ERGYCARTIL
saignement du nez

Saignement de nez

03 juin 2015
Il est fréquent chez les enfants de 2 à 10 ans ou les adultes après 50 ans. Lié à une lésion de la muqueuse nasale, le saignement de nez est en général bénin.

 

La muqueuse des fosses nasales est parcourue de nombreux vaisseaux sanguins très fins qui saignent facilement mais qui cicatrisent également rapidement. La zone la plus souvent lésée, appelée tache vasculaire de Kiesselbach Escat, se situe à 1 cm de l’entrée de la narine. L’écoulement du sang peut être antérieur (par les narines), postérieur (vers la gorge), ou encore les deux à la fois. Généralement, le saignement de nez, ou épistaxis, est bénin, l’écoulement peu abondant (goutte à goutte), unilatéral et n’a pas de retentissement sur l’état général. Mais il peut parfois être le symptôme révélateur d’une pathologie sous-jacente ou la complication d’une affection.

 À lire aussi : CONSEIL de PHARMACIEN : Les bons réflexes en cas de saignement de nez

 

Du simple grattage au symptôme

Les causes les plus courantes sont :

  • traumatiques : choc (fracture, intubation nasale, fibroscopie…), corps étranger, grattage de la muqueuse nasale,
  • inflammatoires (rhinite chronique ou allergique),
  • tumorales (fibrome naso-pharyngien),
  • sécheresse de l’air, exposition au soleil,
  • usage de certains médicaments anticoagulants ou antiagrégants plaquettaires,
  • anomalies de la coagulation dues à une maladie (hémophilie…),
  • hypertension artérielle,
  • prise de médicaments (décongestionnant…) ou de drogues par voie nasale…

 

Comment limiter les épistaxis ?

Comment limiter les épistaxis ?

Évitez d’avoir le nez trop sec, surtout en hiver. Appliquez un peu de vaseline au bord des narines.
  • Mouchez-vous aussi doucement que possible et évitez de mettre les doigts dans le nez.
  • Humidifiez la muqueuse nasale avec du sérum physiologique.
  • Installez un humidificateur d’air.

 

Quelle conduite adopter ?

  • Ne pas s’affoler devant la quantité apparente de sang perdu qui peut parfois être impressionnante sans que cela soit grave.
  • Ne jamais pencher la tête en arrière.
  • La première chose à faire est de se moucher pour évacuer les caillots.
  • S’asseoir, se pencher en avant pour que le sang coule à l’extérieur plutôt que dans la gorge. Pincer l’extrémité du nez entre pouce et index, juste au-dessus des narines, à l’endroit où la zone du nez est molle pendant dix minutes. C’est généralement suffisant pour que le sang coagule.
  • Sinon, il faut mécher le nez avec un coton hémostatique à base d’alginate de calcium.
  • Éviter de se moucher pendant les heures qui suivent et de faire des efforts trop intenses.

Dans les rares cas où le saignement n’a pas cessé après dix minutes, une consultation est requise. Le médecin en recherchera la cause et pratiquera si besoin une cautérisation de la tache vasculaire chimique ou électrique, pour éviter les récidives.

 À lire aussi : Soigner les bobos vite et bien

 

Quand faut-il consulter ?

Par son abondance, sa durée, sa répétition ou l’état de la personne, le saignement peut devenir une urgence médicale. Il en est ainsi d’un saignement bilatéral avec une altération de l’état général (pâleur, sueurs, pouls rapide, hypotension, troubles de la conscience…) et qui ne cède pas avec les mesures de compression. Le médecin vérifiera notamment que la personne n’a pas de problème de coagulation sanguine. Un examen ORL mais aussi général est nécessaire (numération formule sanguine, mesure du temps de saignement…).

Christine Fallet

Le choix de la rédac

Pour une peau hydratée et protégée !

Visage

Pour une peau hydratée et protégée !

Il devient indispensable !

Pour une rentrée dynamique et sereine

Compléments alimentaires

Pour une rentrée dynamique et sereine

Les compléments alimentaires vous accompagnent

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire