FLORADIX
epilation-maillot

S’épiler le maillot favoriserait les IST

15 décembre 2016

Alors que la mode de l’épilation intégrale gagne sans cesse du terrain, des scientifiques ont montré que l’épilation du maillot augmentait le risque de contracter une IST (Infection Sexuellement Transmissible). Explications.

 

On savait déjà que l’épilation n’était pas une partie de plaisir, et particulièrement celle de la zone sensible du maillot. Cela n’empêche pas aujourd’hui près d’une jeune femme sur deux de procéder (au moins de temps en temps) à une épilation intégrale du maillot, comme le révèle une enquête de l’IFOP.

 À lire aussi : Quel mode d’épilation choisir ?

 

Une autre étude** publiée par le très sérieux journal Sexually Transmitted Infections et réalisée sur plus de 7 500 Américains a démonté un lien direct entre le fait de se raser entièrement les poils pubiens au moins une fois par mois, que l’on soit un homme ou une femme, et l’augmentation du risque de contracter une IST (Infection Sexuellement Transmissible). Pourquoi ? Les chercheurs l’’expliquent par la formation de microcoupures et déchirures de la peau lors du rasage et autres techniques d’épilation, qui augmentent le risque de contamination virale.
Deux bonnes nouvelles toutefois avant d’envisager de cesser de s’épiler.
La première : ces chiffres de l’étude sont à nuancer, le fait de pratiquer l’épilation intégrale étant aussi lié à celui d’avoir des comportements sexuels à rythmes et plusieurs partenaires (l’étude ne précise pas si c’est en même temps ou au sein d’une période donnée).
La deuxième : s’épiler le maillot fait certes augmenter le risque de contracter une IST (si l’on batifole sans suffisamment de précautions) mais réduit le risque d’attraper des morpions. Eh oui, les pauvres, on n’en parle pas assez, mais leur terrain de jeu se réduit comme peau de chagrin avec la mode de l’épilation intégrale ! Mais ils n’ont pas totalement disparu, il est encore possible d’en attraper au cours d’une mauvaise rencontre.

Si on résume, entre morpions et IST, c’est vous qui décidez…

 À lire également : Ne laissez pas passer les IST


*Enquête IFOP : L’impact de la pornographie dans le rapport au corps et la vie sexuelle des Français, réalisée auprès d’un échantillon national représentatif de 1 021 personnes, 2014.

** Correlation between pubic hair grooming and STIs: results from a nationally representative probability sample, E Charles Osterberg, Thomas W Gaither, Mohannad A Awad, Matthew D Truesdale, Isabel Allen, Siobhan Sutcliffe, Benjamin N Breyer.

Clémentine Garnier

Le choix de la rédac

Arrêter de fumer… naturellement

Huiles essentielles

Arrêter de fumer… naturellement

Gérer les envies ponctuelles

Des gommes pleines de bourgeons pour se protéger des maux de l’hiver

Phytothérapie

Le moral au beau fixe avec le millepertuis

Phytothérapie

Le moral au beau fixe avec le millepertuis

Retrouver un état d’esprit positif et un équilibre émotionnel

Le tofu dans tous ses états

Les bons aliments

Le tofu dans tous ses états

Cet ingrédient mystérieux se décline de bien des façons…