Archive de mots clés: « cellulite »

Vaincre la cellulite par le massage amincissant

Découvrez comment venir à bout de votre cellulite et remodeler votre silhouette grâce aux bienfaits du palper/rouler, et apprenez les gestes de l’automassage.

 

Passionnée par le massage et son enseignement, Isabelle Trombert-Gimeno est une praticienne certifiée. Elle a développé une pédagogie accessible aux particuliers et aux professionnels, qu’elle détaille dans son livre Le Massage Amincissant, paru aux éditions Ellébore. Sa promesse ? Permettre à chacune de retrouver une silhouette raffermie grâce aux bienfaits des massages amincissants. Mais pas dans n’importe quelles conditions. « Certaines femmes vivent à un rythme effréné, font face au surmenage professionnel et connaissent de grands moments de stress. Elles ont alors des phases de compulsion alimentaire car le sucre leur apporte du soulagement. Avant de songer à améliorer leur silhouette, c’est important qu’elles commencent par prendre conscience de leur rythme, respirer, souffler et retrouver un minimum de détente dans leur vie, sinon rien ne sera efficace », explique Isabelle. A bon entendeur… Une fois qu’on a trouvé le bon rythme de croisière, par quoi on commence ?

 

Dresser le bilan et établir son type de cellulite

 Car oui, il existe plusieurs types de cellulite. La thérapeute tient à rassurer ses troupes : « La cellulite touche tout le monde, y compris des sportives de haut niveau. On peut être hyper musclée et avoir quand même de la cellulite logée entre les muscles et la surface de la peau. » Voilà qui réconforte toutes celles qui ne sont pas championnes du monde de quelque chose.

La cellulite plus courante est la cellulite adipeuse, causée par une alimentation trop riche et/ou un mode de vie sédentaire. Elle est souvent liée à un excès de poids. Comment la reconnaître ? Elle est plutôt molle et ne fait pas mal lorsque vous la pincez. Pour la déloger, vous devrez accompagner vos massages d’un régime alimentaire visant à perdre l’excès de gras. La cellulite fibreuse est, elle, plus difficile à déloger, car installée en profondeur, et souvent depuis longtemps. C’est à elle que l’on doit l’aspect peau d’orange qui apparaît sans pincement. Le palper/rouler va être très efficace pour lutter contre elle ! Il existe un troisième type, la cellulite aqueuse, qui est un cas à part, et nécessite une phase importante de drainage lymphatique avant de songer au palper/rouler. Vos efforts vont donc se concentrer sur les deux premières. Après avoir évalué votre type de de cellulite, le livre vous permet également de calculer votre poids idéal vs votre poids actuel, et de déterminer votre type de silhouette. Le ciblage des gestes ne sera en effet pas le même selon votre morphologie.

 À lire aussi : Perdre sa cellulite

 

Sur quoi agit le massage palper/rouler

Pour comprendre l’efficacité de la méthode, il faut se pencher sur l’aspect d’une peau présentant de la cellulite. Cette cochonnerie qui nous enquiquine lorsque sonne l’heure de se mettre en maillot est causée par des cellules adipeuses plus grosses et plus nombreuses que les fibres et tissus environnants. Elles les étouffent en les englobant et tirent sur leurs attaches d’insertion, ce qui crée le fameux effet « peau d’orange ». Le palper/rouler va décoller les adhérences des tissus et leur permettre de retrouver leur liberté d’action, tout en stimulant la production de collagène, agent d’élasticité de la peau. Masser régulièrement, la peau regagne en fermeté et élasticité. Donc maintenant, il n’y plus qu’à.

 À lire aussi : Un rouleau de massage, trois utilisations

 

Bien préparer le palper/rouler

Lorsque vous décidez de vous attaquer à votre cellulite, c’est important de savoir que vous partez pour au moins 6 semaines, avec des massages de 30 minutes au moins deux fois par semaine, et plus si possible. Vous pouvez pratiquer des séances d’automassage, très efficaces, et les compléter par des séances chez des professionnels pour les zones plus difficiles à atteindre, comme l’arrière des cuisses ou le dos. Chaque séance intègre plusieurs types de gestes, indispensables à l’efficacité du massage amincissant. Préparez votre corps à recevoir les bienfaits du massage avec des effleurages, d’abord à plat puis en bracelet et en V, toujours de la cheville vers les cuisses pour respecter le sens de la circulation sanguine. Augmentez progressivement la profondeur du mouvement. Il est ensuite indispensable (oui, indispensable) de frictionner la peau pour dénouer les adhérences des tissus. Il faut le faire jusque la peau rougisse : c’est le signe que les fluides se sont bien remis en circulation. Vous pouvez ensuite choisir entre des mouvements de pétrissage et de compression (ou faire les deux si vous avez le temps) et enfin, attaquer le palper/rouler à proprement parler.

