Archive de mots clés: « minceur »

La recette minceur est dans l’assiette

Limiter les calories pour perdre quelques kilos, pourquoi pas ? Accepter le coup de pouce minceur de certains aliments, c’est encore plus malin.

 

Une bonne alimentation pour perdre du poids

Chez nombre de femmes, l’arrivée du printemps éveille le désir de mincir. La clé de la réussite ? Associer une activité physique régulière, une bonne hygiène de vie et une alimentation équilibrée. Privilégier les aliments riches en fibres, éviter les graisses saturées (que l’organisme convertit si aisément en « réserves »), éliminer les sucres rapides, limiter la consommation d’alcool mais boire de l’eau en quantité, et, enfin, ne pas manger pas n’importe quoi en quantité déraisonnable : voilà les bases du retour à l’équilibre nutritionnel.
Pour certaines, il est plus rassurant de suivre une méthode de régime, et les options en la matière ne manquent pas.

 

Trouvez votre méthode pour perdre du ventre et maigrir

Chiffre

Chiffre

600
c’est le nombre minimal de kcal/jour que devraient apporter les produits amaigrissants hypocaloriques. Source : Autorité européenne de sécurité des aliments.
Les méthodes pour maigrir ont toutes pour principe de limiter les calories, et certaines ne sont pas dénuées de risque. Parlez-en à votre pharmacien, il vous aidera à faire le point.

. Les régimes hypocaloriques ont pour postulat de base la réduction des apports énergétiques (matières grasses et sucres rapides). Ils demandent de la discipline selon l’objectif d’apport calorique fixé.

. Le régime « fibres » repose sur la consommation de fruits, de légumes et de céréales complètes afin de favoriser la satiété. Efficace, mais gare aux troubles intestinaux.

. Le régime hyperprotéiné a pour but de limiter l’apport calorique tout en empêchant la fonte musculaire. Outre une stabilisation du poids difficile, cette méthode induit un manque de fibres, et peut être dangereux en cas de maladie cardiaque ou rénale.

. Le régime dissocié autorise à manger de tout mais en piochant dans une seule famille d’aliments par repas. À court terme, il est efficace mais monotone, frustrant et peu compatible avec une vie sociale. À long terme, il fait courir le risque de carences.

. Le jeûne (eau et tisanes deux jours par semaine) entraîne une perte de poids progressive, mais on observe une chute de tonus dans la journée. Et le besoin de compenser après le jeûne est fréquent, d’où un risque d’effet rebond.

 À lire aussi : Le jeûne intermittent, idéal pour purifier son organisme

 

. Le chronorégime préconise la « bonne » répartition des aliments dans la journée et la consommation de certains d’entre eux à des moments précis. Tout est question de timing !

 À lire aussi : Mettez la chrono-nutrition au menu

 

. Les régimes d’exclusion interdisent une ou plusieurs catégories d’aliments énergétiques (sucres, féculents, légumes secs ou même fruits, céréales…). Les risques de carences sont élevés.

 

Brûlez les graisses pour maigrir vite

Si votre objectif n’est pas tant de perdre du poids que de modifier la proportion masse grasse/masse sèche, sans perdre la forme et le tonus, il vous faut recourir à certains nutriments qui peuvent influencer la « décision » de l’organisme de conserver ou de brûler ses réserves graisseuses. Les « anti-graisses » vont traquer les lipides soit en les piégeant dans le tube digestif pour limiter leur absorption, soit en les délogeant des stocks de réserve. Les meilleurs « brûleurs » de graisses fournis par l’alimentation sont les pommes, le citron, le pamplemousse, l’aubergine, le brocoli, le poivron, la cannelle, le thé vert et le café. Les compléments alimentaires à visée « anti-graisses » associent en général plusieurs actifs (4321 minceur Control, Ergyslim Fibres Plus, Lipoféine capteur de graisses, Nopasvelt, Pharmaslim, XL-S Médical…). Les premiers résultats seront perceptibles après quelques jours. Ensuite, on constate la perte de 500 grammes à un kilo de graisse par semaine. Mais c’est le miroir et la taille des vêtements, beaucoup plus que la balance, qui permettent de juger des résultats.

