Archive de mots clés: « harcelement »

Je me libère des êtres toxiques !

Chacun de nous a déjà été confronté dans son entourage professionnel ou familial un être « toxique » ou tyrannique. Trouvez en vous ces solutions concrètes qui vous permettent d’échapper à son emprise et déjouer ses pièges pour lutter contre le harcèlement.

 

J’apprends à repérer l’être toxique

C’est un être qui offre une double face : il semble souvent, vu de l’extérieur, aimable intéressant, ouvert, apparemment irréprochable. L’être pervers ne fait qu’observer et s’observer, car il doute de lui-même sans le savoir. Il va donc s’en prendre à l’autre pour l’exploiter et le briser.

Ne vous sous-estimez pas

La victime d’un être tyrannique offre une fragilité dans laquelle il s’engage. Rien n’est hasard. La future proie sera attirée par la « beauté du diable », par manque de confiance et d’estime pour elle-même, ayant souvent souffert d’un manque d’affection et de reconnaissance. Pleine de créativité, d’énergie, elle est donc capable de s’investir et de donner, jusqu’au sacrifice d’elle-même, aveuglément : elle tombera vite dans les filets de la personne toxique opportuniste, offrant des mirages.

Ne tombez pas dans ses pièges

Cet être pervers va vous culpabiliser sans cesse en insistant sur vos imperfections. Il fragilise l’image que vous avez de vous-même, en soulignant vos défauts. Il vous intimide par un pseudo savoir, en contestant la légitimité du savoir de l’autre. Parfois même, il passe par le chantage pour induire la peur.

 

Je tords le cou à la culpabilité pour ne pas tomber dans le piège du harcèlement moral

Pour ne pas tomber dans le piège du harcèlement moral, j’évite à tout prix de culpabiliser.
Une fois que vous avez découvert l’emprise sous laquelle vous êtes tombé(e), dites-vous bien que cette relation nocive a trop duré. Il vous reste à agir sans vous culpabiliser.

Commencez par vous faire du bien

C’est un travail à effectuer au jour le jour. Sortez de l’emprise, cessez de vous faire du mal, occupez-vous de vous et faites-vous du bien, osez entreprendre. Apprendre à s’aimer, à penser à soi, à se contenter, permet d’éviter de rencontrer d’autres personnalités narcissiques toxiques.

Apprenez à dire non

Ne pas se laisser influencer par le regard de l’autre donne une liberté intérieure. De plus, savoir dire non sans se justifier, pour poser des limites, facilite la vie. Si vous n’arrivez pas à vous en sortir vous-même, il est possible de choisir soit une thérapie individuelle, soit une thérapie de groupe. La parole du thérapeute doit être constructive. Une fois la situation de la personne victime reconnue, il se fait témoin actif de ses blessures. Puis, il renvoie à soi-même, comme s’il s’agissait d’apprendre à se découvrir dans un miroir.

 

Éliminez la souffrance

Il est possible de s’abandonner à son imaginaire, pour approcher sa souffrance et la mettre à distance, en l’extirpant de soi. Le pervers a aidé à repérer les failles intérieures : en cela, il a été un vrai thérapeute. Écriture, arts plastiques, musique : ce sont alors des chemins pour la créativité permettant d’aborder autrement, de se déprendre et d’engager un deuil. C’est un moyen de faire place nette, de retrouver sa place parmi les autres, avant de vivre en accord avec soi. Écrire son histoire, dans un récit personnel ou encore dans un journal intime, aide à mettre à distance les souffrances intimes. Les mots écrits agissent à la fois comme révélateurs et pansements.