 

Les règles du palper/rouler

Le palper/rouler est un peu l’apogée du massage amincissant. A la fois énergisant, stimulant, tonifiant et apaisant, il doit se pratiquer avec précision pour être efficace. Il ne peut être démarré qu’à partir du moment où la peau n’est plus douloureuse au pétrissage, et rougit bien à la friction : cela veut dire que les blocages circulatoires et adhérences tissulaires sont dépassés. La technique du palper/rouler demande de rouler la peau de façon continue en suivant des lignes de quadrillage imaginaire sur la zone à traiter, d’abord horizontales puis verticales. Il ne doit pas être douloureux ! Isabelle Trombert-Gimeno propose des photos pédagogiques très utiles dans son livre qui vous conforteront dans votre manière de procéder.

 

Des finitions indispensables pour l’efficacité

Une fois que vous avez palper/rouler vos zones à traiter, il est indispensable de terminer votre séance de massage par des mouvements de type percussions. Pincements, claquements, percussions en pluie ou poings fermés : ces mouvements sont des « manœuvres raffermissantes », d’autant plus nécessaires que votre programme de massage accompagne une perte de poids parfois importante, entraînant un relâchement de la peau. Ce programme de massage est également recommandé pendant la grossesse, car en améliorant l’élasticité de la peau, on diminue le risque de vergetures ; et après la grossesse pour aider la peau à retrouver sa fermeté.

 À lire aussi : Du sport pour maigrir et perdre de la cellulite
À lire

À lire

LE MASSAGE AMINCISSANTlivre massage
Pour découvrir en détail la méthode du massage palper/rouler, ruez-vous sur ce livre. Votre peau vous dira merci.
Isabelle Trombert-Gimeno, aux éditions Ellébore.

 

 

Vaincre sa cellulite et sa peau d’orange

Une technique efficace pour l’une peut se révéler parfaitement inopérante pour l’autre. Avant de s’y attaquer, mieux vaut connaître sur (ou plutôt sous) le bout des doigts son ennemie et ses failles.

Qu’est-ce que la cellulite ?

On peut être filiforme et tapissée de cellulite aux zones sensibles… Un régime et de l’activité physique à outrance n’y feront rien. Par ailleurs, ce que l’on prend pour de la cellulite n’en est pas toujours, ou mêlée à une rétention d’eau. Et les graisses ne se comportent pas de la même façon en haut ou en bas du corps. La cellulite, la vraie, est de la graisse mise en réserve dans l’hypoderme, juste sous la peau, dans un espace particulier chez la femme : il comporte des loges cloisonnées qui emprisonnent la graisse. Sous tension, celle-ci créait des capitons visibles. Les cellules graisseuses (plus volontiers dans la moitié inférieure du corps) y sont exclues du métabolisme général. La circulation y est moins fluide, par l’excès de gras et la fibrose notamment.

 

1/ Drainer en professionnel

Le système lymphatique, parallèle aux artères et aux veines, assure le drainage de l’eau, en complément du système veineux. La graisse et/ou la fibrose peuvent freiner localement son flux. Si le volume des jambes fluctue dans la journée (plus gonflées le soir), il s’agit d’une rétention d’eau que l’on peut contrer par un drainage lymphatique professionnel : un kiné procède à des effleurages du pied aux citernes où est collectée la lymphe dans l’abdomen. À la maison une gymnastique adaptée est conseillée : le bout du pied posé sur le nez d’une marche, on fait descendre le talon le plus possible pour étirer les muscles profonds à l’arrière de la jambe et chasser ainsi le sang veineux et la lymphe.

Cela permet donc d’avoir une peau plus lisse, notamment au niveau de la cellulite cuisse.

 

2/ Masser en roulant des mécaniques

C’est éveiller les structures endormies par un massage mécanique. La cible ? Le tissu conjonctif constitué d’adipocytes, mais surtout de fibroblastes qui fabriquent les fibres de collagène et d’élastine. La circulation des réserves graisseuses disgracieuses dépend des mouvements qu’on lui imprime. Les grands (activité physique) comprennent une marche de 20 minutes quotidienne pour brûler les graisses remises en circulation. Les petits stimulent par mécanotransduction les fibroblastes. Mais pas question de casser ou décoller la cellulite : malaxer pour assouplir, pétrir à deux mains. Les crèmes anti-cellulites sont un excellent appoint qui facilitent le palper-rouler ; inversement le palper-rouler accélère la pénétration des principes actifs (caféinés en tête).

 À lire aussi : Crème minceur et crème anti-capitons : quelles sont les différences ?

