ERGYPROTECT
Blennorragie le germe résiste

Blennorragie le germe résiste

15 mars 2016
85 % des personnes infectées par le gonocoque sont des hommes, 30-50 % des enfants nés de femmes atteintes de gonorrhée ont des infections oculaires graves

 

Plusieurs pays, dont la France, signalent des cas de résistance aux céphalosporines, dernière classe d’antibiotiques efficace pour traiter la maladie. La blennorragie, appelée aussi gonorrhée et, très familièrement, chaude-pisse ou chtouille, fait à nouveau parler d’elle. On la savait en recrudescence depuis 2004, comme la syphilis, mais aujourd’hui c’est le degré très élevé de résistance aux traitements antibiotiques de la bactérie responsable qui inquiète l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

 

Aucun antibiotique pour soigner la blennorragie

Normalement, les antibiotiques permettent de venir à bout de cette infection sexuellement transmissible (IST) mais, au fil des années, la bactérie en cause, Neisseria gonorrhoea, a développé des résistances aux sulfamides, à la pénicilline, aux tétracyclines, macrolides et quinolones. Seules les céphalosporines restent efficaces ou plutôt restaient, car plusieurs pays comme l’Australie, le Japon, la Norvège, la Suède, le Royaume-Uni et la France ont déjà signalé des cas de résistance à cette catégorie d’antibiotiques. Or il n’y a pas de nouvelle molécule en cours de développement.

 

Abus des antibiotiques en cause de la gonococcie

Pour les scientifiques, le mauvais usage des antibiotiques explique en grande partie l’accélération du phénomène. Ceux-ci sont souvent pris à tort et à travers, par exemple dans des infections virales contre lesquelles ils ne sont pas efficaces. Le traitement est aussi parfois interrompu avant la guérison complète. Autre raison : l’étonnante capacité du gonocoque à s’adapter qui lui a permis de devenir multirésistant.

 

Solution, le préservatif

Mieux vaut donc éviter cette infection sexuellement transmissible, qui risque de devenir de plus en plus difficile à soigner. Seule façon sûre : le préservatif ! à défaut, consultez au moindre signe suspect et prévenez les partenaires, sinon c’est une chaîne sans fin !

 

Symptômes et risques de blennoragie

  • Les premiers signes de blennorragie sont surtout gênants : brûlures en urinant, écoulement purulent par la verge ou le vagin, avec parfois de la fièvre et des douleurs dans le bas-ventre.
  • Chez la femme, dans un cas sur deux, l’infection ne se manifeste par aucun symptôme.
  • Sans traitement efficace, la bactérie gagne l’urètre, le rectum, la prostate, voire un testicule, les trompes chez la femme, et peut entraîner des problèmes graves. Risque accru de contamination par le virus du sida et de transmission du VIH. Grossesse extra-utérine, fausse couche, naissance prématurée. Infection oculaire grave ou même cécité chez le nouveau-né.

 

Sophie Albanel

Le choix de la rédac

Le jour et la nuit

Stress

Le jour et la nuit

Une journée sereine et une nuit reposante

Un petit coup de mou ? On a les solutions.

Autres

Un petit coup de mou ? On a les solutions.

Deux options s’offrent à vous !

Un autre regard sur Alzheimer

Maladies neurologiques

Un autre regard sur Alzheimer

Aider et accompagner les malades

Avis aux cheveux et ongles fatigués

Cheveux

Avis aux cheveux et ongles fatigués

Une petite dose de nutriments essentiels…