Archive de mots clés: « spiritualité »

Je fais une pause avec la méditation

Vous n’arrivez pas à stopper un flot de pensées ? À faire le vide dans votre esprit ? À chasser des tensions et autres sensations ? Et si vous méditiez ?

Je découvre la méditation

Méditer est vieux comme le monde. Au cœur du bouddhisme, de l’indhouisme ou du taoïsme, cette pratique est plus que deux fois millénaire. Le terme vient du mot sanscrit dhyana, chan en chinois, sõn en coréen, zen en japonais ou encore samten en tibétain, il signifie « l’esprit qui pense ». Nul besoin de s’exiler dans un ashram pour trouver la paix intérieure. Comme l’a rappelé un maître zen du xviiie siècle, « pas besoin d’encens, de prière ni d’invocation du nom de Bouddha. »

Je découvre mes trésors intérieurs avec la spiritualité

Si des millions de personnes le pratiquent, ce n’est pas un hasard. « La société moderne, qu’elle soit chinoise, française ou autre, cherche la même chose, explique Ke Wen, fondatrice, directrice pédagogique et formatrice d’enseignants de l’école Les Temps du corps. Avec la science et la technologie, nous sommes trop entraînés dans l’extériorité. Notre richesse est en nous-mêmes, notre cerveau, notre corps, notre cœur, notre énergie. Ce sont des trésors intérieurs qu’il faut exploiter. »

Je choisis ma méthode de méditation

Pour entrer en méditation, il ne suffit pas de s’asseoir, de croiser les jambes et de se plonger dans une profonde concentration. Différentes écoles amènent vers le même objectif. « Le taoïsme, avec ses canaux énergétiques, est très difficile. Il faut être guidé dans ce parcours. Le confucianisme peut convenir aux personnes qui n’ont pas le temps de pratiquer régulièrement. La médecine chinoise convient plus à ceux qui ont un problème de santé ou qui veulent l’entretenir. » Ou encore le Yoga ou la sophrologie.

Je commence à méditer

Quels que soit les élèves « au départ ils ne savent pas ce qu’est le relâchement du corps. Une fois expérimenté, des questions se posent au fur et à mesure que le niveau de méditation augmente. Mais il faut d’abord trouver la conscience du corps dans le calme. C’est un chemin entre le corps et la pleine conscience. »

D’abord, étirez-vous afin de vous dérouiller. Ensuite, asseyez-vous tels les moines ou les yogis, les jambes croisées et le dos bien droit. Les mains se posent naturellement sur ou proche des genoux. Inspirez et expirez calmement par le nez. Prenez conscience de votre corps et détendez-en chaque partie. Ne vous laissez pas envahir par les pensées qui traversent votre esprit. Plus vous pratiquerez, plus vous arriverez à faire le vide en vous et à retrouver un certain mieux-être. « Dans le calme, se manifeste l’infini de la vie… »

Le geste d’apaisement avec la méditation transcendantale

Le geste d’apaisement avec la méditation transcendantale


Soulevez et joignez les mains devant la poitrine. Les pointes des doigts se connectent en vidant l’intérieur des paumes. Ce geste d’estime et de prière éveille une sensation d’union et de paix profondes et intérieures. Quand le cœur est dans le calme et la pureté, il s’exprime et se manifeste à l’extérieur par le respect… C’est pour cette raison que dans beaucoup de méthodes de Qi Gong, les enchaînements commencent par ce geste qui nous amène à l’apaisement.

À lire

À lire


LA VOIE DU CALME
Éveillez-vous à la méditation et à la sagesse chinoise. Pour les Chinois, le corps est le support de l’esprit. Ce guide progressif propose d’entrer dans la méditation par la découverte du corps grâce à des techniques précises basées sur la médecine et la philosophie chinoises.
Ke Wen et Zhang Ming Liang, Le Courrier du livre, 315 pages, 22,90€.