Archive de mots clés: « hélène ségara »

Hélène Ségara : « J’essaie d’être une mère parfaite ! »

Avec son dernier album Parmi la foule, Hélène Ségara goûte au bonheur de retrouver l’amour d’un public qui lui prouve sa fidélité.

 

Pensez-vous que la vie d’un être humain doit être faite de hauts et de bas pour mieux être à l’écoute des autres ?

Moi, je le pense. Si on me demandait de repasser par les mêmes épreuves ou les mêmes tristesses que j’ai pu connaître à une certaine époque, je le referais. Je n’aurais pas la même sensibilité, le même altruisme ni la même sincérité. Cela fait partie des raisons qui me font dire que si la vie a certainement ses hauts et ses bas, il ne faut surtout pas perdre son temps avec des petits détails.

Qui êtes-vous vraiment ? Une femme forte ou une femme fragile ?

Je me suis fait souvent avoir par mon côté gentil, aussi j’ai dû apprendre à dire non. Mais ce n’est pas pour cela que je suis devenue un roc ! Entre le métier de maman et celui de chanteuse, je ne peux pas ajouter également celui d’assistance sociale.

Est-ce dur d’être bien entourée quand on est un personnage connu comme vous ? Et savez-vous vous protéger des flatteurs ?

Je reconnais que parfois je me suis très mal entourée. Quand la lumière brille sur quelqu’un, cela attire les mauvaises personnes tout comme les bonnes. Il faut savoir faire le tri dans ses rencontres. J’aime bien que l’on cherche à connaître Hélène plutôt que Ségara. Mais cela ne se détecte pas au premier coup d’œil !

En amour peut-on avoir des certitudes ou bien faut-il laisser planer un certain mystère pour que cela dure ?

J’ai un avis sur la chose qui n’est peut-être pas celui de tout le monde. Je pense qu’il faut être différent, mais complémentaire. C’est ce que je vis avec mon mari, il est aussi réservé que je suis extravertie. Il est aussi tempéré que je suis impulsive. Il a du caractère, mais il ne l’affiche pas de la même manière que moi ! Nous n’avons pas de rapports de force. Moi je ne cherche pas à dominer les gens, mais je déteste être dominée.

Il y a environ 10 ans, vous avez subi une opération des cordes vocales qui a failli briser net votre carrière. Que pensez-vous de la médecine d’aujourd’hui ?

Dans la médecine, il y a du bon et du mauvais. J’avais rencontré des tas de médecins à New York ainsi qu’au Canada qui avaient dit que j’étais inopérable et que je ne retrouverais plus jamais ma voix. J’étais devenue un cas médical. Le professeur Jean Abitbol, un grand spécialiste, m’a proposé d’innover une nouvelle méthode au laser. À partir de cela, j’ai su que je devenais un cobaye, mais je n’avais plus rien à perdre. Je suis pour l’avancée de la science, je suis pour vivre avec mon temps.

Êtes-vous préventive au niveau de votre santé ?

Bien sûr que je fais attention à moi et à ceux qui m’entourent. Je suis prudente et concernée, puisque j’ai même un exemplaire du Vidal chez moi. Je ne prends pas d’antibiotiques à tort et à travers. Le médicament que j’utilise le plus c’est l’aspirine, car elle a plein de vertus. Si je fais confiance à l’allopathie, je suis également ouverte aux médecines douces comme l’homéopathie, la phytothérapie et l’aromathérapie.

Quel rapport entretenez-vous avec votre pharmacien ?

Un pharmacien doit être proche de sa clientèle. Le mien me connaît bien et je lui fais entièrement confiance. Il m’aide à choisir en connaissance de cause les huiles essentielles qui me permettent de lutter contre le froid. J’aime bien les produits Avène ainsi que la gamme bio de Nuxe. Si je dois partir au dernier moment en voyage et que j’ai besoin d’un médicament sur ordonnance, il accepte aussitôt de me dépanner.

Votre métier vous impose quelques contraintes esthétiques.

Comment faites-vous pour garder la ligne et rester mince ?
J’ai une bonne nature. Quand j’ai le temps, je fais du sport. Longtemps, j’ai pratiqué le vélo d’appartement et cela me manque. J’ai remarqué que faire du sport me procure un meilleur sommeil.

Est-ce que la quarantaine que vous affichez sereinement aujourd’hui vous donne confiance en vous ou bien redoutez-vous le temps qui passe ?

Je préfère celle que je suis devenue aujourd’hui à celle que j’étais il y a dix ans. Mais j’appréhende toutefois le temps qui passe parce que je suis dans un métier axé sur l’image et je sais que l’on ne me ratera pas à la moindre défaillance. Quoi qu’il puisse m’arriver, j’essaierai toujours de rester la plus naturelle possible.

À écouter

À écouter

Parmi la foule
Le dernier album d’Hélène Ségara contenant La vie avec toi et Le monde à l’envers en duo avec son fils Raphaël.