AIL NOIR
Nous sommes tous des donneurs d’organes potentiels

Nous sommes tous des donneurs d’organes potentiels

22 juin 2016
Le 22 juin est la « Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs », l’occasion de s’informer et d’annoncer sa volonté d’être donneur ou non.

 

Visuel-22-juin-RP[1]

Le don d’organes permet à des milliers de personnes de rester en vie, en sauvant l’homme par l’homme. L’histoire du don d’organe a commencé en 1952 avec la première greffe de rein réussie par John Merill et Joseph Murray aux États-Unis en 1952. Cela s’est poursuivi avec le cœur en 1967, le foie en 1972, puis  de plus en plus d’organes et de tissus grâce aux avancées médicales et à la solidarité des donneurs.

 

Les organes et tissus concernés par la greffe

Pour les tissus, on peut prélever puis greffer : la peau, les os, la cornée, les valves cardiaques, les veines, ligaments et tendons. D’après l’Agence de biomédecine, 96 % des dons de tissus sont des cornées. Côté organes, on trouve le cœur, les reins – l’organe le plus greffé –, les poumons, le foie, le pancréas, les intestins.

 À lire aussi : Organes, sang… tout ce que vous pouvez donner (de votre vivant)

 

Les personnes aptes pour un don d’organes ou de tissus

Deux cas se présentent : le don par une personne décédée et le don par une personne vivante.
Dans le premier, l’équipe médicale veille à préserver les organes et tissus de la personne décédée pour un éventuel prélèvement. Puis, elle cherche à connaitre la volonté du défunt concernant le don et consulte le registre national des refus : si rien n’y est inscrit, elle s’entretient avec les proches pour connaître la position de la personne décédée. Si la famille confirme la volonté de faire un don, des analyses et examens sont effectuées pour évaluer la qualité des organes et tissus. Il faut aussi trouver les receveurs compatibles avec le défunt. Le prélèvement des organes et tissus sera effectué par des chirurgiens avec le même soin qu’une personne en vie puis le corps sera préparé et rendu à la famille.

Dans le second cas, le donneur doit justifier d’un lien de parenté avec le receveur (parents, enfants, oncle, cousins…) ou justifier de deux ans de vie commune avec le receveur ou d’un lien affectif stable depuis au moins deux ans. Le donneur volontaire devra faire de nombreux examens de santé pour vérifier sa compatibilité avec le receveur mais aussi vérifier qu’il a compris les risques et qu’il est libre de son choix.

 

Chiffre

Chiffre

L’Agence de la biomédecine nous communique les données suivantes pour 2015 :

  • 21 464 personnes ont attendu un organe
  • 5 746 organes ont été greffés à des patients en attente
  • 57 171 personnes sont porteuses d’un greffon fonctionnel
  • La moyenne d’âge des donneurs est de 57 ans
  • La moyenne d’âge des receveurs est de 51 ans

 

Le déroulement du prélèvement d’organes et tissus

Les futurs organes greffés sont appelés « greffons ». Ils sont conditionnés dans des boîtes spécifiques puis transportés rapidement vers les lieux où seront réalisées les greffes. Les tissus sont quant à eux conservés dans des banques qui en gèrent la distribution. La greffe sera ensuite effectuée par des équipes médicales expérimentées formées spécifiquement. D’après l’agence de biomédecine, ces opérations peuvent durer près de 12 heures et mobiliser plus de 8 personnes.

 

Les 3 principes du don et de la greffe

 Ces principes ont été énoncés par la loi relative à la bioéthique du 6 août 2004. Tout d’abord il y a le consentement présumé : en France, nous sommes tous donneurs potentiels d’organes et de tissus, sauf si nous avons exprimé de notre  vivant notre refus de donner (en s’inscrivant sur le registre national des refus ou en informant ses proches). Chacun est donc libre de choisir mais il est essentiel de faire part de sa position concernant le don d’organes et tissus.

Puis, la gratuité, le don d’organes est un acte de générosité et de solidarité et toute rémunération en contrepartie d’un don est interdite. C’est un acte solidaire et généreux qui ne doit pas être influencé.

Enfin, l’anonymat, le donneur et le receveur ne connaissent pas leur identité mutuelle. Cette disposition permet de préserver les proches en deuil, mais aussi d’aider la personne greffée à prendre de la distance.

 

La journée nationale don et greffe d’organes et de tissus

Cette journée a été créé en 2000 et depuis, ce moment de réflexion et de reconnaissance aux donneurs a lieu tous les 22 juin. Elle est menée en collaboration avec
des associations et des professionnels de santé. L’objectif est d’informer et surtout d’encourager chacun à donner son avis sur le don : il est primordial d’en parler à ses proches pour qu’ils sachent si vous serez donneur.

 

À savoir

À savoir

L’Agence de la biomédecine a été créée par la loi de bioéthique de 2004. Elle veille à ce que la prise en charge des patients soit la meilleure possible et que les règles de sécurité, d’éthique et d’équité soient respectées. Elle agit dans les domaines du prélèvement et de la greffe d’organes, de tissus et de cellules ainsi que la procréation, l’embryologie et la génétique. Concernant le prélèvement et greffe d’organes, l’Agence de la biomédecine gère la liste nationale d’attente et le registre national des refus, elle coordonne les prélèvements et attributions des greffons et garantit également le respect des critères médicaux aux malades.

http://www.agence-biomedecine.fr/
http://www.dondorganes.fr/

 

Maeva Rautmann

Le choix de la rédac

Adieu imperfections !

Dermatologie

Adieu imperfections !

La gamme Eucérin

ARKOPHARMA

Compléments alimentaires

Parce qu’une peau préparée est une peau mieux protégée

Nourrissez votre peau de l’intérieur…

Comment se débarrasser des pellicules

Dermatologie

Comment se débarrasser des pellicules

Pour avoir un cuir chevelu en bonne santé

On mange quoi ce soir ? Spécial kids

Les bons aliments

White Box Icon