Archive de mots clés: « soin de la peau »

Les ingrédients et nutriments pour une belle peau

Notre peau se renouvelle en permanence. En lui apportant jour après jour les nutriments ad hoc, on influe sur sa santé et son éclat avec des aliments detox.

 

Une peau parfaite avec l’aide des nutriments

À savoir

À savoir

Chez les patients atteints de dermatite atopique, différentes études ont confirmé l’effet positif de certaines souches de probiotiques.
De part sa diversité et sa qualité, notre alimentation peut avoir un impact sur l’aspect et la santé de notre peau. En effet, il existe un lien entre ce que nous mangeons et des affections cutanées telles que le psoriasis, la dermatite atopique ou l’acné. Des relations existent également entre nourriture et sécheresse de la peau, vieillissement cutané ou photoprotection. La progression des connaissances sur les mécanismes à l’origine de ces désordres permet de mieux cibler les nutriments d’intérêt. Les compléments alimentaires à base de substances naturelles peuvent aussi avoir des effets bénéfiques.

 

À chaque peau ses spécificités

La peau est vivante et changeante. Pour lui apporter les nutriments dont elle a besoin, il faut d’abord bien la connaître. La peau sèche est fine et se ride facilement. Des éléments nutritifs pallieront le déficit de son film protecteur. La peau grasse produit trop de sébum et a donc tendance à briller. Une association d’actifs hydratants et rééquilibrants l’assainira sans l’agresser. Au fil des années, l’épiderme s’amincit, le renouvellement cellulaire se ralentit et les fibres qui assurent son élasticité se dégradent. La peau mature pâtit de la chute de ses réserves d’eau et des taux de sébum, de collagène, d’acide hyaluronique… Il faut combler ces carences.

 

Des aliments colorés au menu pour avoir une belle peau

Beaucoup d’hypothèses sur la capacité de tel ou tel produit à améliorer la qualité de l’épiderme circulent… Ce qui est confirmé c’est que l’alimentation doit apporter à la peau son content de vitamines et d’oligo-éléments. Ainsi, la vitamine A lui évite de devenir sèche et rugueuse. Elle se présente sous deux formes : le rétinol, directement assimilable, dont les meilleures sources alimentaires sont d’origine animale (viandes, poissons gras, produits laitiers, jaune d’œuf), et le bêtacarotène appelé provitamine A. Il est synthétisé en vitamine  A par le foie lorsque l’organisme en a besoin. On le trouve dans les produits d’origine végétale, en particulier dans les fruits et les légumes de couleur rouge ou orange (carotte, tomate, mangue, melon, abricot, potiron…) mais aussi dans les légumes vert foncé (blette, épinard, brocoli, chou vert, persil).

 

Des chasseurs de radicaux libres

Les nutriments antioxydants neutralisent les radicaux libres qui accélèrent le vieillissement cutané. Ils sont essentiels, hiver comme été.

  • La vitamine E empêche l’oxydation des lipides (graisses) dans les couches superficielles de l’épiderme. On la trouve dans les huiles végétales, les margarines, les graines entières, les fruits oléagineux.
  • La vitamine C contribue à la synthèse du collagène, une protéine indispensable à l’élasticité de la peau. Elle se concentre dans les agrumes, le persil, les brocolis, les fruits exotiques…
  • Le sélénium et le zinc protègent les cellules cutanées du stress. Les principales sources sont les aliments protéiques d’origine animale (viandes, poissons, œufs), les céréales complètes et les légumes secs.
  • Les polyphénols apportent aussi leur contribution beauté et anti-âge. Il en existe plusieurs centaines répartis au sein des végétaux (fruits et légumes), dans les thés, le cacao, le chocolat et le café.

 

Du bon gras dans l’assiette pour une peau resplendissante

C’est en hiver qu’il faut tout particulièrement veiller à vos apports en acides gras essentiels (AGE). Même si vous suivez un régime amaigrissant, vous devez continuer à manger du gras : un peu de beurre sur les tartines, et deux cuillères à soupe d’huile à chaque repas. Les AGE de la famille des omégas sont indispensables à la souplesse et à l’élasticité de la peau. Ils forment un ciment lipidique entre les cellules de la couche cornée de l’épiderme. Ils préviennent ainsi le desséchement de la peau en s’opposant à une trop forte évaporation d’eau. Pour avoir votre quota quotidien d’oméga 3 et d’oméga 6, il suffit de consommer de l’huile de noix, de soja, de tournesol ou de maïs. Le pharmacien peut vous proposer des huiles de bourrache, d’onagre, de pépins de cassis sous forme de compléments alimentaires (Arkogélules huile d’argan, Perles de peau [Arkopharma], Cold caps [Biocyte]…).

