Archive de mots clés: « Coloscopie »

La coloscopie mode d’emploi

La coloscopie est un examen qui permet d’étudier la paroi interne du gros intestin, ou côlon. Il est indiqué en cas d’antécédents (familiaux ou personnels) de cancer, de maux de ventre inexpliqués, de saignements… Il permet notamment de dépister une éventuelle maladie du côlon. Découvrez comment il se déroule pendant, avant et après.

 

La coloscopie est un examen visuel de l’intérieur du côlon réalisé à l’aide d’un endoscope introduit par l’anus. C’est l’examen de référence dans le dépistage et le diagnostic des principales pathologies du côlon. Il permet également de faire des prélèvements et de pratiquer éventuellement l’ablation de polypes. Il est réalisé la plupart du temps sous anesthésie générale.

 

La préparation d’une coloscopie : une étape importante

Cet examen est performant et fiable à condition que le côlon ait été parfaitement préparé. Un régime sans résidus ainsi qu’un lavage colique sont nécessaires afin de le rendre parfaitement propre. En règle générale, vous devez ingérer la veille, et/ou quelques heures avant l’examen, un médicament qui permet le lavage complet de l’intestin. Évitez la prise de médicaments favorisant les saignements (aspirine, ibuprofène…) et en cas de traitement par antiagrégant plaquettaire, il est impératif de le signaler à votre médecin. Durant les six heures précédant l’examen, il faut être à jeun (il ne faut pas manger, ni boire, ni fumer).

 

Le déroulement d’une coloscopie

Après introduction par l’anus de l’endoscope, de l’air ou du CO2 sont insufflés pour déplisser les parois de l’intestin, ce qui occasionne une sensation de ballonnement et la nécessité d’éliminer les gaz après l’examen. Le patient est placé en décubitus dorsal ou latéral gauche, et l’examen dure environ 30 minutes s’il n’y a pas de polypes à retirer. Après le réveil, le spécialiste s’assure de l’absence de saignement et/ou de douleurs abdominales.

 À lire également : Qu’est-ce qu’un régime sans résidu (à suivre avant une coloscopie) ?

 

Après la coloscopie : que se passe-t-il ?

Le patient peut boire et manger léger une heure après la fin de l’examen et quitter l’établissement en moyenne au bout de 2 h 30, de préférence accompagné par un proche si une anesthésie générale a été pratiquée.

 

La coloscopie, un outil de dépistage incontournable du cancer colorectal

La coloscopie, un outil de dépistage incontournable du cancer colorectal

Depuis quelques années, cet examen du côlon est recommandé dans le cadre du dépistage généralisé du cancer colorectal chez les personnes, hommes et femmes, de 50 à 74 ans. Environ 16 millions de personnes sont concernées. La première étape du dépistage est la réalisation d’un test hémoccult. Celui-ci est simple et se réalise chez soi : il suffit de faire un prélèvement de selles (à l’aide d’un kit de dépistage et de consignes bien précises) et de l’envoyer, via une enveloppe T fournie, au centre de dépistage de son département. Les résultats sont alors adressés sous 15 jours par courrier. Si du sang est détecté dans les selles, il est alors recommandé de faire une coloscopie.

Pour plus d’informations sur ce sujet, adressez-vous à votre médecin traitant ou rendez-vous sur le site e-cancer.fr, rubrique Dépistage. Vous pouvez aussi appeler le 0 810 810 821 (prix d’un appel local), du lundi au vendredi de 9 h à 19 h et le samedi de 9 h à 14 h.

 À lire aussi : Cancer du côlon : priorité au dépistage