 

3/ Bouger en résistance

Plus on a de muscle plus on brûle de l’énergie en mouvement. Mention spéciale pour le rameur et, mieux encore, l’aquagym : on travaille en résistance (12 fois plus que dans l’air !) les muscles agonistes et antagonistes. La circulation et le drainage sont optimisés. À 28° aussi, la dépense énergétique est supérieure dans l’eau, comme un masseur anti cellulite naturel.

CONSEILS DE PHARMACIEN

CONSEILS DE PHARMACIEN

Indépendamment du massage et de crèmes anti-cellulite ciblant une zone précise, la graisse est brûlée là où elle est disponible, et non là où elle est gênante! Inutile de mettre toute la gomme physique sur un objectif localisé.

Éviter graisses cuites, sucre blanc (seul ou sous forme de bonbons), pâtisseries, glaces, charcuterie, eaux pétillantes très salées et cigarette.

Adopter une chaussure inclinée (talon plus bas que les orteils): elle fait travailler les muscles des jambes, facilite la microcirculation de retour, tonifie la peau et raffermit mollets et cuisses. Une gymnastique douce 20-30 minutes par jour permet de s’habituer à ce nouvel équilibre.

Réponses d'expert : 10 minutes par jour suffisent pour combattre la cellulite.

Réponses d'expert : 10 minutes par jour suffisent pour combattre la cellulite.

Jocelyne Rolland
Kinésithérapeute

C’est par petites touches, régulièrement, que l’on a le plus de chances de se débarrasser durablement de la cellulite. Sous la douche, on peut assouplir, en la pétrissant, la peau des zones les plus récalcitrantes (indifférentes aux modifications vertueuses du mode de vie). En cas de rétention d’eau manifeste, on pratique quelques minutes par jour des étirements des muscles posturaux. Pour limiter la fibrose, accélératrice de vieillissement, on fait une impasse (relative) sur les sucres industriels qui caramélisent les tissus conjonctifs. Cette peau durcie jeune peut devenir flasque à terme, parce qu’en mal d’élastine… Enfin, quand on s’est massé et drainé, marcher d’un bon pas chaque jour quelques minutes sans souffler est bien plus efficace pour éliminer les graisses de la cellulite qu’une course à perdre haleine.

Anti cellulite – Les solutions permettant de réduire la cellulite du corps

La cellulite peut se combattre avec des crèmes anti cellulite, des appareils et une hygiène de vie.

 

Les solutions anticellulite

Peau d’orange, capitons, la cellulite fait notre désespoir aux beaux jours. On comprend heureusement mieux ce phénomène hautement indésirable. Quelques idées pour la combattre, sur tous ses fronts.

 

Pourquoi les femmes ont de la cellulite ?

Chiffre

Chiffre

9 femmes /10 ont de la cellulite, et ce quelle que soit leur corpulence, ronde ou mince.
La quasi-totalité des femmes en ont. La faute au genre féminin sûrement : leurs hormones, estrogènes en tête, sont des faiseuses de cellulite. Par ailleurs, leur système de captage des acides gras et l’activité des enzymes de dégradation des graisses sont différents : les femmes font naturellement plus de gras que les hommes, sur les hanches et les cuisses, juste sous la peau qui est aussi plus mince. La cellulite lui donne cet aspect irrégulier, à la différence de la graisse plus profonde qui, en s’accumulant, rompt l’harmonie de la silhouette.

Quoi qu’il en soit, on augmente sa masse grasse en gorgeant ses adipocytes (dont le volume peut être multiplié par 200 ou 300) et, si cela ne suffit pas, en recrutant des préadipocytes, adipocytes en devenir. Ces cellules sont robustes, réfractaires aux rayons ionisants par exemple, et l’on sait mal leur durée de vie, au moins plusieurs mois… Elles sont toujours prêtes à emmagasiner du gras !

Autre raison de faire de la cellulite, la génétique, un héritage malvenu de sa mère et/ou de sa grand-mère, et l’on n’y peut pas grand-chose… Différents facteurs enfin, comme l’alimentation, l’hygiène de vie ou l’insuffisance veineuse favorisent le développement d’une cellulite. La bonne nouvelle est que ceux-là sont accessibles à un traitement, petits ou plus grands moyens.

Différents facteurs à prendre en compte pour perdre de la cellulite

Pour réduire la cellulite fibreuse, on peut donc jouer sur tous ces tableaux, équilibre alimentaire, exercice physique et application locale de crème anti cellulite spécifique pour renverser la vapeur et bouter les graisses hors de l’hypoderme. Les vaisseaux sanguins, réseaux veineux et lymphatiques, retrouvent alors leur liberté, celle de drainer l’eau et les toxines coincées entre les adipocytes… Exit la cellulite !

Comment enlever la cellulite ?

