Archive de mots clés: « mélanome »

Causes et traitements des mélanomes

Arielle, 42 ans : Existe-t-il plusieurs types de mélanomes ? Se développe-t-il toujours à partir d’un grain de beauté ? Que faire pour lutter contre un cancer cutané ?

 

Le mélanome est une tumeur cutanée maligne qui se développe à partir des cellules productrices de mélanine (mélanocytes). Il représente une minorité des cancers cutanés (10 %) mais c’est de loin le plus grave.

Du grain de beauté au mélanome

Un mélanome est neuf fois sur dix cutané. Il peut se développer à partir d’un grain de beauté ou apparaître à la surface d’une peau saine à n’importe quel endroit du corps. La plupart des mélanomes s’étendent horizontalement dans l’épiderme puis en profondeur dans le derme. Ils se développent d’abord lentement sur quelques mois ou quelques années, puis rapidement. Les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes (poumon, foie, cerveau) ou d’autres tissus, et générer des métastases au niveau de l’œil, du nez, des muqueuses, des organes génitaux, du rectum…

Quelles en sont les causes d’un mélanome ?

Les surexpositions solaires sans protection (ou avec une protection insuffisante) et cumulatives pendant l’enfance sont les principaux facteurs de risque. S’y ajoutent un terrain génétique, un nombre élevé de grains de beauté, les phototypes de peau I (très claire) et II (claire).

Comment différencier les différents types de mélanomes ?

On en distingue quatre : le mélanome d’extension superficielle, le plus fréquent (70 à 80 %) ; le mélanome des extrémités (paume des mains, plante des pieds) ; le mélanome nodulaire s’étendant rapidement en profondeur sur toutes les régions cutanées ; le mélanome de Dubreuilh, souvent localisé sur le visage, le cou ou les mains.

Les dépister facilement avec la règle ABCDE

La règle ABCDE permet une autosurveillance en repérant les signes suspects : A pour asymétrie des lésions, B pour bords irréguliers, C pour couleur hétérogène, D pour diamètre supérieur à 6 mm, E pour évolution récente et brutale. Cette vérification est recommandée une ou deux fois par an, en s’aidant d’un miroir ou en faisant appel à un proche pour inspecter soigneusement la totalité de la peau. Tout changement, en taille comme en couleur, doit conduire à consulter un dermatologue.

Mélanome : à surveiller de près !

Ce cancer gravissime de la peau est principalement dû à l’exposition solaire. Deux consignes en découlent logiquement, se protéger et dépister.

 

On recense 7 000 nouveaux cas par an de mélanome malin. Il est donc rare, mais grave. La mode du bronzage en France explique qu’en 20 ans le nombre de nouveaux cas a été multiplié par trois et la mortalité par deux.

 

 

 

Facteurs de risque du cancer de la peau

À savoir

À savoir

Depuis février 2012, une fois par an, la Sécurité sociale prend en charge une consultation de dépistage directe chez un dermatologue, sans passer par la case généraliste.
Une exposition excessive au soleil et aux dispositifs de bronzage artificiel est en cause dans 70 % des cas. Il faut aussi tenir compte du nombre de grains de beauté : plus il est élevé, plus le risque augmente et plus il faut se protéger. Le type de peau est déterminant, pour les peaux claires, rousses ou blondes, le risque est beaucoup plus élevé. Enfin, il existe une prédisposition familiale, dans 5 à 10 % des cas.

 

Protection avancée contre les UV

Le vêtement protège des UV et des radiations visibles, il doit avoir un tissage serré et une couleur sombre et s’accompagner d’un chapeau à larges bords et de lunettes de soleil pour protéger visage, yeux, nuque et cou. La crème solaire n’est efficace qu’avec un indice de protection adapté et surtout si elle est régulièrement appliquée.

Il faut éviter le créneau 11 h-16 h, se couvrir, remettre de la crème solaire après chaque bain et toutes les heures, éviter produits parfumés et médicaments photosensibilisants (risque de coup de soleil géant), ne jamais exposer au soleil les nourrissons de moins d’un an, protéger enfants et adolescents (T-shirt, chapeau, lunettes), sans oublier la journée de dépistage en mai* et la consultation annuelle remboursée. Conseils simples, pourtant trop souvent négligés.

*Liste des centres disponibles chaque année sur http://www.syndicatdermatos.org/

 

Méthode ABCDE

Elle permet de surveiller soi-même ses grains de beauté.

  • A pour asymétrie, un grain de beauté qui perd sa forme ronde est suspect.
  • B pour bords, attention aux bords dentelés ou irréguliers.
  • C pour couleur, se méfier des changements de couleur ou de la coexistence de plusieurs couleurs.
  • D pour diamètre, une taille supérieure à 8 mm est à surveiller.
  • E pour évolution, un grain de beauté qui apparaît, grandit ou change doit motiver une consultation.

Toute modification de taille, de couleur, de forme, tout saignement, toute modification de sensibilité, enfin tout nouveau grain de beauté ou nouvelle tâche suspecte imposent un avis dermatologique rapide.