 

Des kilos au cas par cas

Faire fondre les bourrelets, retrouver un ventre plat ou calmer la faim… Pour des soucis spécifiques, les réponses à apporter diffèrent et votre pharmacien vous aidera à choisir la bonne option. Il vous rappellera que les compléments minceur s’utilisent en cure courte. Ils donnent un coup de pouce pour affiner la silhouette ou pour mieux équilibrer les apports caloriques.

Je craque facilement devant les bons petits plats.

Les coupe-faim sont de bons modérateurs d’appétit. Riches en fibres, en mucilages ou en gommes (fucus, caroube, karaya, konjac, gomme guar, pomme, citron), ils provoquent la satiété mécaniquement. N’oubliez pas de les accompagner de grands verres d’eau.

J’ai souvent un petit creux entre les repas et je grignote.

Rien ne vous interdit de faire une pause gourmande avec des encas hypocaloriques à teneur réduite en lipides et en sucres (biscuit sec ou fourré, sucré ou salé, barre chocolatée ou aux fruits…).

Je manque de temps pour déjeuner, j’avale n’importe quoi et je grossis

Les substituts de repas sont en général bien équilibrés sur le plan nutritionnel. Leur valeur calorique est comprise entre 200 et 400 calories. Et faites au moins un vrai repas dans la journée.

J’ai du mal à faire disparaître mon petit ventre rond et j’ai des problèmes de transit.

Première solution : les prébiotiques ou les fibres végétales (inuline, pectine, fructose) limitent les ballonnements. Seconde possibilité : les absorbeurs de gaz intestinaux de type charbon végétal, mannitol ou argile ; certains ont une double action minceur et digestion (Affinex objectif ventre plat, Ergyphilus confort, Ménophytea ventre plat, Oenobiol confort digestif, Ymea Ménopause ventre plat).

 À lire aussi : Prébiotiques et flore intestinale : Vers la nutrition 2.0 ?

 

Les aliments poids plume et de saison

Les aliments poids plume et de saison

. Les huîtres. Riches en protéines, en vitamines et en minéraux, mais raisonnables en calories : 70 kcal/100 g.

. Les champignons. Concentrés en protéines (3 g) et en vitamines, ils ne pèsent que 30 kcal/100 g. Ceux dits de Paris se trouvent toute l’année, mais la vedette de la saison est la morille, à consommer bien cuite.

. Les épinards. Cent grammes apportent près de 3 g de protéines, des vitamines (A, B, C) et des minéraux (potassium) pour 26,8 kcal (cuits) ou 34,5 (crus).

. Les asperges. Vertes, blanches ou violettes, elles fournissent 2,68 g de protéines, des vitamines (B9, C, K) pour un apport modeste en calories (30 kcal/100 g).

. Les épices (poivre, curcuma, thym, cumin…). Elles permettent de réduire l’apport en sel et baisseraient de près de 30 % le taux de triglycérides par rapport au « même plat » sans épices.

À lire

À lire

MAIGRIR SANS RÉGIME

Nutritionniste et spécialiste du comportement alimentaire, l’auteur partage les secrets de la faim et de la satiété, mais aussi du plaisir lié à la nourriture.

Dr Jean-Philippe Zermati, éd. Odile Jacob, 448 p., 22,25 e.

Petits oeufs marbrés et pesto d’avocat

Difficulté : 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10
Temps de préparation : 20 minutes
Temps de cuisson : 8 minutes
Temps de repos : 1 heure

 

Ingrédients pour 4 personnes

  • 20 œufs de caille
  • 2 c. à soupe de gros sel
  • 8 c. à café de thé noir de Chine
  • 6 c. à soupe de sauce soja
  • 4 étoiles de badiane
  • 4 gousses d’ail
  • 40 feuilles de basilic
  • 2 citrons
  • 2 avocats bien mûrs
  • sel et poivre du moulin.
À savoir

À savoir

Les propriétés des œufs de caille ont été découvertes, par hasard, en 1967 par le Dr Truffier. Outre la présence d’excellentes protéines, ils sont également riches en vitamines A, B et E, minéraux comme phosphore, potassium, fer.

L’œuf de caille est de 6 à 15 fois plus riche en nutriments que l’œuf de poule. Ce qui a fait sa renommée, c’est surtout son action antiallergique. Il favorise également la régénération cellulaire et renforce le système immunitaire.

 

Préparation :

1 / Versez de l’eau froide dans une casserole, placez-y les œufs de caille et chauffez jusqu’à frémissement, laissez cuire six minutes à eau frémissante. Retirez ensuite les œufs avec une écumoire et plongez-les immédiatement dans l’eau froide.

2 / Ajoutez dans la casserole d’eau toujours sur le feu le gros sel, le thé, la sauce de soja et la badiane. Frappez très délicatement la coquille des œufs pour la fissurer et plongez- les dans l’infusion frémissante. Laissez reposer pendant une heure.

3 / Le temps écoulé, passez les œufs sous l’eau froide et ôtez doucement la coquille ; ils doivent apparaître marbrés. Réservez-les au frais.

4 / Épluchez les gousses d’ail, coupez-les grossièrement. Rincez et séchez le basilic. Réservez la moitié des feuilles pour décorer. Pressez les citrons, coupez les avocats en dés.

5 / Dans le mixeur, déposez avocat, jus de citron, basilic et ail. Mixez jusqu’à obtenir une purée bien lisse, poivrez, placez au réfrigérateur jusqu’au moment de servir.

6 / Remplissez les 20 cuillères avec un peu de pesto, posez un œuf au milieu et décorez avec une feuille de basilic sur chaque œuf.

À lire

À lire

1001 idées pour cuisiner sans se ruiner

Recette issue du livre 1001 idées pour cuisiner sans se ruiner, Camille Depraz, Larousse

Je prépare une purée de brocolis

Il s’agit d’une purée de brocolis et céleri rave aux pis- taches, une recette simple et goûteuse qui ne vous prendra que 15 minutes de votre temps et à peu près autant de cuisson.

 

À votre choix, vous servirez cette purée raffinée en accompagnement d’une viande blanche ou d’une association céréale complète- légumineuse. Cette recette ne contient absolument pas de gluten. Bien présentée et appétissante, elle peut satisfaire les papilles de toute la famille ou des amis, sans crainte si une personne est allergique au gluten.

 

Ingrédients

  • 500 g de brocolis
  • 500 g de céleri rave, en petites boules ou en morceaux.
  • Des pistaches : attention, il s’agit de pistaches décortiquées mais non salées, naturelles.
  • Assaisonnement :
    Une purée a besoin de liquide, alors prévoyez un bouillon de légumes. L’assaisonnement sera réalisé avec 3 brins de sarriette fraîche, du sel aux herbes et une grosse cuillerée de crème de soja lactofermentée.

 

Préparation

1 / Je procède à la cuisson
Je prépare les légumes Épluchez le céleri rave et détail- lez-en un peu en tranches fines, le reste en gros cubes ou morceaux. Lavez les bouquets de brocoli et détachez-les, puis dis- posez-les avec leurs tiges au fond d’une cocotte à fond épais.

2 / Je commence à cuire
Posez les cubes de céleri sur les brocolis, parsemez de la sarriette, salez et recouvrez de bouillon, pas plus. Sur le dessus, posez les tranches de céleri saupoudrées de sarriette. Faites cuire à feu très doux 15 à 20 minutes.

3 / Je mixe la purée
Mais avant, ôtez et réservez les tranches de céleri. Mixer les cubes de céleri, les bouquets de brocoli et les pistaches en versant peu à peu le bouillon. Cessez de verser quand la purée forme une crème lisse.

4 / Je termine le mixage
Ajouter la crème de soja et mélanger le tout.

 

À savoir

À savoir

Le brocoli est un vrai légume de santé à qui l’on prête des vertus anti- cancéreuses, ainsi d’ailleurs qu’au céleri qui de plus favorise la solidité osseuse.

