CYSTALIA
Réussite anti-cellulite

Réussite anti-cellulite

10 avril 2018
Nos tenues légères s’impatientent déjà… Avant de les arborer, on gomme tout soupçon de peau d’orange.

 

Cellulite. Voilà bien un mot que les femmes n’aiment vraiment pas. Normal : il résume à lui seul l’ennemi majeur de la beauté des courbes et incarne le souci esthétique le plus tenace et difficile à résoudre. La cellulite gondole l’aspect de la peau, se loge le plus souvent sur les hanches, les fesses et les cuisses. Elle se manifeste à tout âge et s’incruste même quand on affiche un poids plume. Indésirable et rebelle certes, mais pas indélogeable.

 À lire aussi : Je veux un bikini body pour l’été

 

Quand les cellules s’emballent

Dans l’organisme, le rôle des cellules adipocytes consiste à conserver le gras provenant de l’alimentation et à le libérer quand le corps a besoin de produire de l’énergie. Mais sous l’influence de la génétique, des hormones ou d’une mauvaise hygiène de vie, il arrive que le processus de stockage/déstockage s’enraye. En surplus de graisse, le volume des adipocytes déforme la surface de l’épiderme et freine la circulation de l’eau et du sang. Pour y remédier, il faut d’une part aider les cellules adipeuses à se vider et, d’autre part, rétablir la vascularisation cutanée.

 À lire aussi : Du sport pour maigrir et perdre de la cellulite

 

Offensive anti cellulite adipeuse

Molle, indolore aux pincements, installée sur le ventre, l’intérieur des genoux, les cuisses, les fesses… La cellulite dite adipeuse s’en donne à cœur joie quand le quotidien combine excès de consommation de graisses et manque d’activité physique. La riposte idéale ? Elle comporte trois volets. Limiter les lipides dans son assiette. Prendre l’habitude de marcher au moins quarante minutes par jour. Et masser matin et soir les zones atteintes avec des crèmes contenant de la caféine, le champion des actifs pour aider les adipocytes à éliminer le trop-plein de gras qu’ils contiennent.

 À lire aussi : Ces surprenants alliés de notre ligne

 

À l’assaut de la cellulite aqueuse

Une cellulite dite aqueuse traduit une rétention d’eau dans les tissus due à une mauvaise circulation veineuse et lymphatique. Que l’on soit mince ou pas, peu lui importe. Elle se manifeste sur les bras, les cuisses, les mollets et les chevilles qui ont tendance à gonfler à la première occasion : règles, avion, chaleurs d’été… Y faire face, c’est privilégier tout ce qui peut réguler la circulation sanguine à grand renfort de drainages. Outre l’option phare du drainage lymphatique pratiqué chez un kiné, il existe en pharmacie des infusions de plantes décongestionnantes qui peuvent favoriser la circulation. En tisane ou en crème, des actifs tels que le lierre grimpant, l’hibiscus et le thé vert sont les bienvenus.

 

À l’attaque de la cellulite fibreuse

Dite aussi incrustée, la cellulite fibreuse est la plus facile à reconnaître car elle est visible, dure et douloureuse au pincer. C’est aussi la plus difficile à éliminer car elle s’est formée depuis longtemps. Localisée sur les cuisses, les fesses et les hanches, elle est due au durcissement des fibres de collagène autour des adipocytes. Formant comme une sorte coque autour de ces cellules, le collagène emprisonne les adipocytes qui finissent par s’accumuler au même endroit et déformer la surface de la peau. Pour attaquer cette cellulite rebelle, il faut miser sur les massages palper-rouler manuels ou mécaniques, accompagnés d’un cocktail d’actifs – caféine, algues et huiles essentielles – capables d’assouplir les tissus sclérosés en favorisant la production d’un collagène neuf.

Véronique Aïache

Le choix de la rédac

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais

L’huile de coco : l’huile végétale multi usage de l’été

Corps

On en parle de mon périnée ?

Gynécologie

Mesdames, pensez périnée !

Un livre vous propose de le rencontrer pour mieux l’apprivoiser.