Conseils de Pharmacien

Conseils de Pharmacien

L’éclat et la santé de la peau dépendent aussi d’une bonne hygiène de vie. Pratiquer une activité physique régulière, dormir suffisamment et limiter la consommation de tabac ou d’alcool sont les meilleurs moyens pour garder une belle peau.

  • Entretenez votre flore intestinale: un teint brouillé ou terne peut être la conséquence de troubles digestifs. Inscrivez à votre menu des aliments riches en probiotiques. Ce sont des bactéries amies, partenaires de l’intestin, qui régulent l’équilibre de la microflore. Vous les trouverez au rayon des produits laitiers mais aussi sous forme de compléments alimentaires. Votre pharmacien vous renseignera sur les meilleures souches selon votre problème (Bion transit [Merck MF], Immunostim Levure + [Urgo Médical], gamme Bioprotus [Carrare], Imoflora [Johnson & Johnson Santé Beauté], Ergyphilus [Nutergia], Lactibiane [Pileje], Oenobiol confort digestif [Sanofi]).
  • Veillez à vous hydrater autant par temps froid que vous le feriez naturellement en cas de forte chaleur, en buvant chaque jour au moins deux litres d’eau. L’eau plate, du robinet ou conditionnée en bouteille, est la boisson par excellence.
La cure détox

La cure détox

Avant d’être une parure, la peau est un organe de respiration et d’élimination; d’où l’importance, avant tout autre soin, de la débarrasser des substances toxiques qui s’y accumulent chaque jour. La cure « détox » fait appel à des plantes dépuratives ou drainantes comme le sureau noir, le chiendent, le fenouil, le pissenlit, le radis noir… Votre pharmacien peut vous les proposer sous forme de gélules ou de jus à boire (Arkofluides bardane et pensée sauvage, Complexe digestion [Solgar], Derma Pur’ [Santé verte], Drainaxyl 500 [Ineldéa], Elusanes Digestion [Naturactive], Flatuplexin [3C Pharma], Kétoslim draineur [Biocyte], Léro Détoxifiance [Léro], Jus de bouleau bio [Weleda]).

 

Comment avoir une belle peau et l’entretenir ?

Peau fragilisée, sensibilisée, déshydratée ? Peau à problèmes ? Vieillissement cutané ? Ou encore acnée ? Les solutions viennent aussi de notre alimentation et de notre hygiène de vie.

 

La peau se renouvelle tout au long de la vie. L’alimentation doit lui apporter les nutriments indispensables à son renouvellement, ainsi que ceux qui lui permettent de résister aux agressions extérieures (pollution, climat, soleil). Le fait d’appliquer sur la peau des topiques pour la traiter, corriger des défauts ou tout simplement pour l’entretenir est un geste dermocosmétique indispensable, mais l’alimentation peut agir en synergie. Les compléments alimentaires à base de substances naturelles peuvent aussi avoir des effets bénéfiques pour une beauté retrouvée.

 

Kératine, au cœur de la peau

La kératine est le constituant majeur de la peau, l’épiderme est constitué de kératinocytes, cellules de défense contre les agressions extérieures. En remontant à la surface de la couche cornée, ils se transforment en cornéocytes maintenus entre eux par un ciment lipidique (céramides). Le derme, plus profond et plus épais, est parcouru par les vaisseaux sanguins, il assure la fermeté et la tonicité de la peau grâce aux fibres de collagène et d’élastine. Entre le derme et l’épiderme, il existe une zone d’ancrage, la jonction dermoépidermique, qui régule les échanges mais s’amincit avec l’âge.