Les pistaches apportent vitamines B et magnésium, des acides gras insaturés, de la lutéine et de la zéaxanthine, deux antioxydants majeurs protégeant la rétine.

Tous sont également riches en fibres, solubles et non solubles, pour la bonne santé intestinale.

 

 

Servez !

Versez la purée dans un plat chaud de préférence, entourez- la des tranches de céleri réservées au chaud et décorées d’un peu de purée, ajoutez quelques pistaches pour le coup d’œil et servez chaud.

 

À lire

À lire

A table ! Sans gluten et sans lait

Recette issue du livre A table ! Sans gluten et sans lait, Christine Calvet, éditions Souccar

Site web : www.thierry-souccar.com

Salade d’oranges aux dattes

Difficulté : 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10
Temps de préparation : 15 minutes
Temps de cuisson : 5 minutes 

 

Ingrédients pour 4 personnes :

 

  • Une grosse orange bio ou non traitée
  • 6 oranges moyennes bio ou non traitées
  • 20 g de sucre en poudre
  • 1 cuillerée à café de poudre de cannelle
  • 8 dattes.
À savoir

À savoir

La datte, ce fruit oblong du bassin méditerranéen, très riche en sucres assimilables, est un aliment énergétique.

Les abondantes fibres qu’elle contient participent à la prévention des maladies cardio- vasculaires et du cancer du côlon. Elle est riche aussi en antioxydants. La datte est idéale pour la récupération musculaire.

 

Préparation :

1 / Prélevez le zeste de la grosse orange puis pressez-la. Apprêtez le zeste en enlevant la partie blanche et coupez-le en bâtonnets très fins.

2 / Placez les bâtonnets de zeste dans une petite casserole avec de l’eau froide, portez à ébullition. Égouttez immédiatement le zeste.

3 / Dans cette même casserole, versez le jus d’orange, ajoutez le sucre, chauffez jusqu’à frémissement pour obtenir un sirop. Si vous avez un pèse-sirop, vous pouvez l’utiliser, mais ce n’est pas indispensable.

4 / Hors du feu, ajoutez les bâtonnets de zeste et réservez le tout.

5 / Pelez les six oranges à vif. Placez-vous alors au-dessus d’un récipient qui pourra recueillir le jus et prélevez les quartiers en les débarrassant des filaments et membranes qui les entourent. Placez joliment les quartiers dans un plat, parsemez de cannelle.

6 / Dénoyautez les dattes, coupez-les en lanières. Parsemez-en les quartiers d’orange, ajoutez les zestes et arrosez le tout avec le sirop.

 

À lire

À lire

1001 idées pour cuisiner sans se ruiner

Recette issue du livre 1001 idées pour cuisiner sans se ruiner, Camille Depraz, Larousse

Anti cellulite – Les solutions permettant de réduire la cellulite du corps

La cellulite peut se combattre avec des crèmes anti cellulite, des appareils et une hygiène de vie.

 

Les solutions anticellulite

Peau d’orange, capitons, la cellulite fait notre désespoir aux beaux jours. On comprend heureusement mieux ce phénomène hautement indésirable. Quelques idées pour la combattre, sur tous ses fronts.

 

Pourquoi les femmes ont de la cellulite ?

Chiffre

Chiffre

9 femmes /10 ont de la cellulite, et ce quelle que soit leur corpulence, ronde ou mince.
La quasi-totalité des femmes en ont. La faute au genre féminin sûrement : leurs hormones, estrogènes en tête, sont des faiseuses de cellulite. Par ailleurs, leur système de captage des acides gras et l’activité des enzymes de dégradation des graisses sont différents : les femmes font naturellement plus de gras que les hommes, sur les hanches et les cuisses, juste sous la peau qui est aussi plus mince. La cellulite lui donne cet aspect irrégulier, à la différence de la graisse plus profonde qui, en s’accumulant, rompt l’harmonie de la silhouette.

Quoi qu’il en soit, on augmente sa masse grasse en gorgeant ses adipocytes (dont le volume peut être multiplié par 200 ou 300) et, si cela ne suffit pas, en recrutant des préadipocytes, adipocytes en devenir. Ces cellules sont robustes, réfractaires aux rayons ionisants par exemple, et l’on sait mal leur durée de vie, au moins plusieurs mois… Elles sont toujours prêtes à emmagasiner du gras !

Autre raison de faire de la cellulite, la génétique, un héritage malvenu de sa mère et/ou de sa grand-mère, et l’on n’y peut pas grand-chose… Différents facteurs enfin, comme l’alimentation, l’hygiène de vie ou l’insuffisance veineuse favorisent le développement d’une cellulite. La bonne nouvelle est que ceux-là sont accessibles à un traitement, petits ou plus grands moyens.

Différents facteurs à prendre en compte pour perdre de la cellulite

Pour réduire la cellulite fibreuse, on peut donc jouer sur tous ces tableaux, équilibre alimentaire, exercice physique et application locale de crème anti cellulite spécifique pour renverser la vapeur et bouter les graisses hors de l’hypoderme. Les vaisseaux sanguins, réseaux veineux et lymphatiques, retrouvent alors leur liberté, celle de drainer l’eau et les toxines coincées entre les adipocytes… Exit la cellulite !

Comment enlever la cellulite ?

Des aliments sûrs

À lire

À lire

293_livre_programme_anticelluliteProgramme anticellulite, Lydie Raisin, éditions Marabout, 7,90 €. 49 méthodes pour soulager les jambes, Pierre Sébire,éditions Josette Lyon, 17,24 €.
Le régime miracle n’existe pas et pour perdre du poids, il faut manger moins, de sucre et de gras. Pour ne pas reprendre (et davantage !), il faut tenir durablement, clé de la réussite, et adopter un mode alimentaire qui convient sur le long terme, sans restriction drastique et sans carence nutritionnelle. Mieux vaut donc aménager ses repas en fonction de soi, ses goûts et ses dégoûts, ses rituels, du bon sens (portions plus petites, aliments à index masticatoire élevé, « dîner du pauvre », etc.). Et plus spécifiquement éviter les graisses cuites, le saccharose des sucres de canne ou de betterave, les glaces, la charcuterie, les eaux pétillantes trop salées… et la cigarette !

Un minimum d’activité physique

La plus rentable ? La gym en piscine, idéalement tous les jours, à défaut deux fois par semaine au moins les premiers mois. Parce qu’on travaille en résistance (12 fois plus que dans l’air !) les muscles agonistes et antagonistes, l’effet sur la circulation et le drainage en particulier est optimisé. À 28°, la dépense énergétique est supérieure. Mieux encore, le vélo dans l’eau (aquabiking), un drainage actif économiseur d’articulations.

La chaussure inclinée pour travailler les muscles

Sportive encore, mais sans les contraintes du sport, la chaussure inclinée de 8° (Sveltesse de Royal Thermes Institut®) qui, le talon étant plus bas que les orteils, fait travailler les muscles des jambes et facilite la microcirculation de retour, tonifie la peau et raffermit mollets et cuisses, en surface comme en profondeur. Une gymnastique douce à pratiquer 20 à 30 minutes par jour pour commencer et s’habituer à ce nouvel équilibre, puis au moins 3 heures pour éliminer rapidement la cellulite cuisses.

Le bon usage des crèmes

À la base de toutes les crèmes amincissantes, de la caféine : cet actif est indéboulonnable, il inhibe la mise en réserve des acides gras libres dans l’adipocyte, stimule le déstockage et facilite la désinfiltration des tissus de soutien. On le trouve dans Percutaféine (Pierre Fabre) avec un excipient promoteur d’absorption (et d’entrée dans l’adipocyte), Cellu Slim d’Elancyl (où du bois canon latino-américain potentialise les effets de la caféine sur la cellulite incrustée) ou Somatoline traitement anticellulite (un complexe d’actifs boostés par une association cryothermique, menthol et éthyl de nicotinate, qui crée un chaud-froid bienvenu).

