maîtrise de soi pour canaliser l’énergie. Les enchaînements de mouvements répondent à trois principes :

lenteur, continuité et régularité. Chacun d’eux se développe autour du bassin et se base sur le déplacement constant du poids du corps en cercle, sur les jambes pliées. L’objectif est d’harmoniser le corps et l’esprit pour qu’ils ne fassent plus qu’un. En aidant à mieux connaître son corps, à le solliciter avec coordination, le taï chi chuan améliore la tonicité musculaire, l’équilibre et le contrôle de soi. Idéal pour retrouver le calme intérieur.

Le watsu allié à la sophrologie

Plongez votre corps stressé dans une eau à 34 °C. Laissez-le s’abandonner, s’étirer et se faire masser par un praticien bienveillant. Dans ce véritable ballet aquatique, la colonne vertébrale, le bassin, les membres libèrent leurs tensions et découvrent une autre dimension avec en plus une musique relaxation bien choisie. La chaleur, l’eau, les mouvements fluides en apesanteur rappellent le liquide matriciel et permettent de revivre un sentiment d’unité. Et 30 ou 45 minutes plus tard, vous ressortez totalement détendu.

 À lire aussi : Lâcher prise, mode d’emploi
Des erreurs à éviter

Des erreurs à éviter

  • Se lever d’un bond le matin. Glissez sur le flanc vers le bord du lit, basculez les jambes vers le sol, relevez la tête, asseyez-vous; maintenant, vous pouvez vous lever.
  • Bloquer sa respiration lorsqu’on s’étire. Le début et la fin d’un mouvement doivent correspondre au commencement et à l’achèvement d’une respiration.
  • Vous étirer par à-coups. Les muscles ainsi agressés se contractent au lieu de se relâcher.
  • Chercher à trop en faire. Travaillez à votre rythme. Et ne vous laissez pas submerger par un emploi du temps «surbooké».

Se relaxer avec le Watsu

Vous êtes épuisé(e), à la limite du burnout ? Aux Thermes marins de Cannes, le stress est déclaré illégal. Avec les séances de Water shiaTSU, tensions et douleurs tombent à l’eau !


Le Watsu, une méthode de méditation

« Cette méthode de relaxation aquatique douce et unique, combine massages, bercements, étirements doux, torsions progressives et un travail de digito-pression sur les méridiens au rythme de la respiration, explique Roxanne Roca, coach au Radisson Blue Hôtel 1835 et au centre de thalassothérapie auquel il est relié. Les différents points de pression permettent de stimuler l’énergie vitale qui circule à l’intérieur des méridiens, favorisant ainsi la relaxation.


Je vais flotter pendant 25 ou 40 minutes !

Ici, il ne s’agit pas de nager, mais de s’abandonner progressivement dans les bras bienveillants du praticien. Petit à petit, le corps du receveur se détend, se libère des tensions et des pressions quotidiennes. On se laisse glisser sur l’eau, les oreilles immergées dans un environnement sonore assourdi à l’abri de toute agression extérieure. « La synergie entre le corps et l’esprit peut être rétablie. Le fait de se sentir flotter dans l’eau chaude procure une sensation de bien-être, de lâcher-prise, amplifiée par les effets massant de l’eau sur la peau et les pressions de shiatsu sur les méridiens. »


Que va m’apporter de plus le watsu ?

Cette technique réunit ainsi les bénéfices du massage Shiatsu à ceux du Stretching. L’eau est un élément primordial. D’une température de 34-35 °C, « cette enveloppe chaude, douce et rassurante favorise aussi une grande amplitude de mouvement et de sollicitation articulaire. Plus particulièrement, elle rend plus facile, plus fluide et plus ample une mobilisation de la chaîne dorsale. »


Et si j’ai peur de l’eau ?

Des exercices préparatoires préliminaires seront effectués et les mouvements seront adaptés. « L’utilisation de flotteurs et d’un coussin flottant pourra vous mettre en confiance lors d’une séance. Vous n’êtes pas obligé(e) de fermer les yeux, vous pouvez les garder ouverts. »


Si je suis enceinte ?

La natation est généralement recommandée parce qu’elle a l’avantage d’être effectuée dans un milieu portant. En immersion, le corps est libéré de son poids. Les mouvements sont plus aisés. Les séances de watsu ne sont pas interdites, sauf en cas de contre-indication médicale. « Lors des 2e et 3e trimestres de la grossesse, cette méthode de relaxation et de massage aquatique est particulièrement efficace, appréciée et adaptée. Elle peut même être poursuivie jusqu’au bout de la grossesse. »


Je choisis mon coach ?

Comme un massage sur terre, chaque praticien a sa propre approche de la relaxation, du massage, son expérience, son vécu, son ressenti… Faites une séance découverte, et renouvelez l’expérience si celle-ci vous a plu(e) et détendu(e). « Demander au praticien quelle est sa méthode de relaxation et de massage aquatique : en flottaison à la surface de l’eau, visage hors de l’eau et oreilles immergées ou une méthode, cette fois-ci subaquatique avec des passages sous l’eau du visage en présence d’un pince-nez. »

À lire

À lire

WATSU, FREEING THE BODY IN WATER
Harold Dull, Trafford Publishing, 202 pages, 20,86 €.