sommeil

Comment se libérer d’une addiction aux somnifères ?

06 décembre 2016

Dr lemoineDr Patrick LEMOINE
Docteur en neurosciences et psychiatre, spécialiste du sommeil*. Professeur associé à la faculté de médecine de Pékin

Je suis hostile à cette approche, française, qui consiste dès le premier trouble du sommeil à prendre ou à prescrire un somnifère et à renouveler sans fin l’ordonnance. Ce qui se transforme en addiction, le somnifère ne procurant que du faux sommeil sans traiter la cause. Or, les bienfaits du sommeil n’existent pas sous somnifères qui ne sont qu’une anesthésie légère, non un vrai sommeil réparateur. Les conséquences négatives sur la santé et la forme sont alors les mêmes qu’en cas d’insomnie. Nous ne faisons pas assez confiance à notre organisme qui est capable de fabriquer des hypnotiques naturels – à condition de le stimuler. C’est le rôle du médecin d’aider à retrouver cette capacité du corps à produire ce qui lui est utile. Ce qui est loin d’être le cas vu la facilité à consommer somnifères comme hypnotiques.

En France, nous sommes souvent dans le paradoxe. La Haute Autorité de santé recommande en cas d’insomnie ou d’anxiété de commencer par des traitements tels que TCC (thérapie comportementale et cognitive) et ses dérivés (hypnose, sophrologie) avant de passer aux médicaments. Mais l’Assurance maladie ne prend en charge que les médicaments !

* Auteur de Dormir sans médicaments… ou presque (Robert Laffont, 2015).

Dominique Thibaud

Le choix de la rédac

Pour tous les corps

Maladies chroniques

Fines douches

Corps

Fines douches

Pour toute la famille

100 % naturelle

Corps

100 % naturelle

Des actions multiples

Le long silence

Femmes enceintes

Le long silence

« On ne dit rien avant la première échographie »