Réponses d'expert : mobiliser les graisses avant de les brûler

Réponses d'expert : mobiliser les graisses avant de les brûler

Dr Philippe Blanchemaison,
Phlébologue à Paris

Grâce aux crèmes amincissantes et à l’huile anti cellulite, les acides gras qui étaient stockés dans les adipocytes sont remis en circulation, veineuse et lymphatique. Ils sont ensuite brûlés par les muscles à la première sollicitation sportive, ce qui est encore la meilleure façon de s’en débarrasser. Ils risquent sinon de se redéposer ailleurs. Il est donc conseillé d’effectuer un minimum d’exercices physiques, une marche rapide de 20 minutes par exemple, après n’importe laquelle des manœuvres réputées mobiliser les graisses : application d’une crème amincissante, séance en institut de beauté avec un masseur anti cellulite ou par un kinésithérapeute, techniques de lipolyse par des agents externes. Pour un massage anticellulite efficace, on associe des effleurages longs pour bien faire pénétrer la crème (après une douche chaude), un palper rouler (on pince la peau en un pli et sans le lâcher, on le déplace en le faisant rouler) pour dénouer la fibrose et des effleurages courts pour le drainage. Mais on peut aussi utiliser une ventouse anti cellulite pour retrouver une belle peau plus rapidement.

À éviter

Pour se débarrasser de la cellulite superflue de façon drastique, plusieurs solutions.

L’artillerie lourde, autrement dit la chirurgie esthétique (lipoaspiration) ou la médecine esthétique (techniques invasives ou non invasives). C’est confirmé, les techniques de lipolyse adipocytaire invasives sont interdites, qui détruisent les adipocytes de l’intérieur par rupture ou solubilisation de leur membrane sans qu’on sache bien ce que devient leur contenu… Hors-la-loi donc, les injections de solutions hypo-osmolaires, de mélanges de mésothérapie ou le laser transcutané (sans aspiration). Quant aux techniques non invasives, de lipolyse par agents externes (ultrasons focalisés, lasers, infrarouges ou radiofréquence), un temps interdites elles sont à nouveau autorisées en attendant les nouvelles recommandations de la Haute autorité de santé. Elles ne détruiraient pas vraiment les adipocytes, mais raffermiraient le derme et faciliteraient le drainage lymphatique.

Je fête l’été avec des tagliatelles

Les ingrédients :

  • Les tagliatelles
    Elles sont présentées généralement sous forme de nids. Pour des appétits moyens, comptez deux nids par personne, mais vous pouvez ajuster en fonction des convives.
  • Les légumes
    Sur le marché, achetez une botte de belles asperges, c’est encore la pleine saison. Prévoyez également de petits oignons blancs avec leurs fanes.
  • L’assaisonnement
    Préparez une poignée de noisettes grillées et décortiquées, 10 cl de vin blanc, de l’huile d’olive vierge extra, sel et poivre bien sûr, et si cela vous tente, un peu de fromage râpé, parmesan par exemple.

 

Préparation :

1 / Cuisson vapeur
Cuire à la vapeur, c’est préserver les arômes et les saveurs. Vous allez donc essayer cette astuce qui de plus vous fait faire des économies d’énergie. Jetez les tagliatelles dans l’eau bouillante salée, et placez dessus les asperges que vous aurez auparavant grattées et lavées, dans un panier à vapeur. Non seulement elles garderont un maximum de goût mais de plus elles parfumeront les pâtes. Comptez 10 minutes de cuisson.

2 / Préparez l’accompagnement
Coupez en julienne les fanes vertes des oignons. Hachez grossièrement les noisettes.

3 / Mélangez les ingrédients
Dans une poêle ou casserole, faites sauter dans une cuillerée à soupe d’huile d’olive les fanes vertes des oignons coupées en julienne. Ajoutez les asperges salées et poivrées, versez le vin blanc, faites évaporer à feu vif, puis baissez le feu et ajoutez une louche d’eau bouillante ou de jus de cuisson des pâtes.

4 / Ajoutez les pâtes que vous aurez égouttées, faites sauter le tout pendant quelques minutes.

 

Servez !

Répartissez les pâtes dans assiettes creuses ou bols, par- semez de noisettes et ajoutez un filet d’huile d’olive. Présentez avec du fromage râpé pour ceux qui en ont envie.

 

À lire

À lire

Cuisiner mieux en jetant moins

Recette issue du livre Cuisiner mieux en jetant moins, Lisa Casali, Larousse

Je me mets aux carottes Vichy

Elles ont mauvaise réputation et évoquent pour certains cet horrible mot: régime. Pourtant, cuisinées correctement, les carottes Vichy s’avèrent un légume délicieux, à mettre au menu pour une rentrée en pleine forme.

 

Cette mauvaise image des carottes Vichy vient sur- tout du mode de cuisson utilisé. Souvent cuites à l’eau, les carottes perdent toute saveur et deviennent insipides. Voici la bonne recette des carottes Vichy qui plaira à toute la famille, que vous pourrez réaliser en quinze petites minutes de préparation et vingt-cinq de cuisson.

 

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 700 g de carottes
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 40 g de beurre demi-sel
  • 20 cl d’eau Vichy

Astuce : Si elles sont nouvelles et bios, contentez-vous de les brosser pour garder toutes les vitamines et tous les minéraux. Sinon, épluchez-les finement. La découpe typique des carottes Vichy est en rondelles, de taille moyenne. Si vous utilisez un robot, prenez le disque correspondant à la plus grande épaisseur.

Préparation :

1 /  Je mets en route la cuisson
Prenez une sauteuse ou bien une casserole à fond épais et versez deux cuillerées d’huile d’olive. Faites chauffer cette huile doucement pendant 3 minutes, puis ajoutez environ 40 g de beurre demi-sel. Laissez-le fondre et alors ajoutez les carottes. Remuez bien le tout avec une cuillère en bois, les rondelles de carotte doivent toutes être enrobées de corps gras. Poivrez, couvrez et laissez cuire doucement.

2 /  Je termine la cuisson
Quand les carottes sont légèrement dorées et que le beurre mousse, ajoutez 20 cl d’eau de Vichy (eh oui !) pour déglacer la casserole. Le déglaçage permet de récupérer les sucs des aliments, ce sont eux qui apportent les saveurs. Couvrez et laissez encore cuire 15 à 20 minutes jusqu’à ce que les carottes soient fondantes, testez avec la pointe d’un couteau ou d’une fourchette.

 

Servez !

Placez les carottes sur les assiettes ou bien sur un plat selon votre choix de service, parsemez-les de trois brins de coriandre fraîche que vous aurez auparavant lavés et émincés, ajoutez une pincée de fleur de sel (une pincée pour le tout) et servez. Et savourez la surprise de vos convives devant cette redécouverte des classiques et mal aimées carottes Vichy.

 

À savoir

À savoir

La carotte est très riche en antioxydants, les caroténoïdes. Elle protège des maladies cardiovasculaires et même semble-t-il du cancer. Sa richesse en provitamine A en fait l’amie des yeux. Elle contient des fibres de très bonne qualité. Côté vitamines, elles sont presque toutes au rendez-vous ainsi que fer, phosphore, potassium. Son index glycémique est assez élevé mais sa charge glycémique assez faible.

À noter : la carotte de Créances (Manche), qui bénéficie d’une AOC (appellation d’origine contrôlée), est particulièrement appréciée pour sa saveur sucrée. Car selon les variétés et les terroirs, les carottes, elles aussi, varient en saveurs.

À lire

À lire

Choux, poireaux, carottes et autres légumes d’hiver

Recette issue du livre Choux, poireaux, carottes et autres légumes d’hiver, Camille Antoine, Larousse

 

Minestrone d’été

Difficulté : 1 – 2 – 3 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10
Temps de trempage : 12 heures
Temps de préparation : 10 minutes
Temps de cuisson : 1 h 15

 

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 200 g de haricots blancs
  • 2 cubes de bouillon de légumes
  • 2 courgettes
  • 200 g de tomates cerise
  • 100 g de petits pois frais ou surgelés
  • 10 brins de persil plat
  • 1 gousse d’ail
  • 1 cuillerée à soupe d’huile d’olive
  • Sel et poivre.

