Archive de mots clés: « bikram »

Se relaxer avec le yoga bikram

Plébiscitée par certains, décriée par d’autres cette forme de yoga est encore une autre manière de dynamiser et de purifier son corps tout en se relaxant, en améliorant sa flexibilité, son équilibre et sa santé.

 

Si Yogiraj Bikram Choudhury a élaboré ce programme pour prévenir certaines maladies et blessures, il n’en demeure pas moins intense. Pendant 90 minutes, il s’agit d’aligner 26 postures dynamiques, asanas, et deux exercices de respiration, pranayamas, dans une salle chauffée à 40 °C avec un taux d’humidité de 40 %.

 

Vais-je supporter cette température ?

Il est vrai que, sur le papier, la proposition semble plutôt suffocante. Pourtant est-elle plus insensée que de rester allongé des heures à se faire bronzer en plein soleil, au pic de midi ? « L’atmosphère utilisée dans la salle est non seulement contrôlée en termes de chaleur, mais aussi d’humidité. Des capteurs mesurent en permanence l’hygrométrie et le taux d’oxygène afin de maintenir des conditions de pratique constantes. Avec un système de renouvellement automatique de l’O2, oubliées les sensations de suffocation. », explique Frédérique Choukroun, un des fondateurs de L’Espace Bikram Paris qui vient d’ouvrir dans le 17e arrondissement. Et physiologiquement, la chaleur permet d’augmenter l’oxygénation du corps. « Elle a cette propriété de permettre aux muscles de capter davantage d’O2. Le muscle étant mieux nourri, on obtient ainsi un travail musculaire optimal. »

 

Je ne fais pas de sport

Le yoga n’est pas une discipline sportive. Dans la hatha yoga, dont il s’inspire, il est une étape pour arriver à ce que l’on appelle le Samadhi, ce moment de méditation totale. « Il faut réussir à décrocher de la performance et du sport », ajoute Frédéric, ancien enseignant en sports de combat. « Il y a toujours cette excitation de faire comme ou mieux que les autres, mais c’est un leurre. Le but du yoga est de retirer ses fluctuations mentales. On est seul dans sa pratique. On le fait par rapport à soi et à l’observation de soi. Le principe est de rester avec des yeux pleins de questions et de découvrir son corps.

 

Je n’ai plus l’âge de faire du Bikram Yoga !

« On n’est jamais trop raide, trop gros, trop vieux… L’essentiel est de faire. D’essayer. Il n’y a aucune limite. Et c’est la beauté de la chose. » Chacun a des besoins différents. Ce qui importe n’est pas le résultat final, mais comment on a réussi à aller dans la pose et à contrôler toutes les étapes avec une impression de légèreté, de facilité… L’expression d’un asana se rapproche de celle d’un kata.

 

C’est bon pour le sport ?

Le yoga Bikram permet d’augmenter la force physique et la résistance à l’effort. « On acquiert une certaine tonicité, élasticité… un certain tout que l’on peut utiliser dans la pratique sportive. » Le travail sur l’alignement du squelette, des jambes, des bras, de la tête et des articulations prépare non seulement le corps aux épreuves à venir, mais le soulage après un long entraînement. « En étirant, qu’est-ce que je fais ? Je détoxifie, je vascularise… »

À lire

À lire

BIKRAM YOGA
Ce livre vous aidera à lutter contre certaines affections, le stress, l’insomnie… Bref à maintenir une santé exceptionnelle pour les années à venir. Bikram explique, en outre, comment la force physique et la flexibilité peuvent être une passerelle vers la clarté mentale et spirituelle.
Bikram Choudhury, éditions Collins, 290 pages, 11,50 €.