Archive de mots clés: « Endométriose »

Les symptômes de l’endométriose qui doivent alerter

« Qu’est-ce qu’une endométriose et qui est concerné ? Certains signes peuvent-ils alerter ? » Noura, 33 ans, Paris.

 

Maladie hormono-dépendante mal connue, l’endométriose affecte environ 10 % des femmes et elle est retrouvée chez près de 40 % des femmes qui souffrent de douleurs chroniques pelviennes, en particulier au moment des règles. Elle se caractérise par la présence de tissu utérin (ou tissu endométrial) en dehors de la cavité utérine.

La formation de l’endométriose

L’endomètre est la muqueuse qui recouvre la face interne de la cavité utérine et dont les cellules réagissent aux hormones au cours du cycle menstruel. Normalement, son élimination se fait par voie vaginale via le cheminement des règles. Parfois, des fragments d’endomètre peuvent refluer vers le haut dans la cavité péritonéale et se fixer aux organes avoisinants (ovaires, trompes, vessie, utérus, intestins…). Les lésions évoluent sous forme de kystes, de tissu cicatriciel ou d’adhérences.

 À lire aussi : Les règles sans tabou

 

Les symptômes de l’endométriose

Le premier symptôme est la douleur, parfois insupportable au moment des règles. L’endométriose est responsable de près de la moitié des douleurs pelviennes. Elle peut perturber la fertilité de la femme car les tissus présents en excédent empêchent le bon fonctionnement des ovaires. L’autre complexité est la grande hétérogénéité des symptômes : troubles digestifs et urinaires, douleurs à la défécation ou à la miction, et lors des rapports sexuels.

 À lire aussi : Une prise en charge de la douleur au cas par cas

 

Quand consulter et comment détecter l’endométriose ?

Les symptômes sont souvent banalisés. Par peur d’être incomprises, les femmes supportent leurs souffrances et leur handicap pendant une longue période avant de consulter un médecin. S’il suspecte une endométriose lors de la consultation, l’examen gynécologique est complété par une échographie permettant de repérer d’éventuelles lésions ovariennes.

L’IRM (imagerie par résonance magnétique) est un examen de référence capable de détecter des nodules de quelques millimètres et donc de porter un diagnostic très spécifique. En cas de doute, il ne faut pas hésiter à consulter un gynécologue spécialisé dans la chirurgie de l’endométriose.