Archive de mots clés: « Aliment antioxydant »

La canneberge, une baie aux multiples vertus

En fruit frais ou séché, en jus ou en extrait… Tout le monde en parle ! Faisons plus ample connaissance avec les cranberries.

 

La canneberge, ou Vaccinium macrocarpon, est un arbrisseau de la famille des éricacées, comme l’airelle ou la myrtille. Dépassant rarement 30 cm de haut, il pousse spontanément dans les tourbières acides des régions froides. États-Unis et Canada assurent aujourd’hui une grande majorité de la production mondiale des petites baies de couleur rouge foncé. Car la récolte sauvage ne suffit plus !

 

Le cranberry, un aliment antioxydant très concentré

Peu calorique (46 calories pour 100 g de fruit), la canneberge est riche en vitamine C et en polyphénols. Elle renferme plusieurs types de flavonoïdes, de puissants antioxydants, dont : des anthocyanines, qui donnent sa coloration rouge au fruit, des flavonols et des proanthocyanidines (PAC). L’activité antioxydante de la canneberge surpasse celle de nombreux autres fruits (fraise, pêche, pomme, pamplemousse, raisin…). Cela explique leur actuelle popularité auprès des personnes soucieuses de prévenir diverses maladies liées au vieillissement.

 À lire également : Les antioxydants, nos alliés pour longtemps !

 

La saveur de la canneberge très appréciée en cuisine

Les baies fraîches sont consommées de septembre à décembre. Elles ont une saveur acidulée très agréable dans certains plats cuisinés, les desserts, les sauces, les pâtisseries. Séchées, elles enrichissent yaourts et céréales. À l’instar des raisins secs, on peut aussi les croquer en hiver pour stimuler l’énergie ou le système immunitaire. Le jus de canneberge, qu’il s’agisse de jus concentré ou de cocktails en contenant, est très apprécié. Les gélules ou les capsules, proposées en cure pour garder la forme, contiennent soit du jus déshydraté soit de la poudre de baie.

 

La canneberge, protecteur contre les infections urinaires

Outre ses qualités nutritives et gustatives justifiant son usage alimentaire, la canneberge a des vertus thérapeutiques. Elle aide à lutter contre les bactéries et les germes responsables des infections urinaires. En particulier, elle empêche l’adhésion d’Escherichia coli aux parois des voies urinaires. Attention, seule l’efficacité préventive est démontrée. Et la dose nécessaire, selon l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, est d’au moins 36 mg de proanthocyanidines (PAC) par jour, en une prise. La canneberge n’est donc ni un traitement de crise ni un traitement d’infection déclarée. Les médecins la proposent souvent en relais d’un traitement antibiotique pour éviter les récidives. Elle est principalement utilisée sous forme de compléments alimentaires en gélules, comprimés ou sachets (Cys-Control, Cysti’Plex, Gyndelta, Uriform, Urisanol).

 À lire aussi : Comment traiter les infections urinaires ?

 

À savoir

À savoir

En réduisant le nombre de bactéries adhérant à la surface des dents, les proanthocyanidines (PAC) ralentiraient la formation de la plaque dentaire. D’autres études suggèrent une activité similaire contre Helicobacter pylori, un germe responsable d’ulcères gastriques et duodénaux.

 

Les atouts des fruits rouges

Les goûts sucrés, acides et amers se mêlent harmonieusement pour régaler vos cellules et vos papilles.

 

Profitez pleinement de leurs bienfaits : c’est la saison des fruits rouges ! Ils apportent de la vitamine B9, une vitamine « anti-fatigue », et sont riches en polyphénols aux rôles antioxydants. Les apports caloriques des fruits rouges sont en revanche très variables.

Besoin d’énergie ? Tournez-vous vers la cerise, le plus sucré des fruits rouges. En fonction des variétés (griottes, bigarreaux…), elle peut contenir jusqu’à 14 % de sucres et apporte ainsi 70 kcal aux 100 g. Elle est également source de potassium.

La framboise est quant à elle le fruit rouge le plus léger, avec seulement 4 % de sucres et 45 kcal aux 100 g. Derrière sa note gustative acidulée, elle permet aussi de faire le plein de fibres alimentaires, de manganèse et de vitamine C.

 À lire aussi : 10 principes nutritionnels + 25 exercices + 100 recettes = 1 livre à se procurer de toute urgence

 

Et dans le potager, la palme de la légèreté revient à l’asperge. Reine du printemps, qu’elle soit verte ou blanche, vous pouvez encore profiter de ses bienfaits en quantité illimitée. Contenant à peine 3 % de sucres, elle n’apporte que 30 kcal aux 100 g. Cet apport énergétique négligeable, associé à de fortes teneurs en vitamines C et B9, fait de l’asperge une alliée indéniable pour votre ligne et votre forme.

 

Votre marché de juin

Votre marché de juin

Les légumes : artichaut, asperge, blette (ou bette), chou-fleur, courgette, fenouil, haricot vert, petit pois, radis rose.
Les fruits : abricot, cerise, figue, fraise, framboise, groseille, melon.

 

Découvrez nos recettes aux fruits rouges :

Conseil d'expert :Des pigments qui associent couleur et nutrition

Conseil d'expert :Des pigments qui associent couleur et nutrition


florence-daineFlorence Daine

diététicienne-nutritionniste

Les couleurs flamboyantes des framboises et des cerises sont principalement dues à leur contenu en pigments végétaux spécifiques, appelés « anthocyanes ». En plus de colorer les fruits, ces pigments sont des sources de bienfaits nutritionnels. Les anthocyanes font partie de la grande famille des polyphénols, qui captivent les chercheurs depuis une quinzaine d’années (il existerait 500 polyphénols différents dans nos boissons et aliments végétaux de consommation courante). Les anthocyanes peuvent jouer un rôle antioxydant dans notre organisme ; elles contribuent à freiner le vieillissement cellulaire, notamment en agissant en synergie avec d’autres antioxydants, comme le bêtacarotène, présent dans la cerise, ou la vitamine C, présente dans la framboise. Pour bénéficier des bienfaits des anthocyanes toute l’année, vous pouvez congeler les cerises et les framboises pour les consommer ensuite en hiver sous forme mixée. Dégustez-les par exemple sous forme de milk-shake, de smoothie, ou encore en coulis de fruits rouges pour sublimer un laitage nature.