Des aliments sûrs

À lire

À lire

293_livre_programme_anticelluliteProgramme anticellulite, Lydie Raisin, éditions Marabout, 7,90 €. 49 méthodes pour soulager les jambes, Pierre Sébire,éditions Josette Lyon, 17,24 €.
Le régime miracle n’existe pas et pour perdre du poids, il faut manger moins, de sucre et de gras. Pour ne pas reprendre (et davantage !), il faut tenir durablement, clé de la réussite, et adopter un mode alimentaire qui convient sur le long terme, sans restriction drastique et sans carence nutritionnelle. Mieux vaut donc aménager ses repas en fonction de soi, ses goûts et ses dégoûts, ses rituels, du bon sens (portions plus petites, aliments à index masticatoire élevé, « dîner du pauvre », etc.). Et plus spécifiquement éviter les graisses cuites, le saccharose des sucres de canne ou de betterave, les glaces, la charcuterie, les eaux pétillantes trop salées… et la cigarette !

Un minimum d’activité physique

La plus rentable ? La gym en piscine, idéalement tous les jours, à défaut deux fois par semaine au moins les premiers mois. Parce qu’on travaille en résistance (12 fois plus que dans l’air !) les muscles agonistes et antagonistes, l’effet sur la circulation et le drainage en particulier est optimisé. À 28°, la dépense énergétique est supérieure. Mieux encore, le vélo dans l’eau (aquabiking), un drainage actif économiseur d’articulations.

La chaussure inclinée pour travailler les muscles

Sportive encore, mais sans les contraintes du sport, la chaussure inclinée de 8° (Sveltesse de Royal Thermes Institut®) qui, le talon étant plus bas que les orteils, fait travailler les muscles des jambes et facilite la microcirculation de retour, tonifie la peau et raffermit mollets et cuisses, en surface comme en profondeur. Une gymnastique douce à pratiquer 20 à 30 minutes par jour pour commencer et s’habituer à ce nouvel équilibre, puis au moins 3 heures pour éliminer rapidement la cellulite cuisses.

Le bon usage des crèmes

À la base de toutes les crèmes amincissantes, de la caféine : cet actif est indéboulonnable, il inhibe la mise en réserve des acides gras libres dans l’adipocyte, stimule le déstockage et facilite la désinfiltration des tissus de soutien. On le trouve dans Percutaféine (Pierre Fabre) avec un excipient promoteur d’absorption (et d’entrée dans l’adipocyte), Cellu Slim d’Elancyl (où du bois canon latino-américain potentialise les effets de la caféine sur la cellulite incrustée) ou Somatoline traitement anticellulite (un complexe d’actifs boostés par une association cryothermique, menthol et éthyl de nicotinate, qui crée un chaud-froid bienvenu).

Réponses d'expert : mobiliser les graisses avant de les brûler

Réponses d'expert : mobiliser les graisses avant de les brûler

Dr Philippe Blanchemaison,
Phlébologue à Paris

Grâce aux crèmes amincissantes et à l’huile anti cellulite, les acides gras qui étaient stockés dans les adipocytes sont remis en circulation, veineuse et lymphatique. Ils sont ensuite brûlés par les muscles à la première sollicitation sportive, ce qui est encore la meilleure façon de s’en débarrasser. Ils risquent sinon de se redéposer ailleurs. Il est donc conseillé d’effectuer un minimum d’exercices physiques, une marche rapide de 20 minutes par exemple, après n’importe laquelle des manœuvres réputées mobiliser les graisses : application d’une crème amincissante, séance en institut de beauté avec un masseur anti cellulite ou par un kinésithérapeute, techniques de lipolyse par des agents externes. Pour un massage anticellulite efficace, on associe des effleurages longs pour bien faire pénétrer la crème (après une douche chaude), un palper rouler (on pince la peau en un pli et sans le lâcher, on le déplace en le faisant rouler) pour dénouer la fibrose et des effleurages courts pour le drainage. Mais on peut aussi utiliser une ventouse anti cellulite pour retrouver une belle peau plus rapidement.

À éviter

Pour se débarrasser de la cellulite superflue de façon drastique, plusieurs solutions.

L’artillerie lourde, autrement dit la chirurgie esthétique (lipoaspiration) ou la médecine esthétique (techniques invasives ou non invasives). C’est confirmé, les techniques de lipolyse adipocytaire invasives sont interdites, qui détruisent les adipocytes de l’intérieur par rupture ou solubilisation de leur membrane sans qu’on sache bien ce que devient leur contenu… Hors-la-loi donc, les injections de solutions hypo-osmolaires, de mélanges de mésothérapie ou le laser transcutané (sans aspiration). Quant aux techniques non invasives, de lipolyse par agents externes (ultrasons focalisés, lasers, infrarouges ou radiofréquence), un temps interdites elles sont à nouveau autorisées en attendant les nouvelles recommandations de la Haute autorité de santé. Elles ne détruiraient pas vraiment les adipocytes, mais raffermiraient le derme et faciliteraient le drainage lymphatique.