Archive de mots clés: « Cancer cutané »

Causes et traitements des mélanomes

Arielle, 42 ans : Existe-t-il plusieurs types de mélanomes ? Se développe-t-il toujours à partir d’un grain de beauté ? Que faire pour lutter contre un cancer cutané ?

 

Le mélanome est une tumeur cutanée maligne qui se développe à partir des cellules productrices de mélanine (mélanocytes). Il représente une minorité des cancers cutanés (10 %) mais c’est de loin le plus grave.

Du grain de beauté au mélanome

Un mélanome est neuf fois sur dix cutané. Il peut se développer à partir d’un grain de beauté ou apparaître à la surface d’une peau saine à n’importe quel endroit du corps. La plupart des mélanomes s’étendent horizontalement dans l’épiderme puis en profondeur dans le derme. Ils se développent d’abord lentement sur quelques mois ou quelques années, puis rapidement. Les cellules cancéreuses peuvent migrer vers d’autres organes (poumon, foie, cerveau) ou d’autres tissus, et générer des métastases au niveau de l’œil, du nez, des muqueuses, des organes génitaux, du rectum…

Quelles en sont les causes d’un mélanome ?

Les surexpositions solaires sans protection (ou avec une protection insuffisante) et cumulatives pendant l’enfance sont les principaux facteurs de risque. S’y ajoutent un terrain génétique, un nombre élevé de grains de beauté, les phototypes de peau I (très claire) et II (claire).

Comment différencier les différents types de mélanomes ?

On en distingue quatre : le mélanome d’extension superficielle, le plus fréquent (70 à 80 %) ; le mélanome des extrémités (paume des mains, plante des pieds) ; le mélanome nodulaire s’étendant rapidement en profondeur sur toutes les régions cutanées ; le mélanome de Dubreuilh, souvent localisé sur le visage, le cou ou les mains.

Les dépister facilement avec la règle ABCDE

La règle ABCDE permet une autosurveillance en repérant les signes suspects : A pour asymétrie des lésions, B pour bords irréguliers, C pour couleur hétérogène, D pour diamètre supérieur à 6 mm, E pour évolution récente et brutale. Cette vérification est recommandée une ou deux fois par an, en s’aidant d’un miroir ou en faisant appel à un proche pour inspecter soigneusement la totalité de la peau. Tout changement, en taille comme en couleur, doit conduire à consulter un dermatologue.