Advertisement Banner
Stérilet et risques de stérilité sont-ils liés ?

Stérilet et risques de stérilité sont-ils liés ?

07 mars 2016
Cuivre ou hormonal, le stérilet est un moyen de contraception nettement moins utilisé en France que dans de nombreux autres pays, notamment chez les femmes qui n’ont pas eu d’enfant.

 

Depuis 2004, le dispositif intra-utérin (DIU) ou stérilet a reçu l’AMM (autorisation de mise sur le marché) en France comme mode de contraception pour les nullipares, mais encore aujourd’hui cette méthode reste marginale et mal perçue pour ces femmes. Pendant longtemps on a suspecté son utilisation d’être à l’origine d’une augmentation de risque d’infections pelviennes, de stérilité tubaire et d’un plus grand nombre de grossesses extra-utérines (GEU) par rapport aux autres méthodes contraceptives. À ce jour, aucune étude n’a démontré le bien-fondé de ces craintes. On peut donc proposer un stérilet à toute femme, y compris une nullipare, dès lors que les contre-indications à la pose, les risques infectieux, le risque de GEU et les situations à risques ont été écartés. En présence de facteurs de risque infectieux, des tests diagnostiques sont recommandés avant la pose. Les médecins les informent de l’efficacité contraceptive du DIU, de sa durée d’action, des risques potentiels (exceptionnels) et de son impact sur les cycles.

 

La pose du DIU est peu douloureuse

Conseillé pour les femmes qui ont une vie sexuelle stable, le DIU est posé pendant ou juste après les règles quand la béance du col est encore relative. La pose est précédée d’un examen gynécologique. Elle est peu douloureuse mais vous pouvez éventuellement prendre un antalgique et/ou un antispasmodique deux heures avant la pose. Différentes tailles sont disponibles et les stérilets dits shorts peuvent être proposés aux nullipares. Les fils de retrait sont coupés par le médecin à 2 ou 3?cm à l’extérieur du col. Une autopalpation régulière permet de vérifier leur présence, mais elle ne doit pas être systématique et devenir anxiogène.

 

Efficace et discret, il présente peu d’effets secondaires ou indésirables

Le port d’un DIU ne gêne ni dans la vie quotidienne ni lors des rapports sexuels. Les principaux effets indésirables sont variables selon les types de DIU : règles plus abondantes, dysménorrhées, douleurs pelviennes le premier mois suivant la pose. Il n’existerait pas d’interaction avec la prise d’AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens). L’adjonction d’un préservatif reste indispensable pour la prévention des infections sexuellement transmissibles. Une surveillance médicale a lieu un à trois mois après la pose puis annuellement ainsi qu’en cas de douleurs pelviennes, de fièvre et saignements inexpliqués. Le retrait se fait au cabinet du gynécologue.

Pour vérifier que vous avez tout retenu, testez vos idées reçues sur le stérilet dans notre rubrique Quiz. 

Christine Nicolet

Le choix de la rédac

Faire la cuisine avec ses enfants : la bonne idée (et le bon livre qui va avec)

Les bons aliments

White Box Icon
7 plantes + 2 bourgeons = détox

Compléments alimentaires

7 plantes + 2 bourgeons = détox

Nettoyage intérieur !

Des salades qui nous font du bien

Les bons aliments

Variations sur les salades

Un livre de recettes exceptionnel

70 recettes aussi gonflées en antioxydants que savoureuses

Les bons aliments

70 recettes aussi gonflées en antioxydants que savoureuses

On vous livre ici 2 recettes parfaites !