 

Barrière lipidique

Les acides gras aident à maintenir la souplesse et l’élasticité de la peau ; leur rôle dans la kératinisation n’est plus à démontrer. Des apports de corps gras vont consolider le film hydrolipidique en s’insérant dans le ciment intercellulaire. Ils sont constitués d’acides gras essentiels (AGE) : acide linolénique oméga 3 et acide linoléique oméga 6. Une insuffisance en AGE se traduit par une sécheresse et un vieillissement plus rapide de la peau. On trouve les AGE dans de nombreuses huiles végétales telles que l’huile colza (riche en oméga 3), de soja, de tournesol (riche en oméga 6), d’argan… Les AGE sont aussi présents dans les huiles d’onagre, de bourrache ou de pépins de raisin, proposées sous forme de compléments alimentaires.

 

Au fil du temps et vieillissement de la peau

Lorsque la peau vieillit, les kératinocytes se renouvellent moins facilement. La vitamine A contribue à la régulation de la kératine, elle évite à la peau de devenir sèche et rugueuse. Les meilleures sources alimentaires sont le beurre, le jaune d’œuf, les laitages, le foie, les poissons gras. Les caroténoïdes de la famille des provitamines A sont stockés dans le tissu adipeux et transformés en vitamine A selon les besoins de l’organisme. On les trouve dans les fruits et les légumes de couleur rouge et orange (carotte, tomate, mangue, melon, abricot, potiron) mais aussi dans les légumes vert foncé (blettes, épinards, brocoli, chou vert, persil). Avec l’âge, les cellules perdent aussi leur capacité à produire de l’acide hyaluronique indispensable à l’hydratation et la jeunesse de la peau, il fonctionne comme une véritable éponge et un repulpeur. La synthèse de coenzyme Q10, antioxydante et antiâge, diminue également au fil des ans.

 

Lutte antiradicalaire

Le chronovieillissement est provoqué par une perte progressive en collagène et en élastine. Ces substances assurent la cohésion, la solidité et la souplesse de la peau. Le grand danger vient des radicaux libres qui provoquent une oxydation à l’origine du vieillissement accéléré, puis de la mort des cellules. Or, certains nutriments ont une action antiradicalaire, ce sont les antioxydants. Les plus sollicités sont la vitamine E, très répandue dans les huiles végétales, les margarines, les graines entières, les fruits oléagineux ; le zinc présent dans les aliments protéiques (viande, poisson), les coquillages, les céréales complètes, les fruits et les légumes verts ; le sélénium dont les principales sources sont les viandes, les poissons, les œufs, les céréales, les légumes secs. La vitamine C, le cuivre, les vitamines B, les flavonoïdes apportent aussi leur contribution antiâge.

Conseils de Pharmacien : l’impact des nutriments sur la qualité de la peau est réel.

Conseils de Pharmacien : l’impact des nutriments sur la qualité de la peau est réel.

  • Vous pouvez aussi agir en adoptant une bonne hygiène de vie : suppression du tabac et de l’alcool, alimentation saine, oxygénation corporelle et sommeil suffisant.
  • Entretenez aussi votre flore intestinale, les bactéries de l’intestin produisent de nombreuses vitamines utiles : un teint brouillé ou terne est parfois la conséquence de troubles digestifs. Les probiotiques régulent la flore avec des effets bénéfiques, ils sont très présents dans notre alimentation en particulier dans les produits laitiers et aussi sous forme de compléments alimentaires. Chez les patients atteints de dermatite atopique, différentes études ont confirmé l’effet positif de certaines souches de probiotiques sur l’immunité, ce qui permettrait une diminution de la sévérité, de la durée et de la fréquence des poussées.

 

De l’eau pour la peau !

Le corps humain contient à la naissance 75 % d’eau et 55 % en fin de vie. L’âge n’arrange rien, car la teneur en eau de la couche cornée passe de 13 % pour une peau jeune à 7 % pour une peau âgée. Lorsque la perte en eau est importante, la peau devient sèche, rugueuse, irritable et les rides se creusent. 80 % de l’hydratation cutanée se fait par voie orale, il vous suffit de boire chaque jour au moins un à deux litres d’eau. L’eau plate du robinet ou conditionnée en bouteille est la boisson par excellence. Vous devez penser à vous hydrater autant par temps froid que par fortes chaleurs. En effet, le froid sec diminue la pénétration de l’humidité de l’air ambiant, et la baisse de température contribue à ralentir la synthèse des lipides protecteurs.