Archive de mots clés: « Aliments pour maigrir »

Pour maigrir, mangeons des calories négatives

Manger et mincir en même temps, est-ce un mythe ou une réalité possible avec certains aliments ? BIEN-ÊTRE & santé démêle le vrai du faux sur les calories négatives et les aliments « pour maigrir ».

 

La faim est un signal envoyé par le corps pour nous signifier qu’il a besoin d’énergie pour continuer à fonctionner correctement. Les aliments nous fournissent cette énergie, qui découle des calories qu’ils contiennent et que nous absorbons (parfois en trop grande quantité par rapport à nos besoins, mais la question du jour n’est pas là).

 

Certains évoquent l’existence d’aliments contenant des calories négatives, qui consommeraient de l’énergie plutôt que d’en produire. Avec eux, plus besoin de faire de régimes, puisque le simple fait de les manger nous ferait maigrir. Mythe ou réalité ? On fait le point.

 À lire aussi : Mincir en toute intelligence

 

La calorie négative existe-t-elle ?

On vous voit frétiller… hélas, la réponse est non. C’est ce qui s’appelle « survendre » un concept. Tous les aliments contiennent des nutriments transformables en énergie. On parle de « calorie négative » lorsque l’apport en énergie de ces aliments est inférieur à l’énergie que le corps devra dépenser pour les digérer et les assimiler. Vous suivez toujours ? Imaginez que vous mangez 100 calories, et que votre corps ait besoin de 120 calories pour les digérer : vous aurez alors brûlé 20 calories au lieu d’en assimiler 100. Simple comme bonjour.

 

Quels sont les aliments dits « à calorie négative » ?

Bonne nouvelle, ils sont assez nombreux. Il s’agit essentiellement d’aliments ayant un faible indice glycémique, et plutôt riches en fibres. Ces aliments provoquent une dépense d’énergie pour les assimiler, tout en améliorant la performance du métabolisme et la production d’enzymes digestives. Lesquels choisir chez le primeur ?

Côté fruits : ananas, citron, abricot, melon, pamplemousse, fraise, framboise, orange, pomme, canneberge, cassis, clémentine et mandarine, mangue, mûre, papaye, pastèque, pêche, prune et rhubarbe.

Côté légumes : les différentes variétés de chou, endive, épinards, haricots verts, concombre, courgette, poivrons, ail, asperges, betterave, brocoli, carotte, céleri-rave, chicorée, cresson, mâche, navet, pissenlit, radis, champignon, poireau, radis et tomate crue.

 À lire également : Ces surprenants alliés de notre ligne

 

Peut-on maigrir grâce aux aliments à calories négatives ?

Il est difficile de répondre par l’affirmative à cette question. Aucune démonstration scientifique de l’efficacité de ces aliments « à calorie négative » n’a jamais été menée. Plutôt que de privilégier des aliments dits « à calorie négative », les nutritionnistes recommandent de considérer son apport énergétique de manière globale sur une journée. Il est possible de ne pas grossir voire de maigrir en mangeant un gratin, à condition que cela s’équilibre avec le reste des apports sur 24 heures. La nature même de ces fameux aliments, qui ne sont a priori ni trop gras, ni trop sucrés, ni trop salés, contribue en outre à un bon équilibre alimentaire et constitue un excellent apport en fibres, qui stimulent le bon fonctionnement de l’appareil digestif.
En résumé, point de miracle à espérer du côté de l’assiette, mais plutôt une bonne dose de bon sens alimentaire à en retirer !

 À lire aussi : Bien manger et éviter l’effet yoyo

 

Ces surprenants alliés de notre ligne

On n’aurait pas pensé à eux, et pourtant, certains aliments nous aident à conserver ou atteindre notre poids santé. Découvrez ces alliés surprises à consommer sans se priver !

 

Une alimentation équilibrée associée à de l’exercice régulier est essentielle pour préserver sa ligne sans avoir besoin de passer par la case régime. Surveiller son poids ne veut pas dire renoncer à se faire plaisir, tant que les proportions restent raisonnables, et certains aliments s’avèrent être de surprenants alliés de notre poids santé grâce à leurs propriétés uniques qui favorisent la satiété sans faire exploser le compteur de calories. Tour d’horizon de ces bons copains à mettre dans votre assiette.

