Archive de mots clés: « hygiène bucco-dentaire »

Mauvaise haleine : enfin des solutions efficaces !

L’halitose est un problème courant qui peut se résoudre facilement si on adopte quelques bonnes habitudes quotidiennes. Découvrez la bonne parade pour en finir avec ce désagrément pénible pour vous, mais aussi pour vos proches !

 

Environ une personne sur deux est concernée par des problèmes de mauvaises odeurs buccales, parfois de façon chronique. Mais ce n’est pas une fatalité ! Il existe des bons réflexes à prendre pour contrer ce problème, ainsi que des remèdes naturels efficaces.

 

Une bonne hygiène bucco-dentaire

Le premier secret d’une haleine fraiche, c’est un brossage de dents efficace. Celui-ci va permettre d’éliminer les bactéries qui sont responsables des mauvaises odeurs. Pensez à bien vous laver les dents après chaque repas : c’est le seul moyen imparable pour prévenir le problème à la racine. Rappelons que les sprays, chewing-gums et autres pastilles ne font que masquer l’odeur, ils ne la combattent pas.

 À lire aussi : Hygiène bucco-dentaire : dents et gencives, même combat !

 

N’oubliez pas le fil dentaire

Les bactéries aiment se loger dans les petits interstices, en particulier ceux situés entre les dents. Pour les déloger, il faut utiliser un fil dentaire ou des petites brossettes interdentaires spécifiquement conçues à cet usage. Attention cependant à bien utiliser le fil dentaire ! Le mouvement doit se faire de haut en bas entre les dents, et non pas comme une scie (vous risqueriez de blesser les gencives).

 

Utilisez un gratte-langue

Les bactéries responsables des mauvaises odeurs ne se situent pas uniquement sur les dents, elles sont présentes aussi sur la langue. Il est donc important de les déloger ! Pour cela, plusieurs solutions. Vous pouvez par exemple utiliser votre brosse à dents pour gratter (en douceur) votre langue. Autre solution : utiliser un gratte-langue, en vente dans les pharmacies ou parapharmacies. Sachez aussi que certaines brosses sont munies d’un gratte-langue sur le revers de la brosse.

 

Ne zappez pas le rinçage

Après le brossage de dents, finissez toujours par un dernier rinçage de bouche avec de l’eau tiède. Vous pouvez aussi préparer votre propre rinçage maison en y ajoutant un peu de bicarbonate de soude ou de sel fin, une cuillérée à café de vinaigre de cidre, une ou deux gouttes d’huile essentielle de citron… La version naturelle et home made du bain de bouche !

 

Luttez contre la sécheresse buccale

La sécheresse buccale, liée à un manque de salive, est un facteur aggravant de la mauvaise haleine. En effet, la salive joue un rôle essentiel en nettoyant la bouche et en permettant l’évacuation des bactéries. Sachez que la sécheresse buccale peut avoir plusieurs causes, les plus courantes étant la déshydratation ou encore la prise de certains médicaments. Pour y remédier, buvez suffisamment d’eau, de manière régulière tout au long de la journée.

 

Modifiez votre alimentation

Certains aliments sont bien connus pour leurs effets néfastes sur l’haleine : ail, oignon… mais ce ne sont pas les seuls ! Les aliments protéinés (viandes, poisson, produits laitiers) peuvent aussi être à l’origine du problème s’ils sont consommés en excès. La solution : réduire leur consommation, et augmenter celle de fruits et de légumes. Attention aussi au café, qui peut être responsable de l’haleine chargée. Misez plutôt sur le thé et, encore mieux, sur le thé à la menthe, qui a un effet rafraichissant (et digestif). Pensez aussi aux tisanes, comme la tisane de thym, qui a la même efficacité.

 

Arrêtez de boire et de fumer

L’alcool et le tabac sont deux facteurs déclenchants bien connus de la mauvaise haleine ! Vous pouvez le constater vous-même : les lendemains de fêtes, votre haleine sent rarement la rose… La solution : arrêter de fumer et de boire. En plus de résoudre votre problème d’halitose, cela sera bénéfique pour votre santé.

 

Misez sur les épices et les herbes !

Besoin d’un petit coup de frais après le repas ? Mâchez un clou de girofle, suçotez un bâton de cannelle, croquez quelques graines de cardamome ou mâchouillez quelques feuilles de persil, de basilic ou de menthe ! Ces épices et ces herbes ont non seulement des propriétés rafraichissantes mais elles sont aussi désinfectantes. De plus, elles aident à digérer ! Voilà donc un bon réflexe à prendre, que vous soyez sujet ou non à l’halitose…

 

Consultez votre dentiste !

