Archive de mots clés: « cancer de la peau »

Kératose : la prudence s’impose après une exposition au soleil

Si vous ignorez à quoi correspond la kératose solaire, cet article est pour vous… Cette affection cutanée n’est pas toujours anodine.

 

Keratose pilaire : Peau granuleuse

Chiffre

Chiffre

1 %
des Français connaissent la signification exacte du mot kératose solaire
À la rentrée, on reprend ses rendez-vous de dentiste, de gynécologue, d’ophtalmo, rarement de dermatologue. Pourtant, il serait logique d’y penser car tout l’été la peau a pris le soleil et parfois de façon inconsidérée. Tout le monde sait aujourd’hui que les expositions répétées et excessives peuvent provoquer un mélanome et font vieillir la peau prématurément. Mais savez-vous ce qu’est la kératose solaire ? Ces petites taches rosées, brunes ou rouges et rugueuses au toucher sont très fréquentes, surtout après 50 ans et plus encore après 60 ans, et mieux vaudrait s’en méfier.

 

En vue… le cancer cutané

Ces taches résultent du cumul d’années d’exposition aux rayons du soleil, sont assez inesthétiques, mais surtout elles peuvent indiquer un risque de développer une forme particulière de cancer cutané : le carcinome épidermoïde. Moins grave que le mélanome, il doit cependant être excisé tôt pour avoir les meilleures chances de guérir. On estime que les kératoses solaires précèdent plus de 60 % de ces cancers. Ce sont donc des signaux d’alarme à ne pas négliger.

 

Consulter au moindre doute d’une kératose actinique

Les taches apparaissent le plus souvent sur les peaux claires, sur les zones du corps les plus exposées : sommet du crâne, visage, dos, mains, décolleté… mais elles ne sont pas forcément faciles à identifier. Faire la différence entre une banale tache de vieillesse sans danger et une kératose solaire relève du dermatologue. D’autant qu’il est impossible de prévoir quelle tache évoluera en cancer.

La seule façon de limiter les risques de kératose solaire et donc de cancer épidermoïde est de limiter les expositions dès le plus jeune âge et de bien se protéger avec des crèmes solaires d’indice élevé. Si c’est trop tard pour vous et si vous portez des taches suspectes, un peu rugueuses, prenez vite rendez-vous chez le dermato !

 

Traitements contre la kératose solaire

Plusieurs possibilités pour faire disparaître les lésions.

  • Cryothérapie, application d’azote liquide, ciblée sur des lésions peu nombreuses. C’est la technique la plus utilisée, à la fois simple, rapide et ne nécessitant pas d’anesthésie.
  • Photothérapie dynamique, technique basée sur les propriétés de molécules qui, appliquées localement, se modifient sous l’action d’une source lumineuse intense.
  • Traitements locaux, sur prescription, sous forme de crème ou de gel, entraînant une réaction locale et provoquant la disparition des lésions en quelques semaines ; ou en 2 ou 3 jours pour un gel qui devrait être bientôt commercialisé, déjà utilisé aux états-Unis, en Australie, en Allemagne et en Grande-Bretagne.

Mélanome : à surveiller de près !

Ce cancer gravissime de la peau est principalement dû à l’exposition solaire. Deux consignes en découlent logiquement, se protéger et dépister.

 

On recense 7 000 nouveaux cas par an de mélanome malin. Il est donc rare, mais grave. La mode du bronzage en France explique qu’en 20 ans le nombre de nouveaux cas a été multiplié par trois et la mortalité par deux.

 

 

 

Facteurs de risque du cancer de la peau

À savoir

À savoir

Depuis février 2012, une fois par an, la Sécurité sociale prend en charge une consultation de dépistage directe chez un dermatologue, sans passer par la case généraliste.
Une exposition excessive au soleil et aux dispositifs de bronzage artificiel est en cause dans 70 % des cas. Il faut aussi tenir compte du nombre de grains de beauté : plus il est élevé, plus le risque augmente et plus il faut se protéger. Le type de peau est déterminant, pour les peaux claires, rousses ou blondes, le risque est beaucoup plus élevé. Enfin, il existe une prédisposition familiale, dans 5 à 10 % des cas.

 

Protection avancée contre les UV

Le vêtement protège des UV et des radiations visibles, il doit avoir un tissage serré et une couleur sombre et s’accompagner d’un chapeau à larges bords et de lunettes de soleil pour protéger visage, yeux, nuque et cou. La crème solaire n’est efficace qu’avec un indice de protection adapté et surtout si elle est régulièrement appliquée.

Il faut éviter le créneau 11 h-16 h, se couvrir, remettre de la crème solaire après chaque bain et toutes les heures, éviter produits parfumés et médicaments photosensibilisants (risque de coup de soleil géant), ne jamais exposer au soleil les nourrissons de moins d’un an, protéger enfants et adolescents (T-shirt, chapeau, lunettes), sans oublier la journée de dépistage en mai* et la consultation annuelle remboursée. Conseils simples, pourtant trop souvent négligés.

*Liste des centres disponibles chaque année sur http://www.syndicatdermatos.org/

 

Méthode ABCDE

Elle permet de surveiller soi-même ses grains de beauté.

  • A pour asymétrie, un grain de beauté qui perd sa forme ronde est suspect.
  • B pour bords, attention aux bords dentelés ou irréguliers.
  • C pour couleur, se méfier des changements de couleur ou de la coexistence de plusieurs couleurs.
  • D pour diamètre, une taille supérieure à 8 mm est à surveiller.
  • E pour évolution, un grain de beauté qui apparaît, grandit ou change doit motiver une consultation.

Toute modification de taille, de couleur, de forme, tout saignement, toute modification de sensibilité, enfin tout nouveau grain de beauté ou nouvelle tâche suspecte imposent un avis dermatologique rapide.