 

Le fromage de chèvre frais

Amoureux de fromage, réjouissez-vous : certains fromages ne sont pas ennemis de votre ligne. Eh oui, la texture molle du fromage de chèvre frais coïncide avec un taux d’humidité plus élevé que d’autres fromages, et un taux de gras inférieur. L’apport calorique s’en ressent avec environ 160 calories pour 100 grammes de fromage de chèvre frais… contre 350 pour la même quantité de crottin (de chèvre) ! Le fromage de chèvre est aussi l’un des moins riches en sel, ce qui est une bonne nouvelle lorsqu’on a tendance à faire de la rétention d’eau. A déguster chaud sur une tartine, ou froid pour assaisonner vos salades.

  À lire aussi : Les bienfaits de la consommation des fromages

 

Les cacahuètes nature

Alors entendons-nous bien : les cacahuètes sont nos amies… à condition de les savourer en toutes petites quantités. En plus de contenir de bons gras insaturés, elles sont parfaites pour calmer les fringales et favorisent la satiété lorsqu’elles sont intégrées dans un plat.

Pas question en revanche d’en manger par poignées, leur apport calorique restant très important (environ 550 calories pour 100 grammes de cacahuètes nature). On évite aussi les cacahuètes industrielles salées, très grasses.

Comment profiter de leurs bienfaits sans en abuser ? Evitez-les à l’apéro, mais faites-les sauter au wok avec vos légumes ou concassez-les avant de les mélanger avec de la compote (sans sucres ajoutés).

 

La pomme en robe de chambre

Riche en vitamine C et composée à 80% d’eau, la pomme possède des vertus anti-oxydantes grâce à sa teneur élevée en flavonoïdes, surtout présents dans sa peau. Savoureuse et rafraîchissante, elle contient de la pectine, une fibre soluble qui stimule le transit et gonfle dans l’estomac : elle apporte ainsi une sensation de satiété tout en limitant l’absorption des graisses et sucres lors de la digestion.

Avec seulement 80 calories au compteur pour une pomme de taille moyenne, cet efficace coupe-faim est un précieux allié minceur, facile à croquer en toutes circonstances, et disponible toute l’année sur l’étal du primeur grâce aux nombreuses variétés existantes. Mangez-la de préférence avec sa peau après l’avoir soigneusement lavée.

 À lire également : Manger des pommes pour un régime santé

 

Du quinoa en veux-tu en voilà

Certains régimes recommandent d’éliminer les produits céréaliers : erreur ! Le corps a besoin de glucides pour fonctionner correctement, et ceux apportés par le quinoa sont particulièrement appréciés en raison de son apport raisonnable en calories (environ 380 calories pour 100 grammes).

Riche en protéine complète, le quinoa possède un indice glycémique élevée qui entraîne une sensation de satiété prolongée, et permet de se sentir en forme sans en rajouter dans l’assiette.

Autre avantage : le quinoa ne contient ni cholestérol ni gluten, très pratique pour les régimes restrictifs. Il se déguste en salade, en accompagnement chaud, en flocons le matin.

 À lire aussi : Recettes de quinoa

 

Les œufs

Contrairement aux idées reçues, les œufs sont peu caloriques, avec seulement 80 calories pour un œuf de taille moyenne. Leur forte teneur en protéines favorise, elle, un sentiment durable de satiété, éloigne les envies de grignotage et augmente la thermogénèse alimentaire, c’est-à-dire l’énergie produite par le corps pour digérer un aliment.

Les protéines sont plus complexes à dégrader que les glucides ou les lipides, le corps brûle donc plus de calories pour digérer un œuf qu’une tartine de beurre, par exemple.

Dernier argument en faveur des œufs dans notre assiette : une étude1 a montré que consommer des œufs au petit déjeuner réduit la consommation de calories durant le reste de la journée, et ceci sans aucun effort des sujets étudiés. Cassez donc des œufs : brouillés au petit déjeuner, durs dans vos salades, en omelette le soir… il y a 1001 façons de profiter de leurs bienfaits !

 

1 – Source J Am Coll Nutr. 2005 Dec;24(6):510-5. Short-term effect of eggs on satiety in overweight and obese subjects. Vander Wal JS1, Marth JM, Khosla P, Jen KL, Dhurandhar NV.