 Vous avez testé tous les remèdes anti-mauvaise haleine listés ci-dessus et rien n’y fait ? Prenez rendez-vous sans tarder chez votre dentiste. L’halitose peut en effet être liée à une carie mal soignée, un problème de gencives… Votre dentiste pourra faire un point complet, et vous proposer une solution. Rappelons que, de manière plus générale, il est conseillé de consulter régulièrement son dentiste, au moins une fois par an, que vous ayez ou non des problèmes de mauvaise haleine.

 

Consultez… votre médecin

L’halitose peut aussi être due à un problème de santé plus général, par exemple une mauvaise digestion ou encore une infection des sinus ou des amygdales. Si vous êtes régulièrement sujet à la mauvaise haleine, ou si les remèdes naturels ne fonctionnent pas, parlez-en à votre médecin, qui pourra vous demander de faire des examens complémentaires, ou vous orienter vers un spécialiste (gastro-entérologue, ORL…).

 À lire également : D’où vient la mauvaise haleine et comment la traiter ?

 

D’où vient la mauvaise haleine et comment la traiter ?

Martin, 32 ans, Villeneuve-d’Ascq : J’ai souvent mauvaise haleine. À quoi cela est-il dû et quelles sont les solutions pour en finir avec ce problème ?

 

La mauvaise haleine, aussi appelée halitose dans le jargon médical, s’explique par l’exhalation de composés soufrés volatils qui sont libérés dans la cavité buccale à partir de débris alimentaires ou de cellules stagnant dans la bouche.

 

Mauvaise haleine : des causes multiples

Dans 70 % des cas, l’halitose est d’origine buccodentaire : brossage des dents insuffisant ou mal effectué, déséquilibre de la flore buccale, lésions des muqueuses (comme les aphtes, les petites ulcérations…). N’hésitez pas à consulter un dentiste pour faire un diagnostic complet si vous êtes sujet à la mauvaise haleine.

Les autres causes de ce problème sont d’ordre ORL, digestif, pulmonaire ou encore médicamenteux. Pensez à en parler à votre médecin qui pourra vous orienter vers un spécialiste. Le tabagisme, en particulier la nicotine, peut aussi être associé à une mauvaise haleine liée à l’assèchement des muqueuses. 

Bien choisir ses aliments pour lutter contre l’halitose

De nombreux aliments produisent des substances volatiles qui se retrouvent dans l’haleine. C’est le cas, par exemple, de l’ail, de l’oignon, de l’échalote, du radis noir, de l’alcool ou encore de la caféine. La digestion des aliments protéiques (viande, produits laitiers…) peut aussi aggraver le phénomène. Il faut leur préférer les hydrates de carbone (céréales, légumes secs et pommes de terre par exemple) dont la fermentation conduit à développer un milieu acide dans la bouche (pH acide). Enfin, n’oubliez pas de bien vous hydrater en buvant suffisamment, pour éviter l’effet bouche sèche qui accentue le problème.

Une bonne hygiène bucco-dentaire est indispensable

Sachez tout d’abord que les divers produits rafraichissants que l’on trouve dans le commerce (dragées mentholées, pastilles à sucer, sprays…) ne font que masquer l’odeur grâce à la présence de menthol ou de chlorophylles. Ils peuvent dépanner mais ne règlent pas l’origine du problème.

Le traitement de la mauvaise haleine fait appel à des bains de bouche sans alcool associant antiseptiques et agents neutralisants (huiles essentielles, lactacte de zinc). Ils permettent de bien nettoyer les joues et le palais en absorbant les mauvaises odeurs. La langue représentant la source principale de substances génératrices d’odeurs, on conseille aussi de la nettoyer à l’aide d’un gratte-langue spécifique, une fois par jour, le soir après le brossage.

 

Mauvaise haleine, des remèdes de grand-mère efficaces

Mauvaise haleine, des remèdes de grand-mère efficaces

Pour lutter contre l’halitose, il existe des solutions naturelles qui ont fait leurs preuves. Par exemple, vous pouvez mâcher quelques feuilles de menthe ou de persil frais après le repas pour rafraichir votre haleine. Vous pouvez aussi suçoter un clou de girofle ou quelques graines de cardamome.

Pensez enfin aux infusions après le repas, à base d’épices ou d’herbes (cannelle, thym…). Tous ces remèdes ont par ailleurs l’avantage de favoriser une bonne digestion. Ainsi, vous faites d’une pierre deux coups !

 

La bonne méthode pour bien se brosser les dents

En dépit des progrès réalisés depuis une dizaine d’années, les Français restent à la traîne en matière d’hygiène buccodentaire… Encore un effort !

