Archive de mots clés: « tympans »

La surdité ne touche pas que les seniors

Selon la dernière enquête JNA Ipsos, 1 jeune sur 5 souffrirait de déficience auditive en France. Quoi, comment ? La Journée Nationale de l’Audition, qui se déroule le 10 mars, est l’occasion de se pencher sur l’état de nos tympans et les menaces qui pèsent sur notre audition.

 

Contrairement à ce que l’on s’imagine volontiers, les problèmes d’audition touchent toutes les tranches de la population, des jeunes aux seniors.

 

À savoir

À savoir

 Pour découvrir le programme complet des animations la Journée Nationale de l’Audition et demander un test d’audition gratuit, ça se passe ici.
D’après la dernière étude menée par JNA-Ipsos*, 49%, oui vous avez bien entendu, 49% des jeunes interrogés ont déjà ressentiune douleur aux oreilles qu’on appelle Otalgie et qui est dû à un bruit qualifié de très intense. Encore plus préoccupant : plus de la moitié attend que cela passe plutôt que de consulter… Alors que les seniors subissent des pertes d’audition « naturelles » liées au vieillissement, le développement de ces pathologies précoces semble lié aux habitudes d’écoute de musique au casque ou, plus généralement, d’une écoute de musique amplifiée avec une intensité sono élevée, et / ou à un environnement professionnel bruyant pour certains salariés..

Les causes de la déficience auditive

Commençons par établir la différence entre des sons et du bruit. Un son devient un bruit lorsqu’il est gênant ou que son niveau trop élevé devient nocif pour nos oreilles. En effet, un son fort détruit les cellules sensorielles, ce qui conduit à la surdité à terme car ces cellules ne se renouvellent pas. Rappelons que la surdité est irréversible et évolutive. Ces bruits nocifs pour nos tympans n’existent pas à l’état naturel (oui, la Nature est bien faite) mais sont créés par l’activité humaine : musique, bruit de climatiseur, marteaux piqueurs, klaxons, enceintes de concert…

 À lire aussi : Les solutions à la presbyacousie

 

Les premiers signes

La déficience auditive se traduit de trois manières : la surdité totale ou partielle, les acouphènes et l’hyperacousie. Lorsque l’on devient sourd, la perception des sons est atténuée, comme si on évoluait sous l’eau ou la tête enfouie sous un coussin. Des examens menés par un ORL permettent d’établir le diagnostic de manière certaine et mesurée. Ces tests peuvent être pratiqués à tout âge, des bébés aux personnes âgées. Les acouphènes, ces sensations auditives non liées à un son généré par une vibration extérieure à l’organisme, sont des bourdonnements, des sifflements, voire même des tintements ressentis dans le crâne ou dans l’oreille. En France, 65% des cas d’acouphènes sont liés à un traumatisme sonore : concert, discothèque, pétard…. Ces acouphènes peuvent cohabiter avec un autre symptôme de déficience auditive : l’hyperacousie. Ce dysfonctionnement se traduit par une intolérance à certains sons ou environnements bruyants, en raison d’une baisse du seuil de tolérance à l’intensité acoustique et à certaines fréquences. Lorsque l’on expérimente l’un de ces troubles, associé ou pas à une perte d’équilibre, il est urgent de consulter : ce sont des signes de dégâts de l’oreille.

 À lire aussi : J’ai les oreilles qui sifflent !

 

Comment protéger nos tympans ?

La surdité liée au vieillissement est un processus naturel. Il est en revanche possible de se prévenir de l’apparition de déficiences précoces en respectant quelques règles simples. La musique est l’une des principales sources de gêne, et de nombreux musiciens souffrent de troubles auditifs. Les spécialistes conseillent d’éviter les lieux où la musique est très forte, de s’éloigner des enceintes acoustiques, de toujours contrôler le niveau sonore de son baladeur ou de sa chaîne hifi. Quelques chiffres pour se repérer et savoir quand couper le son : 20 heures maximum par semaine à 93 dBa (volume d’un baladeur ou d’un auto-radio), 4 heures maximum à 100 dBA (baladeur à volume maximum), et 2 heures maximum à 103 dBA (discothèque). Pour les personnes exposées à des bruits très forts (chantiers, concerts, etc…), le port de bouchons en mousse, en silicone, ou sur mesure pour les professionnels bouchons est indispensable pour atténuer l’impact de ces sons sur l’oreille.

* Enquête JNA IPSOS sur la santé auditive des jeunes – Mars 2015