détox

Réussir votre détox : mode d’emploi

08 mars 2018
Boisson détox, cure détox, détox du foie : la « détox » est aujourd’hui mise à toutes les sauces, en oubliant trop souvent ses grands principes. Avec le concours d’Odile Chabrillac, naturopathe, on vous livre le mode d’emploi d’une détox réussie.

 

Commençons par le commencement. De quoi parle-t-on lorsqu’on parle de « détox » ? Le mot, parfois galvaudé, désigne la capacité de l’organisme à faire le grand ménage en inactivant les substances toxiques, d’origine interne et externe, via une série de mécanismes physiologiques.

 

Quel est l’objectif d’une cure détox ?

« On parle de détox lorsqu’on veut éliminer les toxiques et toxines présents à l’intérieur de l’organisme, explique la naturopathe Odile Chabrillac. Les toxiques viennent de l’extérieur, ce sont des substances que l’on a ingérées ou respirées. Les toxines, elles, sont produites par notre corps : ce sont les déchets qu’il faut éliminer. En temps normal, notre corps est capable de faire sa détox tout seul, de manière quotidienne, sans avoir besoin d’un soutien extérieur. Sauf que… on trouve de plus en plus de toxiques dans notre alimentation et l’environnement, le stress nous met en surrégime, et le corps a ne parvient plus à tout éliminer. » Ce besoin de nettoyage en profondeur ne date pas de l’ère moderne, comme le souligne Odile Chabrillac : culturellement, on sait qu’il faut soutenir le corps après des périodes d’excès : des périodes de restrictions alimentaires comme le Carême ou le Ramadan répondent à cette nécessité. « La vraie question, rappelle-t-elle, ce n’est pas de savoir s’il faut le faire, mais comment on le fait ? Et s’assurer de ne pas faire n’importe quoi. »

 À lire aussi : La cure détox, c’est maintenant !

 

Les conditions requises pour détoxifier son corps

« Quand j’entends parler de détox après les fêtes, je saute au plafond, s’agace la naturopathe. Quand on se lance dans une détox, il faut que le corps ait de l’énergie en réserve, car le processus lui demande plus d’énergie qu’à l’accoutumée. Au beau milieu de l’hiver, il fait froid, le corps doit déjà résister à un environnement hostile, on est fatigué, en manque de lumière, ce n’est pas du tout le bon moment pour se lancer, on n’a pas encore eu de remontée énergétique. » Elle déconseille d’ailleurs la détox aux personnes dévitalisées, dépressives, aux femmes enceintes, aux malades, tout comme aux personnes rencontrant des troubles de l’alimentation, que les étapes de la détox pourrait perturber davantage.

 À lire aussi : La détox : faux régime ou vraie intox ?

 

Les trois étapes d’une détox réussie

 En naturopathie, la détox comprend trois étapes, « toutes aussi essentielles à sa réussite » insiste Odile Chabrillac.

Assécher la source des surcharges

« Il faut être logique, c’est absurde de se lancer dans une détox si on continue à se polluer, explique-t-elle. En fonction du profil de la personne, de son rythme de vie, de ses objectifs, on va couper le robinet des surcharges. La première étape est de supprimer certains aliments coûteux pour le corps, comme la viande, le chocolat, le sucre, etc. On peut aller plus loin en entamant une mono-diète ou un régime alimentaire, et la manière la plus radicale est de se lancer dans un jeûne. C’est important d’être bien conseillé et accompagné sur la méthode qui nous convient le mieux, il n’y a pas une solution idéale valable pour tout le monde. » 

Stimuler les émonctoires pour un nettoyage en profondeur

À ceux qui froncent les sourcils, sachez qu’on appelle émonctoires tous les organes « éboueurs » du corps. Le plus connu est le foie, mais il y a aussi les intestins et les reins (les émonctoires primaires), ainsi que les poumons, la peau, et le couple utérus vagin (les émonctoire secondaires) qui prennent le relais quand les autres sont arrivés à saturation. « On peut les stimuler par différentes techniques, explique Odile Chabrillac, en utilisant la chaleur (bouillotte, sauna, hammam…), des plantes qui stimulent le foie, les reins, les poumons, et en faisant du sport, qui stimule tous nos émonctoires.»

S’octroyer un temps de déconnexion

« Déconnexion, relaxation… l’idée est de s’octroyer une parenthèse pour prendre soin de soi. Il n’est pas possible de faire une détox lorsqu’on est en période de charrette au bureau, par exemple, ou en période de stress personnel, précise la naturopathe. La détox nécessite de l’énergie, et donc on va chercher à en économiser sur d’autres plans, en s’isolant, en se chouchoutant, en faisant la sieste ». Vous l’avez compris, le mot d’ordre c’est : tranquillité ! La détox ne doit pas faire souffrir le corps, que l’on accompagne dans l’effort qu’il fournit pour effectuer son grand ménage.

Alors, quand et comment pratiquer sa détox ?

« Le bon moment, c’est le printemps ! s’exclame la naturopathe. L’homme fait partie d’un terroir, et c’est au printemps que les aliments détoxifiants comme le fenouil, le radis noir, l’artichaut, le poireau, les pissenlits, etc. reviennent dans nos assiettes. Il n’y a pas de hasard. » Les légumes verts en général sont recommandés dans un régime détox, sans oublier les (bonnes) matières grasses, indispensables à l’organisme, et que l’on trouve par exemple dans les avocats ou les poissons gras. Pour les protéines, on privilégie le poisson à la viande.

 À lire aussi : Découvrez les 8 aliments et boissons détox

 

Il n’y a pas de durée idéale, une cure détox peut durer de 1 à 40 jours. « Cela dépend des personnes, de leur énergie, de leur besoin, rappelle Odile. On adapte le temps de la détox en fonction de chacun, l’objectif étant d’en ressentir les bénéfices plutôt que les inconvénients ». La consultation d’un naturopathe permet de définir la cure détox qui vous correspond, avec les légumes adaptés à votre état général, car certaines plantes seront trop fortes pour l’un et pas pour l’autre. 

« Il y a une chose importante à retenir, conclut Odile Chabrillac, c’est de ne pas vouloir en faire trop, trop vite ! Chaque étape est importante, et le temps de relaxation aussi essentiel que le reste. Les gens ont trop souvent tendance à se priver dans leur alimentation sans s’octroyer cette pause bien-être, et finissent pas se faire plus de mal que de bien.

À lire

À lire

Vous voici parés pour envisager votre grand ménage intérieur de printemps dans les meilleures conditions. Pour en savoir plus sur les bénéfices d’une cure détox, plongez-vous dans le ludique et instructif Cahier Détox (éditions Solar, janvier 2017) d’Odile Chabrillac.

 

Clémentine Garnier

Le choix de la rédac

Petits tracas, grandes solutions

Petits maux

Petits tracas, grandes solutions

Finis, les petits maux de l’été !

L’année des méduses ?

Autres

L’année des méduses ?

Anti-piqûres et protection solaire

Ostéo-gym, un guide visuel qui nous apprend à adopter les bonnes postures

Maux de dos

Des jambes légères 24 h / 24

Circulation sanguine

Des jambes légères 24 h / 24

Du frais et encore du frais