 

Chiffre

Chiffre

90 millions
de brosses à dents sont achetées par les Français chaque année.
Source : Association française pour la santé buccodentaire

Une étude comparant les habitudes d’hygiène buccodentaire dans 5 pays européens* montre que sept Français sur dix se brossent les dents deux fois par jour et arrivent ainsi loin derrière les Italiens, les Allemands et les Britanniques. Pour l’utilisation du fil dentaire et du bain de bouche, ils arrivent même bons derniers.
Pas étonnant qu’ils aient autant de caries et souffrent autant de gingivite…

 

Le bon rythme pour brosser ses dents

C’est, faut-il le rappeler, quotidiennement, matin, midi et soir, qu’il faut se brosser les dents, sous peine de voir les bactéries restées à la surface des dents après chaque repas adhérer et former une fine couche blanchâtre qui durcit pour former le tartre. Au fil des mois, l’émail est attaqué, une petite tache noire apparaît, puis c’est au tour de la dentine, juste en dessous. La dent commence à être sensible, notamment au chaud et au froid, puis la carie s’étend, gagne la pulpe dentaire, les nerfs, et fait mal. Si un dentiste ne la soigne pas rapidement, elle finit par toucher la gencive, l’os même, peut former un abcès et infecter d’autres organes.

 

La bonne technique de brossage

Un détartrage régulier (1 à 2 fois par an) permet d’éliminer ce dépôt par grattage et ultrasons jusque dans les endroits inaccessibles. Mais le brossage reste indispensable et doit être soigneux.

  • Brossez en tournant de la gencive à la dent, en haut et en bas séparément, sans oublier la face interne des dents.
  • Comptez trois minutes, en vous aidant au besoin d’un sablier pour la cuisson des œufs ou… de votre smartphone.
  • Pensez à changer votre brosse à dents, manuelle ou électrique, tous les trois mois environ. Les poils émoussés et aplatis ne sont pas efficaces.
  • Utilisez un dentifrice au fluor qui renforce l’émail de surface.

* Étude Rain Makers CSI pour Johnson & Johnson, 2011.

Conseils de Pharmacien : quelques gestes pour des résultats parfaits.

Conseils de Pharmacien : quelques gestes pour des résultats parfaits.

Choisissez des brosses à poils souples, les poils durs risquent de blesser les gencives et d’abîmer l’émail des dents. Les brosses électriques (en pharmacie) éliminent plus efficacement la plaque dentaire. Les fils dentaires et les brossettes nettoient parfaitement l’espace interdentaire. Les bains de bouche quotidiens à base d’extraits d’huiles essentielles débarrassent la bouche des mauvaises bactéries et réduisent le tartre. Les solutions antiseptiques pour bain de bouche s’utilisent pendant quelques jours après des soins de dentisterie ou de stomatologie, ou en cas de dents infectées. Sans oublier la brosse à dent électrique.

L’hygiène bucco-dentaire, pour se bien porter

Autrefois du ressort exclusif du dentiste, la bouche est aujourd’hui un territoire partagé, reflet de notre état de santé général. Panoramique.

 

La bouche est la plus vaste des voies d’entrée dans le corps et la plus fréquentée : des quintaux de nourriture en une vie, des milliards de bactéries saprophytes et 32 dents qui doivent cohabiter en bonne intelligence.

 

Importance de l’hygiène bucco-dentaire

Chiffres

Chiffres

1,5 brosse à dents et 3,4 tubes de dentifrice, c’est ce qu’utilise (en moyenne) chaque année un Français, loin de ce que préconisent les dentistes, respectivement 4 brosses et 6 tubes.
Source : Association Dentaire Française, www.adf.asso.fr
En première ligne, cette flore en bouche de microbes bienfaisants est soumise à de multiples influences ; or, de son équilibre, dépend la bonne santé de la bouche. Quand on parle de la bouche, on embrasse (!) les dents certes, mais encore les gencives, la langue, les lèvres, la mauvaise haleine. Lorsqu’un quelconque de ces éléments est modifié, il constitue un indice fort qui doit inciter à une enquête “en bouche“ dans un premier temps, plus globale ensuite.

La bonne santé de la bouche dépend aussi de la balance minéralisation/déminéralisation. A chaque repas en effet, des bactéries “cariogènes“ (Streptocoques mutans notamment) se développent dans les niches de la cavité buccale. Elles se nourrissent de leur carburant, les sucres surtout, et produisent des acides qui attaquent l’émail dentaire et la dentine juste en dessous. Dans une bouche saine, la phase de déminéralisation dentaire est aussitôt suivie d’une phase de reminéralisation, la salive tamponnant l’acidité buccale.
Pour que règne l’harmonie en bouche, il suffit d’un débit salivaire satisfaisant, d’une alimentation équilibrée et bien sûr d’une bonne hygiène dentaire.

