Archive de mots clés: « cataracte »

Lumière sur la cataracte

Environ 600 000, c’est le nombre d’opérations de la cataracte réalisées chaque année en France, un chiffre qui continue d’augmenter avec le vieillissement de la population. Que faut-il connaître de cette maladie, très répandue après 65 ans, et est-il possible de s’en préserver ? On fait le point pour vous.

 

Éblouissements, vision floue, altération de la perception des couleurs… Ces symptômes peuvent indiquer l’apparition d’une cataracte, cette maladie de l’œil qui touche une personne sur cinq à partir de 65 ans… Et deux personnes sur trois après 85 ans. Au vu de ces statistiques élevées, nous avons tous une chance d’être concerné un jour.

 

L’effet de l’âge sur le cristallin

Le cristallin, petite lentille souple et bombée, située juste derrière la pupille, est transparent pour laisser passer la lumière et obtenir une image bien nette. Mais en vieillissant, il s’assèche, entraînant l’accumulation de protéines et de sucres, et donc une opacification progressive. A terme, le patient éprouve la sensation désagréable de regarder en permanence à travers des verres de lunettes sales ou une vitre en verre dépoli. Il a ainsi des difficultés à distinguer certains reliefs et est plus facilement ébloui.

 

Guérir de la cataracte ? 30 minutes

La cataracte évolue relativement lentement. Mais si elle n’est pas soignée, elle peut déboucher sur une cécité complète car l’opacité continue à se développer. L’œil atteint semble alors couvert d’une taie blanchâtre. Aucun traitement ne soigne la cataracte : la seule solution pour récupérer une vision correcte est de se faire opérer pour remplacer le cristallin malade par un cristallin artificiel. Cette opération très fréquente se pratique sous anesthésie locale et dure moins de 30 minutes.

 

Pour protéger vos yeux, nourrissez-les

S’il est bien sûr indispensable de protéger ses yeux des rayons ultra-violets en portant des lunettes protectrices, le contenu de nos assiettes a un impact important sur eux. Les scientifiques ont identifié la lutéine et la zéaxanthine, deux caroténoïdes capables d’absorber les radiations lumineuses bleues, les plus nocives pour les yeux. Ruez-vous sans attendre sur le chou et les épinards, excellentes sources de lutéine et de zéaxanthine. Une étude* a démontré que les individus possédant beaucoup de zéaxanthine dans le plasma voient leur risque de cataracte diminuer de 47% par rapport à ceux qui en ont peu. Enfin, pour les fumeurs, n’oublions pas que le tabac favorise le vieillissement prématuré de la peau comme des yeux : c’est l’occasion de relire notre article sur le sevrage tabagique pour vous aider à sauter le pas.

* Etude POLA (Pathologies oculaires liées à l’âge) portant sur 2 600 personnes de plus de 60 ans.

Cataracte : la chirurgie progresse

Le remplacement du cristallin par un implant intraoculaire artificiel est aujourd’hui bien au point. Pourtant, cette chirurgie continue d’innover en matière de cataracte.

 

Symptômes de la cataracte

Vision floue, voilée ou double ? Perception fade des couleurs ? Éblouissements dus aux phares, aux lampes ou au soleil ? Mauvaise vision de nuit ? Changements fréquents de verres de lunettes ou de lentilles de contact ? Si vous avez constaté au moins un de ces signes, vous souffrez sans doute de cataracte. Consultez un ophtalmo sans tarder.

Chiffre

Chiffre

50 %
des personnes de plus de 70 ans sont atteintes de cataracte.
Source : Congrès de l’ESCRS, Amsterdam, 2013. 

Opacification du cristallin

Le cristallin, petite lentille ovale située derrière la pupille, a perdu de sa transparence. Causes de cette opacification : le vieillissement, plus rarement un traumatisme à l’œil, une pathologie oculaire, certains traitements (radiothérapie de l’orbite, corticothérapie prolongée) ou la génétique. Dans tous les cas, le seul traitement est l’intervention chirurgicale qui consiste à remplacer le cristallin naturel devenu opaque par un implant, une lentille intraoculaire synthétique. Contrairement à ce que l’on croit encore, il est inutile d’attendre que l’œil s’opacifie davantage pour se faire opérer et même déconseillé. Mieux vaut remplacer le cristallin à un stade précoce, car il devient de plus en plus fin et rigide, ce qui rend son retrait plus délicat et peut entraîner des complications.

 

Progrès chirurgicaux en matière d’ophtalmologie

Cette petite intervention très fréquente, réalisée dans la grande majorité des cas sous anesthésie locale (à l’aide de collyres) en ambulatoire, s’est perfectionnée : l’incision permettant d’extraire le cristallin et de le remplacer est passée de 3 mm à moins de 2 mm, ce qui paraît peu mais allège les suites d’intervention et réduit l’astigmatisme induit par l’opération. D’autres progrès ont aussi été réalisés.

Les implants premium

Plus précis, ils permettent de corriger en même temps une myopie, une hypermétropie, un astigmatisme ou une presbytie. Mais tous les centres de chirurgie ophtalmologique ne les utilisent pas, car un apprentissage et une préparation plus lourde sont nécessaires.

Lasers femtoseconde

Ils délivrent des impulsions de l’ordre de quelques femtosecondes (millionièmes de milliardième de seconde !) très précises, qui permettent aussi de broyer le noyau du cristallin et d’aspirer les petits fragments. Peu de centres en disposent à cause du surcoût, mais dans cinq ans ce sera pratique courante.

Réponses d'expert : la peur de l'intervention n'est pas justifiée.

Réponses d'expert : la peur de l'intervention n'est pas justifiée.

Dr Catherine Albou-Ganem, chirurgien-ophtalmologiste à Paris.

Les résultats sont excellents et la vision est complètement récupérée. La douleur qui suit parfois est minime et les infections rarissimes, car un traitement antibiotique est obligatoire. Il faut juste rentrer chez soi et se reposer 24 h, sans s’exposer à la poussière.