SPRAY ANTI MOUSTIQUES
Soigner une verrue

Soigner une verrue

13 juin 2019
« J’ai une verrue sous le pied qui me gêne beaucoup. Que puis-faire ? », Michèle, 29 ans 

 

Les verrues sont le résultat d’une contamination virale. Le responsable de ces excroissances cutanées se nomme papillomavirus humain (HPV) – et il en existe plusieurs types. Il contamine l’organisme par les fissures de la peau et s’y développe. Si les verrues sur d’autres parties du corps poussent vers l’extérieur, les verrues plantaires poussent quant à elles vers l’intérieur à cause de la pression exercée par le poids du corps durant la marche. On en rencontre deux formes : les myrmécies, des verrues profondes, douloureuses, préférant les zones d’appui, sont associées à HPV1 ; celles dites en mosaïque, superficielles voire en relief, indolores, évitent, elles, les points d’appui et sont associées à HPV2.

 

Attention, virus !

Plusieurs mois peuvent se passer entre la contamination et l’apparition de la verrue. Il faut savoir que nous sommes d’autant plus sensibles aux verrues quand l’organisme est fatigué et que ses défenses immunitaires sont en état de faiblesse.
Avoir une verrue plantaire n’interdit pas de pratiquer du sport pieds nus ou d’aller à la piscine. Il faut en revanche limiter les risques de contamination pour les autres. À la piscine, il est recommandé de couvrir la verrue avec un pansement waterproof pendant la baignade et de porter des sandales en plastique dans les douches et autour des bassins. Autres consignes : éviter de prêter ses chaussures ou sa serviette, et bien se sécher les pieds avant de se rechausser. Par ailleurs, il ne faut pas toucher sa propre verrue, car elle peut facilement se propager du pied aux mains.

 À lire aussi : Prendre soin de ses pieds et les soigner

 

Traiter en trois options

Les verrues peuvent disparaître toutes seules… en deux ans ! Si l’on est impatient, si les verrues deviennent douloureuses, ou si l’on souhaite éviter que celles situées sous le pied se répandent, on peut les combattre dès leur apparition. Des traitements anti-verrues sont disponibles en pharmacie sans ordonnance. Les plus courants « brûlent » la verrue grâce à l’acide salicylique qu’ils contiennent. Issu de la même famille que l’aspirine, cet acide végétal vient à bout des verrues épaisses comme celles situées sous les pieds. À noter qu’il faut une application quotidienne, parfois pendant plus d’une semaine, pour éliminer la verrue. On peut aussi miser sur des pansements imprégnés d’un produit « virucide » qui inactive le virus en « l’étouffant ». Troisième option : la cryothérapie, le traitement local par le froid. Des sticks prêts à l’emploi déposent une quantité prédosée du produit qui brûle le cœur de la verrue.

 À lire aussi : Ouste les verrues !
Allié aillé

Allié aillé

Depuis longtemps, l’ail est connu pour agir contre les papillomavirus. Son secret ? L’allicine qu’il contient. Ce composé très actif se forme lorsque la gousse est coupée ou broyée. L’allicine confère non seulement à l’ail son odeur si particulière mais aussi ses propriétés antivirales. Pour ceux et celles que l’odeur ne rebute pas, il suffit d’appliquer sur la verrue de l’ail cru haché en pâte, de couvrir avec un pansement adhésif et de laisser agir toute la nuit. Le lendemain matin, rincer abondamment cette pâte et nettoyer la verrue avec un savon doux. L’opération est à renouveler jusqu’à ce que la verrue se décolle complètement.

 À lire aussi : Hygiène et fraicheur des pieds

 

Véronique Aïache

Le choix de la rédac

Le yoga, cet atout santé
Bien-être

Yoga / qi gong / watsu

Des aisselles fraiches sans sels

Corps

Des aisselles fraiches sans sels

Efficacité et douceur

Des fleurs bien intentionnées

Phytothérapie

Des fleurs bien intentionnées

Rétablir un équilibre émotionnel

La nouvelle protection hygiénique

Gynécologie

La nouvelle protection hygiénique

Une nouvelle génération de protection