Archive de mots clés: « arthrose du genou »

Examen : arthroscopie du genou

Hélène, 63 ans : comment se déroule une arthroscopie du genou, est-ce douloureux, récupère-t-on rapidement et quel est son intérêt ?

Cet examen permet d’étudier les structures articulaires (cartilages, ménisques, ligaments), d’effectuer des prélèvements ou de réaliser de petits gestes chirurgicaux intra-articulaires, sans qu’il soit nécessaire d’ouvrir l’articulation. Il se pratique le plus souvent sur le genou ou l’épaule.

Comment se déroule l’examen ?

Lors de la consultation préalable avec le médecin anesthésiste, tout traitement en cours doit être signalé (anticoagulant, etc.) L’intervention est réalisée par un chirurgien orthopédiste ou un rhumatologue. Celui-ci pratique une incision pour introduire dans l’articulation un petit tube optique rigide (l’arthroscope). L’appareil est relié à une caméra et à une source de lumière pour permettre au chirurgien de visualiser l’intérieur de l’articulation sur un écran de contrôle. D’autres incisions peuvent être pratiquées pour faire pénétrer des mini-instruments.

La récupération physique est-elle rapide ?

L’examen se fait sous anesthésie loco-régionale ou générale. L’intervention est légère et le patient récupère vite. Du repos sera nécessaire pendant quelques jours afin de ne pas trop solliciter l’articulation.

Le genou est-il douloureux ?

L’introduction de l’endoscope ainsi que les prélèvements sont indolores grâce à l’anesthésie. Toutefois, des douleurs pourront être ressenties pendant quelques jours après l’intervention.

Faire avancer la recherche contre l’arthrose

La maladie de l’Arthrose est très répandue et pourtant bien mal comprise et on ne sait toujours pas la soigner. Il faut que ça change !

 

L’arthrose a beau toucher 9 millions de Français, son impact est sous-estimé. Or, c’est la première cause de consultations médicales et la deuxième cause d’invalidité. Par ailleurs, on la considère souvent avec fatalisme comme l’usure inévitable des articulations allant de pair avec le vieillissement.

 

Lutter contre l’arthrose par le mode de vie ?

En fait, les chercheurs pensent aujourd’hui que la détérioration du cartilage survient par à-coups, à l’occasion de traumatismes de l’articulation (excès de sport, mouvements répétés, petits chocs), responsables d’une inflammation secondaire de durée variable. Le mode de vie, notamment le surpoids et la sédentarité, jouerait un rôle. Les rhumatologues différencient ainsi plusieurs tableaux de l’arthrose correspondant à des processus pathologiques différents. L’un d’eux est de mieux en mieux mis en évidence : l’arthrose métabolique, liée à l’obésité. En effet, la surcharge mécanique consécutive à l’excès de poids est doublée par un phénomène de type inflammatoire dû à la sécrétion en excès de cytokines par le tissu graisseux.

 

Enquête en ligne pour détecter les Arthroses : Arthrose lombaire ou encore arthrose genou

Pour faire avancer la recherche, l’Aflar (Association française de lutte antirhumatismale) lance une grande enquête publique via un site dédié*. Les personnes souffrant d’arthrose sont invitées à répondre à une série de questions sur leur vie quotidienne et leurs attentes. Grâce aux informations collectées, les chercheurs espèrent trouver un traitement à l’horizon 2016-2020.

* www.stop-arthrose.org