 

Préparation :

1 / La veille, mettez les haricots à tremper pendant 12 heures. Le lendemain, rincez-les et faites-les cuire dans un grand volume d’eau bouillante avec un cube de bouillon pendant 1 heure. Égouttez-les puis rafraîchissez-les sous un filet d’eau froide.

2 / Diluez le deuxième cube de bouillon dans 1,5 1 d’eau bouillante. Coupez les courgettes en dés et mettez-les dans une casserole.

3 / Ajoutez les tomates et les petits pois.

4 / Versez le bouillon sur les légumes, portez à ébullition, puis mettez les haricots.

5 / Salez et poivrez, ajoutez les feuilles de persil, l’ail pelé et l’huile d’olive.

6 / Poursuivez la cuisson 15 minutes à feu moyen.

7 / Servez aussitôt.

À lire

À lire

6_recette_couv_proteines_verte_larousse

Cette recette est extraite du livre Protéines vertes de Catherine Moreau et Dr Florence Solsona ; éditions Larousse ; 96 pages ; 8,90 euros

 

Je fais des courgettes farcies au thon

Avec l’été vous viennent des envies de recettes colorées et gourmandes, faciles à réaliser et sans risque pour votre silhouette. Cette recette est faite pour vous.

 

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 4 courgettes rondes
  • 2 belles tomates bien mûres
  • 1 oignon
  • 1 boîte de thon à l’huile d’olive
  • 1 petit pot de tartare d’algues
  • 1 paquet de petit épeautre,
  • 1 céréale ancêtre du blé
  • 1 cuillerée d’huile d’olive
  • sel et poivre
  • herbes aromatiques (coriandre, persil, etc.)

 

Préparation

1 /  La veille au soir vous ferez tremper 80 g de petit épeautre dans beaucoup d’eau, filtrée de préférence.

2 / Préparez les courgettes le jour même. Lavez-les sans enlever les restes de la queue et de la fleur. Coupez- les aux deux tiers de la hauteur, ôtez les pépins et faites cuire à la vapeur les parties évidées et les « chapeaux » qui donneront de l’esthétique à votre plat fini, et ce pendant une huitaine de minutes pour qu’elles restent croquantes. Réservez.

3 / Cuisez l’épeautre

4 / Placez l’épeautre rincé dans le double de son volume d’eau et faites cuire 30 min. Salez et égouttez.

5 / Préparez le reste de la farce
Faites fondre l’oignon épluché dans l’huile d’olive à feu doux pendant 10 min, sans le faire roussir (couvrez le récipient). Pelez les tomates (pour plus de facilité, trempez-les rapidement dans l’eau bouillante), épépinez-les, coupez-les en petits morceaux, ajoutez-les à l’oignon et finissez la cuisson.

 

À savoir

À savoir

Ce plat peut être considéré comme équilibré et léger. Il apporte des protéines et des oméga 3 avec le thon, une céréale beaucoup plus digeste que le blé, des légumes variés et de saison, et les algues sont des trésors de minéraux et d’oligoéléments. Enfin, l’huile d’olive fournit des acides gras essentiels.

Ce plat associe plaisir et équilibre nutritionnel et peut s’inscrire favorablement dans un programme minceur.

 

Servez, c’est prêt !

Pour terminer la recette, retirez le récipient du feu, ajoutez l’épeautre, le thon égoutté et deux cuillerées à soupe de tartare d’algues. Éventuellement les herbes hachées. Mélangez bien et vérifiez l’assaisonnement.

Préchauffez le four à 150 °C, soit thermostat 5.

Garnissez les courgettes avec le mélange, replacez les petits chapeaux, posez-les dans un plat allant au four avec un peu d’eau au fond. Prévoyez environ 15 min de cuisson. Servez.