Soigner les petits bobos des dents

Pour préserver les dents, gencives, émail et le reste, et ainsi une bouche en parfait état de fonctionnement, un minimum d’hygiène est nécessaire.

  • Point de carie

Première arme anti-carie, le brossage pendant 3 minutes et 2 à 3 fois par jour avec une brosse à dents en bon état (changée toutes les 5 semaines environ, davantage en cas d’infections respiratoires). La brosse placée en oblique à 45° sur la gencive, on opère en rouleau ou en rotation verticale, haut et bas séparément, toutes les faces systématiquement, avec un dentifrice fluoré. Enfin, on consulte régulièrement son dentiste, tous les six mois et au moins une fois par an. Sans oublier la brosse à dent électrique.

  • Une haleine fraîche

Pour contrer les composés volatils soufrés présents en trop forte concentration (émis lors de la dégradation des aliments par les bactéries en bouche), une hygiène sans faille ! À l’origine de l’halitose en effet, l’accumulation de bactéries et/ou de résidus alimentaires sur les plaques dentaires, les poches parondotales, le dos de la langue ou les cryptes amygdaliennes.
On les déloge avec un grand verre d’eau plate en fin de repas au minimum et les outils convenables : brosse, dentifrice, fil dentaire, gratte-langue -elle abrite 60 % des bactéries de la bouche- et pour atteindre les endroits difficilement accessibles, deux fois par jour après le brossage, un bain de bouche spécifique.

  • Des gencives saines

S’il n’est pas efficacement brossé, le biofilm qui se forme après un repas à la surface de la dent, s’épaissit, se structure en plaque dentaire à l’intersection de la dent et de la gencive. Il s’y agglutine les minéraux de la salive pour former le tartre, une “paille de fer“ qui entretient l’inflammation de la gencive, la gingivite. L’hypersensibilité de la gencive se traduit par des gencives rouges, gonflées, douloureuses, qui saignent au brossage et/ou spontanément. Si l’on ne fait rien, la gingivite devient parodontite, quand tout le système d’attache de la dent est atteint. Stop ! Première étape : un vrai détartrage chez le dentiste, une à deux fois l’an. Indispensable ensuite, le brossage, idéalement trois fois par jour, avec une brosse souple, à petite tête, un dentifrice décongestionnant, complété éventuellement par des bains de bouches désinfectants.

Conseils de Pharmacien

Conseils de Pharmacien

  • Gare à l’association amidon-saccharose (le sucre blanc) présente dans les céréales sucrées, le pain de mie, etc. qui est particulièrement “cariogène“. Après un repas sucré, un produit laitier qui limite l’acidité buccale favorise la reminéralisation
  • Gare encore aux boissons acides (sodas sucrés ou light, eaux aromatisés, etc.) qui érodent l’émail. Les avaler rapidement, avec une paille.
  • Beaucoup confondent haleine fraîche et dents propres. Traitez-les chacune à son tour.
  • Pour une salive de qualité, l’alimentation doit être variée, équilibrée, riche en fruits et légumes crus.
  • Un bon dentifrice ne doit pas abraser la dent pour garder intact l’émail (bouclier de la dentine, la partie sensible de la dent) et la brosse être de préférence souple ; oui aux brossettes interdentaires en appoint du brossage, à condition que leur diamètre soit adapté aux espaces qui posent problème. Oui au blanchiment des dents.
Réponses d'expert : c'est signes qui doivent alerter

Réponses d'expert : c'est signes qui doivent alerter

BB Photo Jean Valcarcel(5)Pr Jean Valcarcel,
chef du service d’odontologie (CHU Montpellier)

Qu’a-t-on appris des liens entre la bouche et la santé en général ?
À l’évidence, les dents ne sont pas isolées et peuvent donner des informations sur la santé en général. Une blessure qui ne guérit pas, un changement de couleur dentaire, a fortiori une lésion, doivent alerter. Une inflammation de la gencive, une sécheresse de la bouche, des plaies qui cicatrisent mal, sont autant d’indicateurs d’un système immunitaire défaillant, voire d’une authentique maladie sous-jacente : comme le diabète, emblématique. Certaines, rares comme la sclérodermie, se dévoilent parfois par une anomalie en bouche. Chez les enfants, des syndromes qui expriment des dysfonctionnements d’organes et des maladies héréditaires sont repérables deux à trois années auparavant en observant la denture : l’attention est attirée par la forme, la coloration, une absence de dents ou leur implantation.