Advertisement Banner
Comment prévenir les escarres ?

Comment prévenir les escarres ?

14 mars 2016
L’un des risques de l’immobilisation prolongée chez les personnes âgées est la survenue d’escarres. Ces lésions graves de la peau sont non seulement la hantise des personnes alitées, mais aussi celle des soignants ! Des soins adaptés permettent souvent d’éviter leur apparition.

Les escarres peuvent survenir lorsqu’une personne reste au lit, sur une chaise ou sur un fauteuil roulant pendant une longue période. Les personnes âgées qui cumulent plusieurs pathologies chroniques avec des répercussions sur la mobilité et l’état nutritionnel et qui font un accident aigu (fracture du col du fémur ou accident vasculaire cérébral) sont particulièrement à risque d’escarre. Plus de la moitié des escarres surviennent chez des patients de plus de 80 ans.
Les escarres sont causées par un défaut d’irrigation sanguine dû à la compression de certaines zones du corps conduisant à la survenue d’une nécrose. Le rôle de la pression et de la perte de mobilité est prédominant. La dénutrition est également un facteur de risque important.

 

Une escarre en trois heures seulement !

Les zones le plus fréquemment touchées correspondent aux principaux points d’appui où les os sont saillants : sacrum, hanches, talons et coudes, plus rarement nuque et omoplates… Près de 80% des escarres siègent au sacrum et aux talons.

Contrairement à ce que l’on croit, une escarre peut se développer très rapidement, parfois en quelques heures, chez des personnes temporairement immobilisées au lit ou au fauteuil.

Une simple rougeur, le premier signe de l’escarre

Le premier signe annonciateur d’une escarre est une rougeur persistante, rougeur qui ne blanchit pas sous la pression du doigt. La zone affectée peut être plus chaude que la peau qui l’entoure. À ce stade, les massages sont à éviter, de même que les frictions toniques et l’utilisation de produits asséchants (eau de Cologne…). Il est en revanche conseillé d’hydrater la peau par une méthode douce d’effleurage.

Sans soins adaptés, l’escarre évolue vers une atteinte profonde de la peau. Dans les cas les plus avancés, la lésion peut toucher les muscles et atteindre l’os. La surinfection est alors fréquemment présente et contribue à l’altération de l’état général.

La détection d’une escarre est assez simple et la surveillance peut aussi être faite par les proches du malade.

Bouger pour prévenir

La priorité doit être donnée à la prévention des escarres et au dépistage des personnes à risque.

La meilleure façon de prévenir les escarres est de bouger le plus possible et ce quels que soient les supports de prévention utilisés. Il faut changer fréquemment de position, alterner la position assise et la position couchée (toutes les deux heures en cas de risque élevé), éviter la position assise au lit, se lever et reprendre une marche précoce après une intervention chirurgicale lorsque cela est possible.

Les « pétrissages » de la peau saine ainsi que l’utilisation du chaud ou du froid (glaçons) doivent être évités.

Coussins, matelas de prévention

Afin d’éviter les zones de pression et de protéger les points d’appui, on utilise des supports de prévention des escarres : matelas et surmatelas anti-escarre, coussins qui épousent la forme du corps… Les arceaux empêchent les draps d’être au contact direct du corps, en particulier des jambes, et donc d’exercer une pression supplémentaire. Il est également conseillé de surélever les membres avec des coussins pour mettre les points d’appui dans le vide et favoriser le retour veineux. Des lits massants électriques peuvent être loués.

 

Un bon équilibre nutritionnel

La prise en charge de la dénutrition est également essentielle. Non seulement la dénutrition accroît le risque de survenue d’escarres, mais les personnes atteintes d’escarres présentent un syndrome d’hypermétabolisme et ont des besoins nutritionnels accrus. Il s’agit d’un véritable cercle vicieux. La malnutrition et la carence en certains nutriments peuvent affecter la cicatrisation. Des aliments diététiques qui répondent spécifiquement aux besoins nutritionnels en cas d’escarres peuvent être prescrits. Hyperprotidiques et hypercaloriques, ils apportent en outre des vitamines et des sels minéraux.

En cas d’incontinence, le change doit être fréquent pour éviter toute macération, et il faut nettoyer le malade avec douceur afin d’éviter toute pression ou frottement.

Quant au traitement des escarres, il est long, complexe, et particulièrement délicat. La correction des facteurs de risque est essentielle et elle est associée à un traitement local adapté qui dépend de la gravité et du stade de l’escarre, sans oublier une prise en charge de la douleur. Mieux vaut prévenir !

Conseils de Pharmacien

Conseils de Pharmacien

– Maintenez le malade au sec et au propre.

– Lissez les draps afin qu’ils ne fassent aucun pli.

– Évitez les vêtements trop serrés ou dont les coutures sont épaisses.

– Vérifiez tous les jours l’état de la peau (rougeur, chaleur) sur les zones à risque et signalez la moindre lésion.

– Variez les positions (au moins toutes les deux à trois heures) jour et nuit. Lorsque la personne est assise, encouragez-la à changer de position toutes les quinze minutes. Si elle est incapable de sortir du lit, retournez-la toutes les deux heures au minimum.

– Surveillez l’alimentation. L’enrichir si besoin en protéines et en calories.

– Faites boire la personne alitée suffisamment pour éviter la déshydratation. Les personnes âgées ont tendance à oublier de boire car elles perdent la sensation de soif.

 

Les principaux facteurs de risque d’escarre

  • Le vieillissement.
  • Un état d’affaiblissement général.
  • Une réduction de la mobilité.
  • Une perte d’autonomie.
  • Un trouble de la sensibilité (maladie neurologique).
  • Une modification de la peau et de la masse musculaire associées à l’âge.
  • Un mauvais état nutritionnel.
  • Un faible poids ou une perte de poids de plus de 5% en un mois ou de plus de 10% en six mois.
  • La présence d’une maladie chronique (diabète, pathologie cardio-vasculaire…).
  • L’incontinence urinaire ou fécale, entraînant une macération de la peau.
  • Des problèmes de soins personnels.
  • La prise de corticostéroïdes.

 

 

CHRISTINE FALLET

Le choix de la rédac

MEDOUCINE

Autres

Maquillage et peaux fragiles

Visage

Peau saine et teint frais

Maquillage et peaux fragiles.

Stimium®

Tous les sports

Faire du sport et soigner son corps

Des compléments alimentaires pour les sportifs !

ma Bible des huiles essentielles

Huiles essentielles

Le super cadeau pour les amateurs de santé au naturel

Une édition spéciale 10 ans et, cerise sur le gâteau, pourvue de belles illustrations.